LA ZONE -
Résumé : Comment déformer subtilement la vérité à son profit : l'exemple du sabbat et de sa répression par l'Eglise au Moyen-âge.

Manipulation 4

Le 06/02/2002
par nihil
[illustration] Ou comment une autorité se débarasse d'anciennes rivales dangereuses et déforme la réalité pour accentuer sa mainmise sur les masses.
L'exemple du sabbat.
Dans son inextinguible besoin d'hégémonie sur la société médievale, l'église catholique a diabolisé cette ancienne cérémonie païenne, le trolla-thing des scandinaves (une survivance de l'ère celtique), consacrée à la célébration de la nature, encore pratiquée à cette époque, principalement la nuit de Walpurgis (1e mai).

Ayant très tôt (et dans la même optique) assimilé les dieux celtes au diable (le Grand Cornu, rapproché de Satan), la confusion entre la cérémonie antique des campagnes profondes et la célebration de Satan fut vite établie et entérinée par le clergé, qui vit là un moyen facile de se débarasser de superstitions et de rites dangereux. L'assimilation ne fut pas aussi rapide qu'on aurait pu le croire : elle date seulement du IXe siècle : "certaines femmes perverses, retournant à Satan, séduites par les prestiges et les fantasmagories des démons, croient et professent qu'elles chevauchent la nuit avec Diane, sur le dos de certains bêtes...". On note bien ici la parenté établie entre les anciens dieux et le diable. Diane incarne une des formes de la triple Hécate, la déesse romaine des sorcières.

Voici quelques détails du rituel du Sabbat relevés dans le témoignage de sorcières interrogées par l'inquisition au moyen-âge, en Europe (le Sabbat est universel semble-t-il, il est par exemple connu des Hébreux ou des Hindous). On notera la force du filtre déformant imposé par la morale chrétienne : les victimes torturées mettent au point leur histoire de concert avec leur tourmenteur pour faire cesser la souffrance, créant une déformation de la réalité propice aux intentions de l'Inquisition.

Le sabbat est nocturne et se déroule dans les campagnes, dans des endroits consacrés (le chêne du Bénévent en Italie, le Broken en Allemagne...). Les sorcières, convoquées par Satan, s'y rendent à pied, en volant sur un baton, ou à cheval sur un démon incarné en animal (un cheval, un bouc ou un chien par exemple). Pour voler dans les airs, la sorcière utilise un onguent à base d'hostie, de cendres de crapaud, de sang de nouveau-né ou d'os de pendu broyés. Pendant longtemps, on pense que la cérémonie se résume à cette simple chevauchée nocturne conduite par Hécate, mais l'Eglise nie leur existence (stratégie inverse : au lieu d'assimiler au mal, on nie) et juge même les propagateurs de cette croyance comme hérétiques. Ce n'est qu'en 1458 que l'inquisiteur Jaquerius établit la réalité du Sabbat.

Les sorcières festoient devant des tables chargées de vins et de viandes (elles dévorent notamment la chair de boeufs et d'enfants non-baptisés auxquels elles rendent ensuite la vie), rendent hommage au Diable présidant la cérémonie et qui s'est incarné sous la forme d'un bouc à trois cornes ou d'un chat noir. Elle s'offrent à lui et son sexe est froid et sa semence brûlante. Puis a lieu le rituel du salut, où les sorcières baisaient l'anus du bouc (il est dit que le diable possède un second visage à l'arrière-train). Elles foulent au pied une croix et le Diable prononce un sermon conçu comme une messe catholique à rebours, où l'hostie est remplacée par une rondelle de bois. On se livre à des danses lascives (survivances des cultes païens). La cérémonie s'achève sur des débauches confuses, une orgie à laquelle participent les démons.

L'existence du Sabbat est attestée, même si on l'assimilerait plutôt à une tradition survivante des siècles passés (certains détails laissent à penser que le récit du rituel n'est pas une totale invention des inquisiteurs), ou au pire à une réunion où des paysans ignorants défoulent leurs pulsions sexuelles et de rébellion contre les interdits insupportables imposés par la morale chrétienne (concordance des témoignages).

L'Eglise dispose ainsi d'un moyen de détruire les derniers restes de superstition celte et frappe l'esprit des gens honnêtes, épouvantés par ces récits de débauche et de crime, dans le but d'assurer sur eux sa main-mise sur leur esprit.



= commentaires =

megacrom     le 22/10/2007 à 12:45:12
entierement d accord mais les societes ont fait de nous des etres diminues on ne supporte plus le froid,la souffrance(psychanalise du singe),une petite chose qui ne va pas dans nos vies miserables et c la confrontation avec une personne qui reconditionne notre cerveau ;un probleme conjugale et hop conseiller matrimonial,probleme de sex et hop le sexologue,un traumatisme et hop un cellule psychologique,des notre entré dans la societé (l entree a l ecole) nous sommes conditionnes .apprendre n est pas comprendre l histoire est toujours ecrite par les vainqueur,j invite chacun d entre nous a revisiter les livres d histoire d il ny a pas si longtemps vous serais surpris de voir la facon dont on ou a fais croire qu il y avait des mechants et des gentils je suis pour ma part attaché aux traditions de mes ancetres celtes et non latin a ce tantot
Glaüx-le-Chouette


    le 22/10/2007 à 20:31:08
Ca se voit un peu dans ta façon d'écrire ta langue (et de croire penser) que t'as plus ou moins renié tes ancêtres latins.
Narak


    le 26/10/2007 à 22:14:04
Ceci dit, vu les gènes qu'ils lui ont refilés c'est peut-être pas du luxe de les renier.
Aesahaettr


    le 27/10/2007 à 00:11:56
Je me suis instruit, tiens. Mes caupaings gothiques vont adorer l'anecdote.

Améliore ton social proof avec la Zone, toi aussi sois un winner.
La Zone, partenaire officiel de Lustucru en Koriakie.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]