LA ZONE -

Le goût du salut

Le 27/11/2005
par Abbé Pierre
[illustration] 5h30.

Je rentre chez moi après une chasse fructueuse.
La tête de ma victime assommée frappe contre le tableau de bord dans un bruit sourd. Je souris. Ses longs cheveux bruns me caressent la jambe, sa main est posée sur ma cuisse et sa bouche entrouverte. Encore quelques kilomètres et enfin mon excitation serait à son comble, enfin je pourrais me guérir.
Ma maison m’apparaît au détour d’un virage. Je gare la voiture et commence à toucher la jeune femme sans vouloir la blesser. Je la frôle, l’embrasse du bout des lèvres. Elle sera meilleure tout à l’heure, son sang couvrant sa peau pâle et son corps fragile. Je la fais sortir et la porte jusqu’à la cave où plusieurs de mes anciennes captures attendent encore, les yeux exorbités, les mains découpées, nues sur leurs chaises pour l’éternité, liées à moi jusqu’à la mort. Je les aime. Elles sont mes enfants, toutes mes pensées et ma guérison. Je le sais, j’en avais pris conscience. J’installe la nouvelle sur une autre chaise puis je l’enferme. Elle se réveillera dans quelques heures et j’entendrai ses cris de ma cuisine. Le seul fait d’y penser me laisse émerveillé. C’était une bonne prise et j’en profiterai jusqu’à la fin.

J’ouvre les yeux doucement. Mes paupières refusent tout d’abord mais je parviens à leur imposer ma volonté. Le noir, l’enfermement, la puanteur. Toutes ces sensations m’assaillent. Mon premier réflexe est de crier, vite et fort. De l’aide, c’est cela qu’il me faut. Personne ne réagit, personne n’est derrière cette porte. Je suis là, seule. Que s’est-il passé? Mon esprit s’embrume, il ne veut pas se rappeler. Ce coup, cet homme. Que voulait-il ? Mon corps entier tremble sous la peur. Des bruits en haut, il y’a quelqu’un. Je me jette contre la porte, je crie à n’en plus finir, ma gorge brûle. Qu’est ce que j’ai fait ? Pourquoi suis-je punie ? Je l’entends. Il doit descendre, pour me voir. Il frappe à la porte et je ne dis rien. Que pourrais-je lui répondre, je ne sais même pas de quel crime je suis accusée. S’il vous plait...

J’ouvre doucement la porte qui me sépare de la liberté. Peu à peu je retrouverai ce que je cherche. Vous m’avez fait mourir, tous autant que vous êtes mais je prends ma revanche, pour ne pas rester prisonnier de vos propres pensées.
Elle est là, les yeux fermés. Elle fait semblant de dormir mais sa respiration est saccadée. La peur, l’adrénaline qui l’oblige à se trahir. Sa cage thoracique qui se bloque. Je connais tout ça, à cause de vous. Je l’aime déjà, elle. Je m’approche et la caresse une nouvelle fois, ressentant ses frissons qui parcourent maintenant mon corps. Je ne lui parle pas, je ne dois pas lui parler, laissant ce mystère, ces secrets, détruirent peu à peu sa réalité. Je l’embrasse, ses lèvres me rejettent. Je fais courir mes doigts sur son cou, puis sur sa nuque sur laquelle je sens l’hématome, vestige de cette nuit. Je n’avais pas frappé fort, il ne fallait pas la salir.

Non...non...je ne veux pas ouvrir les yeux. Des larmes se perdent sur mes joues, toujours plus. J’ai mal. Pourquoi je dois subir ça, pourquoi moi ? J’entends encore le bruit de ma première blessure, du commencement de ma destruction. Il avait refermé la porte, tout était noir, je le savais. Je sentais ses doigts sur moi, sa bouche, ses gestes précis mais je ne voulais pas le voir. Les battements de mon cœur s’intensifient, ma tête vibre à leur rythme. Je tremble, toujours plus. L’autre épaule. Ce son qui annonce ma fin. Je ne veux plus sentir tout ça, il me frappe, je crois. Il doit me frapper maintenant. J’ai de plus en plus mal, que fait-il ?

Le jeu commence à présent. Je ne l’avais à peine touchée mais elle s’offre déjà à moi comme un enfant que je devrais garder jusqu’à la fin de notre existence. Chaque parcelle d’elle s’accroche à moi par la peur, la souffrance et la puissance que je lui ordonne. Elle n’a pas conscience de ce qui allait se passer. Son seul refuge dans cette prison se révèle être ma présence. Elle demanderait bientôt, j’en suis certain. Elle demanderait ce que je serai le seul à pouvoir lui offrir, la tranquillité, la liberté, tout ce que je cherche moi aussi.
Elle devient de plus en plus pâle, ses larmes coulent encore et je ne peux m’empêcher d’en goutter une. La saveur salée de sa solitude. Je ne dois pas continuer trop longtemps, elle est belle mais fragile. J’en trouverai une autre cette nuit et je la choisirai plus forte. J’attrape un couteau auquel j’offre la peau dénudée des bras de ma victime. Je trace quelques lignes, assez profondes pour que le sang s’écoule. L’autre membre n’attend pas et je lui fais subir le même sort. Ma rédemption passe par ses actes, ce sang est mon immunité. Elle est ma sauveuse.

Maman..ce nom sort de ma bouche alors que je ne l’avais pas pensé. Maman..peut être pourra t’elle me sortir de là. Elle est à côté de moi. Ses paroles m’apaisent, m’endorment. Je courre vers elle mais elle n’est plus là. J’entrouvre les yeux. Toujours sur cette chaise alors que l’homme est derrière moi. Je me suis vue courir, je me suis vue tenter de la rattraper. Pourquoi suis-je encore là ? Je n’ai pas bougé. Mon sang, il tombe sur le sol, goutte à goutte, me perdant peu à peu, offrant mon corps au néant. Maman, reviens. Je n’ai plus rien. Mes paupières se ferment d’elles-mêmes. Je n’ai pas été punie, ce n’est pas elle, elle n’oserait pas m’infliger ça. J’essaye de bouger mes jambes, d’enfouir la tête contre mes genoux mais les mains de l’homme me retiennent. Je ne dois pas, il a raison, je suis forte, je dois accepter sans bruit. Je t’aime maman.

Elle est à moi maintenant. Je suis son univers, ce qui peut la retenir à la vie, ce qui peut être sa seule raison de vivre. En un sens, je suis Dieu. Je suis le seul détenteur de son existence, celui à qui elle obéit, à qui elle se livre. Mon couteau s’installe sur ses jambes. La peau déchirée ne lui inflige plus de douleur, seulement mon plaisir à la vue de son sang. Je la frappe dans les côtes. Un hoquet lui échappe alors que ses poumons se vident de leur air. Son visage bleuit. Elle tente de reprendre son souffle et s’accroche toujours plus à moi. J’ai le pouvoir de lui rendre ce que je lui ai pris. Elle peut appeler à l’aide, personne d’autre que moi ne lui répondra, comme celles qui l’ont précédée. J’en viens à la mutiler partout où le couteau se pose, suivant les formes du corps, tranchant dans l’obscurité ce qui s’oppose à lui. Elle ne criera plus, elle n’émettra plus aucun son, elle imagine, elle espère. Je suis son espérance.

Le silence brûle mes tympans, mon souffle se fait de plus en plus imprécis, je n’en perçois rien. On me frappe de l’intérieur, quelque chose me martèle le corps. Je ne l’imagine plus, je le sais et j’observe ma destruction. Rien n’est au dehors, à part lui, il tente de me soigner, il panse mes blessures faites par l’Autre. Il fait tout ce qu’il peut. Je dois me libérer en me donnant à lui, je ferai tout ce qu’il me demandera. J’arrête de trembler, ce corps n’est pas à moi, il n’existe que dans mes rêves, il est à lui, lui qui essaye de me le rendre alors que l’Autre s’installe dans mon cerveau, frappant, détruisant tout ce qui s’y trouve. Je suis forte, je tends mes bras vers lui, je sens sa présence, il me repousse. J’ai failli faire une bêtise, il me délivre, je ne dois pas lui transmettre l’Autre, je suis la seule à me battre, je suis la seule qui mérite d’être détruite, lui est bon, je ne suis rien.

J’ai gagné. Je pose mon couteau et l’observe. Le sang coule toujours, ses doigts ne sont plus que des lambeaux de chair, son corps n’est plus rien car elle me l’a donné, parce que je suis le Sauveur. Le plaisir s’engouffre en moi, me reposant, encore un pas vers ma libération. Ma victime bouge encore, elle n’ose pas crier, de peur de me déplaire, elle n’ose pas non plus ouvrir les yeux. Ces dernières secondes sont les plus importantes. Je m’assieds en face d’elle, la regardant toujours. Je ne l’ai jamais vue et pourtant, je crois la connaître mieux que n’importe qui. Je lui ai offert une vie, une réalité qu’elle accepte, comme toutes les autres, mes filles.
« Ma fille ».

Elle ouvre les yeux.

Papa. C’est lui. L’air s’engouffre en moi. La lumière me brûle les yeux. Il faisait noir pourtant. Non, arrête de penser, avant n’existait pas, je viens juste de naître, je n’étais rien, je ne suis qu’une enfant. Il m’a tout donné parce qu’il m’aime et m’aimera toujours. Je suis son cadeau, son offrande. Plus rien ne me détruit, je n’entends plus l’Autre, il n’est plus là, il n’y a que lui, qui tient à moi parce que je suis le fruit de ses propres entrailles. Je dois lui parler, je sais que je peux, il sera content et il me bercera, tout ira mieux.

« Papa.. ».


Elle est morte. Elle ne bouge plus. Seule sa bouche demeure ouverte, étirée en un rictus de joie. Je me lève et la laisse là, je ne dois plus y toucher, elle rejoindra toutes les autres. J’ai passé ma journée dans cette pièce et la nuit commence à tomber. Elle aura été ma famille, la seule qui m’aura aimé alors que vous, vous n’osiez pas, parce que j’étais différent, parce que vous ne regardiez pas ce que j’étais vraiment. J’avais besoin de vous et vous m’avez rejeté. Elle, au moins, elle a compris et je lui en ai remercié.
Je sors et prend ma voiture pour une longue nuit que je ne peux raconter. Ma liberté n’est qu’à moi, je dois vous la reprendre.

5h30.

Je rentre chez moi après une chasse fructueuse...

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 27/11/2005 à 15:52:43
Le principe du doublement du point de vue, d'abord, avec les paroles de la victime intercalées, c'est en trop. limite surnuméraire. C'est gadget.

Le ton par contre est très bon. A part des petites fautes comme le "je t'aime maman" qui est carrément trop gros -ce qui précède est assez juste, mais là...-, ça m'a bien porté.
Ca maintient l'attention malgré l'obscurité du truc (j'ai rien compris à ce qui se passe dans la majorité du texte).

Ca donne effectivement envie d'en lire plus, mais plus simple.


Aka


    le 27/11/2005 à 16:01:10
Perso c'est le contraire, j'aime beaucoup le coup du doublement de point de vue.

Par contre le style pas top : on a le droit à quelques envolées lyriques qui sonnent un peu faux dans le contexte.

La fin est un peu trop obscure et symbolique prout prout.
Aka


    le 27/11/2005 à 16:01:35
Putain on dirait pas à mon commentaire, mais au final je l'ai pas trouvé dégueu hein, juste, pas très marquant.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 27/11/2005 à 16:15:09
Puteborgne, j'ai mal aux yeux. On devrait inventer un périphérique à brancher directement sur le nerf optique.

J'ai quand même lu. Pas mal, quelques fautes supercielles point de vue écriture (sauf : "lui en ai remercié"), mais l'ensemble reste bon.

En même temps, j'ai eu du mal à entrer dans les détails de la relation victime-bourreau. J'ai tendance à chercher de la signification profonde là où les auteurs ne mettent que du n'importe quoi, du coup je combats cette tendance.

Ça fait toujours une majorette de moins. Pourquoi tant de cérémonial, au fond ? Il chipote, ce... euh... papa. En plus, il a oublié de dormir, là.
Abbé Pierre


    le 27/11/2005 à 16:28:06
Et il a pas mangé non plus Papa.
J'aime bien l'image sinon.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 27/11/2005 à 17:03:34
Papa serait-il un être immatériel ? Une troublante métaphore du Père Noël capitaliste ? Ou l'incarnation fatale des fantasmes masochistes d'une petite salope de majorette ? Mince, je recommence à cherche du sens.
Abbé Pierre


    le 27/11/2005 à 17:12:49
Ou Papa est un cyborg aussi. Voire un robot industriel. La fille n'étant que l'âme du yahourt bulgare en fabrication.
nihil


    le 28/11/2005 à 17:18:06
Y a une bonne qualité d'écriture en tous cas. La confusion mentale des deux personnages ne me gêne pas, ça me semble réaliste. C'est de l'Anti-Konsstrukt en un sens. Pensez :

"Je reagarde son visage. Elle pleure. Il fait froid. Il ne fait pas très chaud. Ses yeux sont beaux. Je lui arrache les yeux. Elle hurle. C'est très plaisant.

Mes yeux sont dehors. La douleur me fait mal. Je tire sur mes liens. Ca me scie les poignets. Qu'est-ce qu'on se fait chier.

Pensez à acheter une baguette de pain, une courgette et deux oignons. Payer le gaz. passer à la banque.

B12, croiseur coulé. A13."

Maintenant c'est vrai qu'écrire principalement à coups de symboles flous et de périphrases bizarroïdes, c'est pas le plus compliqué, c'est le même principe que la poésie en prose, on peut se permettre d'écrire n'importe quoi et que ça passe tranquillos pour de l'art. Mais là j'ai pas l'impression que les tournures soient gratuites. J'ai l'impression qu'il y a du sens caché sous des replis bordéliques.

Commentaire édité par nihil.

Commentaire édité par nihil.
Abbé Pierre


    le 28/11/2005 à 19:04:21
A vrai dire, ce texte devait être suivi par un autre, plus explicatif, mettant en scène Papa encore une fois mais dans un monologue. Les problème posés sont:

-J'ai commencé d'écrire et ça m'a semblé véritablement scandaleux, je l'ai effacé.
-Depuis le temps, j'ai la flemme de tenter d'en refaire un.
-Lampe à huile.
nihil


    le 28/11/2005 à 19:10:52
T'as prévu d'autres textes sérieux, où tu comptes vivre des royalties apportés par celui-ci jusqu'à la fin de tes jours ?
Abbé Pierre


    le 28/11/2005 à 19:17:53
Ca c'est une idée transalpine.

Sinon, pour le moment présent, je suis sur une rubrique plutôt pas très sérieuse. Qui comporterait plusieurs textes tous pas aussi très sérieux que la rubrique elle-même qui les tient en son gros sein droit.

Mais tu viens tout de même de me donner une idée transalpine.

Ah, et pour la photo: I'm sorry, I had forgotten.
Traduction: cette image là est bien plus jolie. Et je suis sûr que ça te dérange pas autant que ça de te casser le cul.
Narak


    le 29/11/2005 à 18:50:08
J'ai lu que la partie du tueur, l'aspect victime fait un peu trop gnan-gnan a mon gout. J'ai pas réussi à rentrer dedans, mais mon chat viens d'essayer de me déchirer le lobe de l'oreille, ça n'aide pas forcément à la concentration. J'essaierai de le relire au calme, quand mon chat miaulera sous deux mètres de terre compactée par exemple.
Kirunaa


    le 29/11/2005 à 20:00:59
Pas trop convaincue par la victime, mais j'aime bien le bourreau.

Rien d'autre à dire.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 29/11/2005 à 22:35:46
L'alternance c'est bien d'ailleurs en plaçant un electro-aimant entre le psychopathe et la victime, les variations des flux des champs magnetiques crees par les pensées torturées des deux protagonistes consecutivement pourraient induire un courrant electrique important dans la bobine. Reduisez vos factures EDF, grace à la Zone ! Voila une suggestion de recyclage pour ce texte, tres plaisant par ailleurs. A part peut être la transition entre la peur panique et la révélation de la victime.
Nounourz


    le 01/12/2005 à 09:35:38
Pas trop mal écrit, mais pas très convaincant.
C'était mon commentaire-minute.
Womble


    le 02/12/2005 à 02:32:30
Quelques tournures de phrase m'ont plut. Sinon le style m'a parut bon sans être convaincant.

Le point de la vue de la victime me paraît légérement inutile pendant toute la première partie du texte surtout que les raisons du basculement pyschologique "C'est mon tortionnaire"/"C'est mon libérateur" arrive un peu comme un cheveu sur la soupe.

Mais c'est peut-être moi qui suis con.

Tiens, ça pourrait être bien pour la Saint-Con ça.
Mill


site lien fb
    le 16/02/2007 à 18:12:21
Sympathique et relativement lêché. Sans jeu de mot. Intrigue assez banale toutefois. Du coup, la longueur du texte m'a un peu freiné. J'ai dû lire ça en plusieurs fois.

= ajouter un commentaire =