LA ZONE -
Résumé : HaiKulysse se réinvestit corps et âme dans son improbable quête absolue de non-sens. Nouveau volet de la rubrique au nom ironique "Quelques éclaircissements" et peut être si on laisse la parole à un des narrateurs de l'épisode précédent, narrateur étant sensé écrire le texte que voici, on en comprendra peut-être pas la subtilité (je ne sais pas s'il y en a) mais tout du moins quelques bribes de logique venant contrecarrer le plan d'HaiKulysse dont l'objectif est de nous embourber dans la confusion mentale. Le dernier narrateur, le nouvel auteur affirmait en effet : " Dans l'obscurité doucement, la sacro-sainte Raison des Humains se perdait, allant jusqu'au non-sens qu'ils redoutaient pourtant, et de folies ordinaires en chaos effroyables, le fameux Non-Sens progressait en sapant davantage les fondements de sa rivale... j'avais cherché d'abord un moyen de les plonger dans le noir le plus incompréhensible... ahuri, j'avais passé des dizaines d'années en usant et en abusant de mes connaissances dans cette quête inutile ; et sans jamais obtenir un seul résultat, encore moins l'once d'une reconnaissance. Au contraire, on me blâmait : je n’avais toujours pas de travail, ma seule occupation officielle (écrire) ne nourrissait pas son homme, c’était bien connu. J’étais un parasite à leur charge, pour les Autres." Et si ses mots ne nous livrent peut-être pas une clef pour décrypter ce nouvel opus, c'est probablement qu'on vient d'entrer à nouveau dans une sous-convention clandestine affiliée à la #TrollCon2016 . On reconnaîtra même après le pillage des épisodes précédents des univers de la licence Alien, de l'improbable collision avec celle du "Père Noel est une ordure", ici , des allusions aux personnages Hommes-Taupes de Marvin. Encore une fois, une impression de gloubiboulga littéraire probablement destiné à être apprécié par des monstres gentils de l'île aux enfants. Casimirs dans le coin, dégainez donc vos cartes de bibliothèque.

Entre temps 1.0 Brusquement 2.1 Et Ensuite 0.0

Le 04/11/2016
par HaiKulysse
[illustration] I.
Ils étaient sous la terre, un défi à réaliser chaque jour. Razko Kaphrium était à l'origine de l'opération. Ils étaient bien au chaud, un peu comme dans un œuf, comme émerveillés par les chutes et fracas métalliques qu’ils entendaient depuis les profondeurs. Au-dessus, les immeubles en béton qui avaient abrité le Projet Kaphrium, menaçaient de s'effondrer ; mais l'œuf enflait, les deux frères avaient trouvé enfin ce qu'ils cherchaient. Ce jour là, le défi avait été particulièrement difficile à élaborer. Maubeuge, le grand frère, avait jeté sur le papier les premières conditions : d’abord, il fallait retrouver cette étrange famille qui vivait En Haut ou En Dessous, on ne savait pas trop, ça paraissait déjà compliqué... Ils ne sortaient jamais très souvent de leur terrier. D'autant plus qu'ils étaient myopes. Pourtant le Projet Kaphrium allait visuellement progresser en intensité, frapper aux endroits stratégiques quand la ville serait endormie.
Ils prévoyaient de sortir d'une zone de décombres, proche de leur voisinage. Ils suffisaient de grimper le long d'une échelle métallique pour voir des grues -immobiles depuis des lustres- hanter les gravats. Les carnets de Razko Kaphrium racontaient que le monde du dessus était bientôt prêt à leur appartenir, tant il sentait la désolation et la mort.
Les deux frères avaient vu leur jeu débile se liquéfier avec le temps, le plaisir de braver les interdits s'était émoussé au fil du temps. Et les délires consignés dans les carnets de Razko Kaphrium n'avaient plus aucun intérêt. L'idée de poursuivre quotidiennement les défis fut ainsi abandonnée.
Prochainement, allait sonner le glas des Années X.


II.
Razko Kaphrium avait-il vécu une vie antérieure ? Avait-il dynamité l'immeuble où il habitait ou était-ce quelqu'un d'autre ? Razko Kaphrium était-il seul à agir ou était-il influencé ? Et surtout, était-il mort, vivant ou en intermédiation ?
J'avalais mon café et je me souvenais de m’être penché au chevet de cet homme sanglé et allongé sur son lit d'hôpital. C'était peut-être Razko Kaphrium, ce vieillard au visage flétris. Personne ne connaissait son identité. Et quand j'étais venu le voir et l'interroger pendant son hospitalisation les éléments qu'ils m'avaient fournis correspondaient exactement aux divers échanges que j'avais eu avec le Razko Kaphrium des années X. Pourtant, et tout le monde le savait, les années X n'avaient jamais réellement existées, elles étaient imaginaires pour les archives, insensés pour les gouvernements en place, invraisemblables d'après les médias, et les gens n'en parlaient jamais. C'était bien plus qu'un simple tabou. Les années X s'étaient formés dans l'inconscient d'une génération (ou d'une ethnie ?) qui avait vécu dans les canalisations des égouts. Et personne à présent ne voulait l'évoquer, cette sombre période qui sentait la merde.
Razko Kaphrium avait (ou avait eu) cette folle ambition de faire remonter cette merde aux narines de mes contemporains.

III.
Ils avaient prospéré sur un monde en ruines, dans un « univers merdique uniquement réservé aux hominidés » selon leur expression.
A force de regarder l'écoulement blanchâtre des égouts, à force de se terrer dans l’obscurité de ces souterrains, ils comparaient l'écume des vagues aux lessives avariées des ménagères quand elles atterrissaient ici. En cela et uniquement d'après cette drôle de perception, on pouvait les qualifier de poètes impressionnistes. Mais la poésie pour eux s'arrêtait là : ils n'avaient aucune honte et aucun mal à être grossiers, à se montrer rustres et dégoûtants en toute occasion.
Mais ils n'avaient pas les pieds sur terre, c'était là le principal écueil à leur progression. Et ceci n'était pas une nouvelle fois une caractéristique de ce qu'ils prétendaient être, ces pseudo poètes. Littéralement, ils n'avaient pas les pieds physiques sur la surface de la terre ferme. D'hommes-taupes, ils avaient mutés en hommes-rats au fil de ces années X et cette menace sans cesse réactivée et réelle qu'ils surgissent à tout moment hors de la plaque d'égout, avait fait trembler la communauté humaine, cette caste privilégiée et inchangée depuis l'aube de l'humanité.


IV.
Quelqu'un jouait passionnément de l'accordéon. Sûrement l'ouvrier du chantier d'à côté. Nous avions dévalé les pentes raides de la Croix Rousse avec nos vélos pourris et sans frein et nous comptions donner aux hommes-taupes de la salade verte -ces feuilles de salade inutiles qu'on avait récupéré de nos hamburgers achetés quelques heures plus tôt au Mac Donald's. Léon de Maubeuge, l'homme-taupe, allait se régaler ; c'était notre seul ami et quand on entendait l'accordéon du chantier il n'était jamais très loin.
Léon aimait sortir de son antre pour écouter cet accordéon, et ce fut assez rapidement qu'on retrouva notre vieux copain, planqué derrière un mur tagué de conneries dont le célèbre Zoé Suce avec ses vingt-six numéros de téléphone différents. C'était notre tag préféré mais Léon de Maubeuge ne savait pas lire, encore moins écrire, et n'avait jamais eu de téléphone, il préférait s'intéresser aux instruments de musique qui avaient survécu aux guerres. Il était très bizarre mais on l'aimait pour ça.

V.
Léon de Maubeuge était-il un messager des dieux ? Allais-je devenir complètement cinglé au point de manger uniquement les feuilles de salade que les enfants apportaient aux hommes-taupes ? Je beuglais ces questions, recroquevillé dans un coin de mon appartement -un vrai capharnaüm- lorsque j'eue l'idée soudaine de descendre les poubelles. Un peu d'exercice pouvait m'aider à remettre mes idées en place. Pourtant, à peine sortis, alors que j'étais aux rez-de-chaussée où l'on entreposait les poubelles, je vis l'horrible plaque qui était sur ma boite aux lettres : Razko Kaphrium 1er étage.
Pire ! Le facteur qui était là me tendit le courrier en s'adressant à moi ainsi : Monsieur Kaphrium, un recommandé pour vous.

De l'eau avait coulé sous les ponts, et le complot s'était agrandis : tout le monde m'appelait à présent Razko Kaphrium, j'avais beau me démener, décliner ma véritable identité, j'étais devenu Kaphrium, Razko Kaphrium et les hommes-taupes, qui allaient devenir des hommes-rats, m'appelaient à les rejoindre, je savais qu'ils me vénérait comme un dieu et... Putain la merde ! j'étais seul à me débattre dans ce monde soudain incompréhensible, j'avais lu dans les journaux ou ailleurs cette histoire imaginaire qui racontait l'existence d'hommes-taupes et d'hommes-rats gouverné et administré par le seul Razko Kaphrium et mon ADN avait été modifiée suite à cette lecture.
J'allumais la télé et le présentateur du JT me déclara comme si il me pétait à la gueule que moi Razko Kaphrium j'étais de la racaille à abattre.
J'envoyais la télé valser par la fenêtre, et aussitôt la radio m'informa que moi Razko Kaphrium j'avais causé la mort d'une centaine de victimes en laissant le gaz allumé dans mon ancien appartement. Merde et merde et encore merde !


VI.
Un jour, alors que j'étais encore gamin, les immeubles en béton de la Sucrière s'étaient effondrés sous nos yeux. Quelques mois plus tard, un nouveau chantier s'ouvrit. Maubeuge, mon grand frère, aimait traîner avec moi dans cette zone de décombres proche de notre voisinage, quand les ouvriers étaient partis. Lorsque nous ne dévalions pas les pentes de la Croix-Rousse avec nos vélos pourris et sans frein, on cherchait toujours quelque chose à inventer, une histoire imaginaire au milieu des gravats ou un jeu débile comme monter jusqu'au sommet d'une grue mécanique, et ce fut ainsi, un matin pendant les grandes vacances, qu'on découvrit l'antre des Cora-Hummers 7 ; le trou était large et très profond, aussi nous eûmes du mal à passer à l'acte : il fallait descendre une échelle métallique et rouillée, qui s'enfonçait dans les profondeurs. La dynamite placée soigneusement aux endroits stratégiques avait laissé un cratère affaissé ; mais comme nous étions désoeuvrés ce jour là, nous avions bravé le danger et ce fut le coeur battant qu'on s'engagea, le souterrain devait recéler tellement de secrets !
Sous les néons aux mémoires photovoltaïques qui jetaient sur nos visages des aplats brusques de masque mortuaire, nous fûmes guidés par le son d'une brosse à dent électrique et le tremblotement d'une lumière au fond du tunnel emprunté. Ainsi, nous étions tombé sur une famille étrange que nous avons appelé par la suite Les Cora-Hummers.
Elle vivait dans les profondeurs et nous étions arrivé alors qu'elle se lavait les dents. Ils nous avaient tout de suite adopté : le père, la mère, la fille, le fils et le chien-marteau. Dès le début, leurs tics de langage nous avaient beaucoup amusé : ils inséraient dans leurs phrases de nombreux adverbes même quand ce n'était pas nécessaire :
« Papa ! Entre temps ma bouche a rendu caoutchouteument du sale dans l'évier, pouah anticoagulement dégueulasse... Igor, brusquement rallume la bougie ! On n'y voit lubrifiquement rien ! Je dois aristocratement me faire belle et ensuite sortir ce soir. »    
A partir de ce jour, nous prîmes la résolution de leur rendre visite quotidiennement, au moins jusqu'à ce que l'école reprenne. Cependant, ce bonheur dura peu ; un événement funeste pointait déjà à l'horizon.

VII.
Une nuit, les sirènes des pompiers retentirent, tout le quartier s'était levé pour voir l'attraction : nous arrivâmes à nous débattre pour apercevoir enfin les portes grandes ouvertes des ambulances où des myriades de passants, pressés les uns contre les autres, pouvaient voir les victimes qui allaient être transportées en urgence à l'hôpital.
Il fut exactement onze heures dix-sept lorsque le charme de l'enfance prit fin. Je me souviens comme si c'était hier : on poursuivit la dernière ambulance avec nos vélos jusqu'à la perdre de vue... Qu'était-il arrivé de si grave à cette si gentille famille qui nous avait chaleureusement accueillis ?
Le lendemain, aucun titre des journaux ne mentionnait ce drame, rien à la télé, et à la radio, le néant absolu. Personne n'avait rien remarqué cette nuit. Avec le temps, la raison prit le dessus sur notre chagrin : on avait rêvé à force de fabuler voilà tout !
On regagna bientôt nos bicyclettes pour bousculer les gens autours des terrasses et dans la rue ; souvent un serveur en déséquilibre lâchait de son plateau un café brûlant sur la gueule du client ; et même parfois, affalé dans un hamac au fond du jardin, on bouffait des carambars qu'on avait volé chez le marchand d'à côté... Bref l'enfance avait repris ses droits sous cet éblouissant soleil d'été.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 04/11/2016 à 14:52:39
David Lynch est parti pleurer dans sa chambre.
Lapinchien


tw
    le 04/11/2016 à 15:36:43
sinon j'ai suivi la logique de "Quelques éclaircissements" tant qu'il s'agissait d'un polar poétique assumé : il y avait un serial killer qui buttait des écrivains plus ou moins connu à chaque épisode, les uns à la suite des autres. Là, c'est passé à tout autre chose, j'ai l'impression qu'on m'a choppé dans une inception de niveau 3 ou 4 et qu'en tant que lecteur je ne suis plus très loin d'être happé pour l'éternité dans les limbes oniriques.
Cuddle


fb
    le 11/11/2016 à 22:50:01
J'aime bien le chapitre 3, je le trouve poétique. Le côté lessive échouée, homme-taupe, c'est beau. Mais j'ai quand même un peu de mal avec la SF. C'est un univers à part, compliqué pour mon petit cerveau microscopique et le blabla qui suit me fait sombrer dans un alcoolisme profond. Désolé.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]