LA ZONE -

Le Monstre de Rotterdam.

Le 29/07/2022
par Un Dégueulis
[illustration] -    Dégueulis ?
-    Non pas ce soir s’il te plaît.
-    Dééégueuuuuulis.
-    S’il te plaît chéri, j’ai la migraine.
-    DÉG-EU-LIS !
Je soupire. Il ne me laissera pas dormir tant qu’il ne sera pas satisfait, alors autant faire vite. Je me mets à genou devant lui. Je peux sentir l’odeur âcre de ses pieds, qu’il a probablement juste essuyés sur le visage de quelque pauvre hère avant de rentrer à la maison. Il ne se lave presque jamais. « Tant que je ne constate pas de dépôt vert-gris dans mon slip, ça va ! » aime-t-il à répéter. En attendant, l’odeur, elle, y va. Mon Dieu donnez-moi la force. J’ouvre la bouche et humecte mes lèvres craquelées. Ce sera plus facile comme ça.
Dourak, Ô mon beau Smerdiakov, commencé-je d’une voix tremblante,
Tu es le plus grand des poètes,
Tes rondels sont anachorètes,
Comme une chaîne de Markov.

De ton zizi qui fait pouet-pouet
Quand la foule en furie le love
Dans ses milliers de trous, très chouettes,
J’adore les plis mous, my love !

Tu reviendras dans mon alcôve
Et vers moi glisseras tes couettes
Pour t’allonger comme une mouette
Ou mieux, un ange au regard fauve !
Dourak, Ô mon beau Smerdiakov !

-    C’EST D’LA MERDE ! C’EST D’LA MERDE ! C’EST D’LA MERDE ! TU FAIS QUE D’LA MERDE ! Hurle-t-il à l’instant où je prononce le dernier mot, en éjaculant abondamment dans ma bouche et sur mon visage.
Puis il me frappe violemment sur le haut du crâne. Je tombe à la renverse en me tenant la tête, les yeux larmoyants de douleur. J’ai l’impression qu’il m’a ouvert le cuir chevelu. Je me recroqueville et tente de me protéger avec mes avant-bras, dans l’attente d’une volée de coups qui ne vient finalement pas.
-    Rimbaud. Baudelaire. Lamartine. Marmonne-t-il tout bas en se grattant les testicules avant de se laisser tomber lourdement sur le lit. Il commence immédiatement à ronfler en alexandrins.
Je me relève tant bien que mal et passe une main sur mon visage. Il y a bien du sang, mélangé à la semence de mon bourreau. Je me sens sale, mais je ne peux pas aller me laver, car s’il ne voit pas de traces de sperme séché en se réveillant demain, il me frappera encore. Il dit que ça masque la laideur de mes traits... J’ai honte. Honte de ce qu’il me fait subir, honte de ce que je suis devenu.
Ça avait pourtant bien commencé. J’étais encore jeune et impressionnable quand nous nous sommes rencontrés, dans la Zone, cette grande plateforme industrielle désaffectée où les jeunes en mal de vivre vont se shooter à l’héroïne.
J’avais dix-huit ans, il en avait quarante-quatre, mais je fus immédiatement attiré par sa chevelure extraordinairement soyeuse, son style vestimentaire recherché (il portait des pattes d’eph et une veste à paillettes), et surtout par le fait qu’il parle en vers.
-    Donnez-moi s’il vous plaît
Une seringue propre
Pour alléger mon faix
Ainsi que mon opprobre. Aimait-il à répéter, en parcourant la zone avec une édition commentée de La Légende des Siècles de Victor Hugo à la main, qu’il utilisait pour assommer les crackheads.
Quel charme ! Quel panache. Un dandy dans mon ghetto… Nous nous aimâmes passionnément dès le premier regard. Ses petits yeux rouges parcourus de veinules pulsatiles dégageaient une passion comme je n’en avais encore jamais vue, qui n’était pas sans rappeler celle d’un sanglier en rut. Les miens, aux pupilles dilatées en permanence en raison d’un noctambulisme sévère et héréditaire, lui rappelèrent ceux de la chouette, par la perfection circulaire de leur contour. Nous nous dirigeâmes ensemble vers l’Océan et fîmes l’amour passionnément. Ou plutôt, il me dénoyauta brutalement l’olive, sans préliminaires ni lubrifiant. La serviette sur laquelle nous étions allongés se tâcha de mon sang, qui prenait une teinte presque noire sous la lune argentée, ce qui ne manqua pas d’attirer les puces de sable. Une semaine plus tard, je dus d’ailleurs aller d’urgence à l’hôpital pour un début de gangrène, plusieurs de ces bestioles ayant pondu sous ma peau… Mais cela m’importait peu, car pour l’amour de Dourak, j’aurais pu tout supporter.
Nous revînmes souvent à cette plage, sous le soleil du matin comme sous les constellations du soir, et il me lisait des poèmes en m’embrassant le cou. J’aimais sentir sa présence dans mon dos, ses bras puissants enlaçant ma taille, mes sphincters oscillant au rythme des syllabes. Ah, ce furent les plus belles heures de ma vie.
Hélas, je ne savais pas que j’étais en train de tomber dans un piège d’où je ne pourrais plus m’extraire. Cela commença par des jeux innocents. Il me demandait de composer des rondels, des sonnets, des odes, toujours patient quand je me trompais dans le choix d’un mot, toujours prompt à m’aider quand je butais sur une rime. Je ne me méfiais pas, et m’exécutais avec plaisir. Il me récompensait avec de petites tapes sur la tête et des confiseries. Je ne remarquais pas son air lubrique et l’éclair de cruauté qui le défigurait brièvement à chaque récitation.
Un jour, alors qu’il me sodomisait doucement en lisant un roman de Houellebecq, il me dit :
-    On devrait se marier.
Surpris, je contractai les fesses. Je n’avais jamais pensé au mariage, que je considérais comme un outil d’oppression et un reliquat archaïque de la société patriarcale.
-    Mais Doudourak, tu sais bien que je suis contre le mariage et pour les relations polyamoureuses. Non à l’oppression sexuelle, non à la possessivité, et cetera…
-    Oui, mais on devrait quand même se marier. Je suis en train de lire Soumission de Houellebecq là, et il explique clairement que ce serait mieux pour moi si tu étais complètement soumis à ma volonté par un contrat clair, sanctionné par une autorité publique ou religieuse.
-    Oui mais moi dans tout ça ?
-    Tu ne m’aimes pas ? Tu ne veux pas mon bien ?
-    Si, mais…
-    Eh ben alors ?
-    Je…
Il donna un coup de rein, et je laissai échapper un petit cri de douleur.
-    On se marie demain.
-    Mais je…
-    SILENCE ! Et fais-moi un sandwich.
-    Ça va être difficile, de l’endroit où je s…
-    SILENCE !
Il m’étrangla, et je perdis connaissance.
Je me réveillai le lendemain, revêtu d’une robe de mariée trop petite pour moi, et notre union fut prononcée simultanément par un ancien prêtre, un ancien imam et un ancien lapin, tous devenus zonards suite à divers ennuis avec la justice. Je ne pus rien dire, car j’avais une extinction de voix suite à l’étranglement que j’avais subi la veille. Je me retrouvai donc marié de force à Dourak Smerdiakov.
Son comportement changea immédiatement après notre nuit de noces. Finis les mots d’amour, finis les poèmes, finies les longues marches emboîtés l’un dans l’autre, à discuter de littérature et de poésie. Il commença par me dire qu’il n’avait jamais aimé mes poèmes, que je ne savais pas écrire, et qu’il s’essuyait les pieds sur mon visage. Puis il me traita de grognasse, ce qui eût pour effet de me briser le cœur et de m’arracher le peu de dignité qu’il me restait.
Il commença par m’enfermer dans une pièce avec pour seule compagnie une collection de chansons de geste du moyen âge. Il voulait que j’en écrive une à sa gloire, mais il déchirait chacune des pages que je rédigeais sous prétexte que c’était mauvais. Je devais recommencer sans cesse. Cela dura des mois, jusqu’à ce que ma psyché fût complètement brisée.
Puis, il me reprocha de ne pas lui avoir donné d’héritier mâle. Quand je tentai de lui expliquer que, biologiquement, c’était quand même un peu compliqué, il me frappa si fort que j’en eus le souffle coupé. Cette nuit-là, je pleurai comme je n’avais jamais pleuré, car je sentis que quelque chose s’était rompu en moi, et que c’était probablement une côte.
Il me soumit aux pires dégradations, m’obligeant à apprendre par cœur des passages entiers d’Onfray, mais aussi des pages et des pages de rondels, jusqu’à l’indigestion. Adieu, les sodomies langoureuses au bord de la mer ! Nous ne pratiquions plus que la posexie, une forme de sexualité perverse consistant à réciter des poèmes face aux parties génitales de son partenaire jusqu’à provoquer un orgasme contre-nature. J’avais la bouche pâteuse et des aigreurs d’estomac à force de me prendre des litres et des litres de foutre.
Il alla même jusqu’à se teindre la barbe en bleu, et à menacer de m’égorger si j’ouvrais la porte de sa bibliothèque, où il gardait les seules lectures intéressantes qu’il avait daigné acheter, à savoir la collection intégrale de Pif Gadget. Ma vie devint un enfer, de posexie en posexie, et je devins une loque, moins qu’un homme, une tache de vomi en attente d’une serpillère.
Si seulement il pouvait comprendre à quel point je l’avais aimé. Peut-être qu’il changerait… mais je ne crois pas qu’il en soit capable. Son âme est trop noire, son esprit trop corrompu. Je ne peux que le subir, en espérant qu’un jour, Dieu ou une autre puissance surnaturelle accepte de me délivrer de mon destin.
Je me dirige lentement vers la niche remplie de torchons sales où il m’a confiné, et sors un cahier à spirales taché de sang. Sur la couverture, on peut lire, presque effacé par les larmes, le titre : « La Chanson de Dourak ». Je prends un stylo et commence à écrire, en décasyllabes, les pages qu’il déchirera demain.

= commentaires =

Lunatik-


Pute : -0.5
    le 29/07/2022 à 21:05:13
Un texte pimpant, parfait pour DÉGEULER l'ambiance.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 29/07/2022 à 23:06:48
J'ai décidé d'user de finesse.

Nous ne sommes pas des rustres.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 29/07/2022 à 23:07:41
Et puis fallait rester dans le personnage. On parle de Dourak, pas de Cerumen.
Lunatik-


Pute : -0.5
    le 30/07/2022 à 10:39:40
Le cérumen, appelé cire humaine par abus de langage et proximité phonétique, est une substance jaunâtre, cireuse, sécrétée dans le conduit auditif externe des humains et autres mammifères. Loin d’être une substance « déchet », il est antibactérien, antifongique et remplit différents rôles :
- un rôle de lubrification de la peau du conduit auditif externe
- un rôle de protection du conduit auditif externe en constituant une barrière chimique mais aussi mécanique. Tel un filtre, le cérumen va en effet piéger les corps étrangers : squames, poussières, bactéries, champignons, insectes, etc
- un rôle d’autonettoyage du conduit auditif et des cellules de kératine qui s’y renouvellent régulièrement

Le cérumen est déterminé génétiquement — Asiatiques et Amérindiens ayant le plus souvent un type de cérumen sec (gris et floconneux), alors que les Européens et les Africains ont celui du type humide (teinte variant de brun miel à brun foncé). Le type de cérumen est d'ailleurs utilisé par les anthropologues pour suivre les tendances migratoires humaines, comme celles des Inuits.

Néanmoins, le cérumen en excès peut gêner le passage des sons dans le canal auditif, causant une diminution de l'acuité auditive. Il est estimé être la cause de 60 à 80 % des pannes des prothèses auditives, les plus touchées étant les aides intra-auriculaires.


Prochain AT zonard :
"Cerumen : héros lubrificateur ou bouchon machiavélique ?"
+ - 10 000 sec
Vous avez trois heures
Cerumen


    le 30/07/2022 à 12:38:52
Bon, c'est vrai, j'ai poussé le bouchon un peu loin. Personne n'a envie de se retrouver à faire face à soi même, c'est universel. Mauvais calcul de ma part.

En même temps, la provoc, ça marche bien avec Pascal, enfin, s'il existe réellement. Mais même en mettant toute ma connerie dedans, j'y vois tout de même un gros attrape-nigaud, et je ne sais pas si je suis aussi nigaud que ça. Â vous de me le dire.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 30/07/2022 à 13:33:31
Va me voir sur Facebook Cerumen,et vois comme je suis beau et existant, surplombant Paris depuis la tour Montparnasse dans mon fauteuil, tu vas aussitôt tomber amoureuse ♥️
Cerumen


    le 30/07/2022 à 15:50:43
J'ai pas facebook. C'est parce que je suis con.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 30/07/2022 à 16:09:52
Attends vais voir à mettre un lien de la photo peut-être ça marchera ? Je reviens.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 30/07/2022 à 16:12:45
https://m.facebook.com/photo.php?fbid=1572404069557026&id=100003623450602&set=a.578000382330738&source=48

voilà Cerumen tu me diras si tu me vois en copiant collant le tuc ?
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 30/07/2022 à 16:17:21
https://www.soleilhirsute.com/post/interview-avec-pascal-dandois-auteur-et-dessinateur-rassembler-les-singularit%C3%A9s#:~:text=Artiste%20b%C3%A9quillard%20et%20multidisciplinaire%20ayant,)%2C%20300K%20(Beakful)%2C

Ou tiens je te mets un lien vers une interview de moi, y'a une photo elle est pas trop terrible mais imagine que c'est toi à la place du mannequin en polystyrène ♥️
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 30/07/2022 à 16:37:50
Au fait, à part ça sinon il est très bien ce texte, m'a fait marrer.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 31/07/2022 à 00:48:47
Merci, merci, vous êtes tous trop bons ! Le premier qui trouve toutes les références à des poèmes aura ma bénédiction inquisitoriale.
Dourak Smerdiakov


blog lien
Pute : +0.66
    le 31/07/2022 à 16:32:32
Quelques références, à des poèmes ou non :

- "Tant que je ne constate pas de dépôt vert-gris dans mon slip, ça va !" : Dourak Smerdiakov, déformation de propos qu'il a tenus dans le forum à Un Dégueulis
- "Mon Dieu donnez-moi la force" : Baudelaire, réf. possible à À une heure du matin ou Voyage à Cythère
- "Tu reviendras dans mon alcôve", etc. : Baudelaire, Le Revenant (évidemment)
- "pour la perfection circulaire du contour." : Lautréamont, Les chants de Maldoror
- "Sa chevelure extraordinairement soyeuse" : Un Dégueulis, "Aoi, it's in !"
- "J'étais un dandy dans ton ghetto" : Marilyn Manson, (s)aint
- "s’essuyait les pieds sur mon visage"... "Grognasse" : Dourak Smerdiakov, vieil échange forum avec Aka, je ne sais pas comment t'es tombé là-dessus
- "Barbe bleue" : Perrault (évidemment)

Peut-être une référence à des vers hugoliens dans le quatrain qui précède la mention de la Légende des Siècles. J'ai aussi cherché une référence à La Vierge folle de Rimbaud mais bizarrement rien trouvé.



Sinon, c'est frappant comme le côté colérique et violent de Dourak Smerdiakov revient systématiquement. Ce n'est pas l'image qu'il a de lui, il se trouve même régulièrement trop gentil et scrupuleux, y compris sur la Zone. Ainsi soit-il.

Malgré les deux anges tués et les scandaleuse assonances, ce texte vient de remonter la barre pour le rondel/sonnet personnalisé.



(J'ai sans doute tort de relever, mais puisque personne d'autre ne le fait : je trouve vraiment hilarante la façon dont un gars qui vient de passer plus de quinze jours à polluer les commentaires des textes des autres avec sa petite crise de diva outragée à la limite du flood et du harcèlement s'avise soudain de faire mine de s'intéresser à l'un des dits textes avec un commentaire digne d'une émoticône "rires" sur une saloperie de réseau social.)
Dourak Smerdiakov


blog lien
Pute : +0.66
    le 31/07/2022 à 16:34:26
Je me demande combien de lecteurs auront remarqué l'effort de montage graphique de l'admin publicateur.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 31/07/2022 à 19:36:44
Je suis sincère Dourak j'aime bien ce texte je ne sais qu'être sincère telle est ma force. Quant au référence littéraires que tu as données, j'en reviens à un autre commentaire que j'ai mis ailleurs et à ma dernière définition de littérateurs: Personnes qui se gargarisant de certains grands génies littéraires auxquels ils auraient été les premiers à cracher à la gueule s'ils en avaient été contemporains . Je te vois venir après ça à vouloir me rabaisser avec l'argument de base comme quoi je me prendrais pour un génie, non Dourak,même si d'aucuns ( certainement pas toi évidemment)m'ont attribué souvent ce "titre", en fait,je me prends et par cela même je le suis, pour d'avantage qu'un génie, et qu'est-ce qu'il y a au dessus du génie Dourak ? Ça t'intéresse mon Dictionnaire Aléatoire que j'écris Dourak ?
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 31/07/2022 à 19:44:58
Tu as en effet peut-être eu tort de le relever de cette façon médisante puisque étant donné que tu parle de moi je te réponds. Oui, j'avoue, j'ai pollué, je l'avais dit et je l'ai fait , faudra peut-être qu'on reparle de ce satané TROU DU CU qui ma écrit ailleurs et qui a comme qui dirait tenter d'une certaine façon de me suicider.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 31/07/2022 à 20:32:19
Mon Dictionnaire Dourak c'est un dico un peu façon Dictionnaire du diable d'Ambrose Bierce, mais de toute façon je suis con d'en parler puisque pour des raisons techniques je ne peux pas te le soumettre Dourak que tu en veuille ou non ,actuellement je ne peux plus pour poster des textes ici que les taper direct dans le machin des textes, c'est aussi pour cela que les derniers textes que j'ai soumis sont courts, il s'agit en fait plus d'histoire de contrainte qu'autre chose, je ne vais pas retapé un texte trop grand dans le truc des soumissions parce que c'est fastidieux, tu vois que y'a des explications qui ne relèvent pas que des apparences, je peux pour l'instant ne soumettre que des trucs pas longs, de toute façon ce dico je me demande si je vais pas le coller dans les dents cet éditeur de formats courts qui a fait l'intéressé puis qui d'escrime à ne me répondre ni oui ni merde et qui a déjà deux de mes manuscrits depuis des mois,je me demande si je vais pas le pourrir d'autres manuscrits pour qu'il finisse par réagir. Je te raconte un peu mes trucs tu vois et je pourrais t'en rajouter, comme cette éditrice à laquelle il aurait probablement fallut que je bouffe le cul pour qu'elle édite un manuscrit qu'elle a pourtant travaillé avec moi cette "vieille allumeuse", je te raconte pour t'expliquer que je suis quand même c'est vrai pas mal énervé et que tu n'es pas le seul à en subir les conséquences Dourak.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 31/07/2022 à 20:33:59
https://www.youtube.com/watch?v=YEuBbBQz7I8
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 31/07/2022 à 20:43:24
Tu n'auras jamais sur la zone ou ailleurs de commentaires relevant proprement de la " critique littéraire" c'est un genre que j' abhorre.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 01/08/2022 à 01:52:52
Ok, je suis très impressionné. Dourak, ta culture est une étoile dans le firmament zonard.

Pour ce qui est de la colère : c'est ce que le thème m'a inspiré. Si j'ai le temps et la motivation, j'écrirai peut-être un autre texte sur ce thème avec un Dourak plus fidèle à l'original. Remarque j'ai déjà une idée avec un Dourak maître zen, gourou d'une secte de programmeurs en Mongolie supérieure.

Gépakompri la ref aux deux anges tués ?

La ref à la chevelure extraordinairement soyeuse ne vient pas d'Aoi, it's in! mais d'un de mes commentaires dans le forum sur la chevelure soyeuse d'un des types qui a posté dans le foutoir. Je ne sais pas si c'est toi, d'ailleurs j'imagine que tu es chauve. Ne me demande pas pourquoi, mais j'imagine.

Je ne m'attendais vraiment pas à ce que tu trouves la ref à Manson. Je pensais que tu n'écoutais que de vieux chanteurs français du siècle dernier.

Il y a une autre ref à Lautréamont : le sanglier. "Les petits yeux de l'homme, pareils à ceux du sanglier pour la petitesse, et à ceux de la chouette pour la perfection circulaire du contour". Manière de dire que toi et moi, nous sommes les deux moitiés d'un même être, my love.

"Donnez-moi la force" : pas de ref particulière ici, c'est une anamnèse. Une anamorphose. Une... Ce truc quand tu crois reconnaître des formes dans les nuages alors qu'en fait c'est que des nuages. Apophénie. Ah oui, apophénie. Bite.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 01/08/2022 à 01:57:24
À l'admin publicateur :

Merci ! Je viens de voir le travail sur la miniature, j'adore !

Plein de cœurs :

♥ ♥
♥ ♥ ♥ ♥
♥ ♥
♥ ♥
♥ ♥
♥ ♥
♥ ♥
♥ ♥

.
.
.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 01/08/2022 à 01:58:07
Putain mais c'est quoi ce formatage de merde ? J'ai passé vingt minutes à dessiner cette bite en cœurs moi !
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 01/08/2022 à 02:01:28
Je donnerai donc une double bénédiction inquisitoriale :

-Bénédiction Divine du Pinceau-Bite : admin publicateur.

-Bénédiction du Presktoutrouvé : Dourak Smerdiakov.

Clin d'œil appuyé pour avoir plus d'artworks dédicacés et un rondel.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 02/08/2022 à 23:38:16
LE GRAND INQUISITEUR DIT : GÉPAKOMPRI LA REF AUX DEUX ANGES TUÉS.

KELKIN PEUT EXPLIQUÉ ?
Dourak Smerdiakov


blog lien
Pute : +0.66
    le 02/08/2022 à 23:56:48
Je crois t'avoir demandé quelque part dans le forum si t'étais conscient qu'un ange mourait chaque fois que t'écris des vers.
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 03/08/2022 à 01:58:28
Ooooh !

Aaaaah !

Dégueulis s'exclama.

Et même, lâcha un rot

En comprenant enfin

Le trait d'humour si fin.

Copyright sur cette forme poétique que je viens d'inventer : le Dégounet.

ABABCC. Deux vers courts, deux vers longs, deux vers un peu plus longs. Ranafoutre des syllabes.
Cerumen


    le 03/08/2022 à 12:46:24
Au fait, c'est quoi le rapport avec Rotterdam ?

Ah, Rotter ! Avec ce petit coffee pas loin d'une rue piétonne où il y avait tous ces bons disquaires !

Ah non c'était à Delft ça. sorry.

Quand est ce qu'on fait un site web de publication de textes débiles ensemble les gars ?
Un Dégueulis


Pute : chiquée pas chère
    le 03/08/2022 à 15:05:34
J'en ai aucune idée. Probablement aucun. Faut pas me demander d'expliquer quoi que ce soit, j'écris en automatique la plupart du temps.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 06/08/2022 à 11:22:29
Ah!au fait Dourak, une petite excuse comme ça, suis allé vérifier pour en avoir le cœur net, je n'ai donc pas à t'attribuer toute la responsabilité de ma non-publication désormais actée puisque le celle du bref texte Christique en revient dirait-on directement au dit Lunatik qui n'a pu d'ailleurs trouvé d'autre excuse au fond que sa simple feignasserie, comme s'il fallait trouver des excuses, toujours bidons, à ce qui relève de la simple censure. Il est évidemment comme dans le texte évoqué et c'est la que se situe entre autre sa portée métaphysique, qu'un genre de confraternité s'installe toujours quand il s'agit de mauvaise foi.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 06/08/2022 à 11:34:34
Pardon pour les "coquilles" ci dessus et à venir mais cette saloperie de technologie qui fout des parfois mots où et qu'on a pas demandé est casse burnes à géré, en tout cas il sans dire que je mets mon Lunatik de côté...
Dourak Smerdiakov


blog lien
Pute : +0.66
    le 07/08/2022 à 01:53:00
La simple censure zonarde qui fait qu'on publie tes textes refusés dans le forum et qu'on ne supprime pas tes commentaires casse-couillissimes... Ah, oui, cette censure-là, donc. Je vois très bien de quoi tu parles.
pascal dandois


Pute : Balai à chiottes
    le 07/08/2022 à 11:15:03
Une censure n'est jamais totale Dourak, ou plutôt quand elle l'est on ne peut pas la constatée et donc si une censure est " absolue" on ne peut pas la nommer, elle n'a pas de " réalité", pour que le mot censure existe, il faut bien qu'elle soit cernée,et effectivement comme n'importe quel jeu, le principe est de trouver une combine pour détourner la ou les règles puisque une règle dans l'usage des mots et donc à forciori en littérature,c'est de la censure, tu saisis mon idée ? si on prend le truc avec le concept de " jeu". Voici la définition de jeu dans mon Dictionnaire déjà évoqué (de mémoire) : Amusement rempli de règles dont la principale et tacite s'appelle " la triche". Tu comprends peut-être mon "message général" qui consiste à révéler l'ambivalence et l'ambiguïté de toute chose. Comme expliqué aussi ailleurs de façons diverses et variées etc.
nihil


Pute : void
    le 18/08/2022 à 13:39:03
J'ai trouvé le texte grisant. Comme quoi, le petit supplément d'âme qui manquait à ce site, c'est l'amour, le vrai, le passioné, l'absolu. Celui des yeux au beurre noir, du contrôle permanent, de la manipulation mentale et de l'abus de pouvoir. J'ai adoré.
Petrovitch
    le 19/08/2022 à 02:14:45
Un beau pastiche de l'Epoux infernal. Un pâté parodique, certes étalé à la truelle, mais qui se bouffe bien. La suite du mariage est amusante.
Le Dégueulis
Par la Pute    le 09/11/2022 à 00:22:03
Holly Molly j'ai un compliment de nihil ! J'suis gris !

J'ai gagné le concours, il est où mon rondel ? LES ZHONNEURS !!! DOURAK !!!

Clacker toujours pas là c'te feignasse, il est où mon adjoint ? J'parie qu'il peigne des culs moins merdeux que le mien, paresseux comme il est.

Bon ma parano me lâche un peu les basques là, donc je commente.

La zone, c'est gris quand je suis pas là, tout gris, tout gris, comme un poil pubien perdu dans une pelote de poussière.

Twitter est en train de crever, donc je fais un tour ici pour me débarbabzunger. Je sais pas c'que ça veut dire merde me d'mandez pas.

JE DÉPRIME QUAND JE CONSTIPE !!!!!!!

Sur ce
Veuillez accuser
D'ma considération.

= ajouter un commentaire =