LA ZONE -

De la fleamme aigue

Le 14/04/2006
par Abbé Pierre
[illustration] (Les pensées qui précèdent l’élaboration de mon texte de la Saint-Con se retrouveront cloîtrées entre ces parenthèses.
Elle n’appartiennent en rien au texte et ne savent pas ce qu’elles foutent là, si ce n’est qu’elles y ont été obligées. Leur résistance, bien que vaine, fut d’autant plus conséquente qu’elle fut renforcée par un soupçon, et n’oublions pas la cédille sous peine de se retrouver avec des vermicelles de combustible avant la fin, d’éthylisme de l’ordre du mètre cube. Autrement dit, ce que tu es en train de lire là, connard, n’existe pas, putain de visionnaire. En espérant que la dernière phrase me sera redevable de quelques remerciements du public trisomique auquel j’offre ce monument grandiose de littérature qui n’a pas débuté. Bien. Reprenons. La Saint-Con, Saint-Con, Saint-Con, et trois vagues espacées des règles de Monsieur Word plus tard, ainsi que la proposition d’en faire une Sainfoin, est l’occasion de cramer un con sous les olas de la foule en délire. Le problème réside dans le choix du dit con. J’avais pensé à incarner Dieu pour brûler la Terre. J’avais pensé à brûler Aka, cette connasse, mais quelqu’un a été plus rapide, la victime était soldée, je me suis lamentablement fait baiser sur la ligne de départ et par une vieille, en plus. C’est quelque peu rageant et d’ailleurs je gnyaaaaaaaah gyaaaaaaaaaaaah zzzzzzz rhaaaaaaaaaa Chevènement über alles pensais sincèrement me rabattre sur cette pétasse. J’excuse mes synapses et vous laisse un moment pour les remettre dans le bon sens, sans qu’elles envoient des signaux électriques au noyau de mon être, au fondement de mon existence, à la Genèse de ma haaaaaaaa hiiiiii quel gros camion Gérard, pouet pouet enfin, vous avez sans doute compris.
Mais la flemme grandissante a condamné ces nobles entreprises et je me retrouve sans personne à brûler, je dois dire que je suis sérieusement, autant que faire se peut, dans une masse d’immondices répugnants, dans la merde quoi. Oh, et puis, vous faites chier. Je place un vortex ici, ça fait tout drôle, ça vous chatouille le bas ventre dans le sens des aiguilles d’une montre puis ça se termine, vous vous explosez la gueule par terre et vous continuez. En fait, c’est à partir de ce moment là que je pense à cramer cette feuille blanche, cause de ma non-inspiration et conséquence de ma glande aigue et donc que mes pensées se ferment pour laisser place au texte puisque, armé d’un briquet, je me sens capable d’en finir avec ce bordel, j’ai envie de pioncer en plus, je m’en fous, je me casse, ras le cul, voilà.)

VROUF

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 14/04/2006 à 18:34:50
L'effet de souffle de ce magnifique "VROUF" vous rejette tout droit dans le vortex sans passer par la case départ. Merci d'avoir joué avec nous.

Ange Verhell


    le 14/04/2006 à 21:23:17
C'est un art de parler pour ne rien dire, ça l'est encore plus d'écrire pour exprimer le rien.

Bravo à l'Abbé et à sa divine bouteille.
ampoule
tttttttt    le 14/04/2006 à 22:52:05
grandiose cette idée là (j'avoue n'avoir lu que l'intro et la première phrase et ai pensé que nos idées dans nos têtes à nous sont à brûler) donc si c'est le cas, je vote pourl'abbé!
nihil


    le 15/04/2006 à 00:42:43
Ca me rappelle violemment le célèbre texte de Dourak de l'année dernière tiens : http://zone.apinc.org/article.php?id=988
Je me demande si l'abbé aurait pas eu l'idée de rééditer le succès sans trop se casser. Je désapppprouve solennnnelllemmmmment (font chier ces consonnes doublées de merde).
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 15/04/2006 à 01:14:57
Célèbre ? Succès ?

Ça me ferait très plaisir d'avoir des imitateurs. Mais, là, je crois qu'il avait juste la flemme.
Aka


    le 15/04/2006 à 02:06:09
Je suis émue que tu ais voulu me cramer petite pute, et encore plus que tu es envisagé d'enfin me débarasser de, je cite "cette poufiasse".

"à la Genèse de ma haaaaaaaa hiiiiii quel gros camion Gérard, pouet pouet enfin, vous avez sans doute compris." m'a provoqué une bonne crise de fou rire.

Sinon cette semaine c'était la Saint Con, pas la semaine textes de merde.
MantaalF4ct0re


    le 15/04/2006 à 18:08:47
pris au second degré c'est presque rigolatoire
autrement c'est un texte chiant
Astarté


    le 16/04/2006 à 00:25:05
Quoi une vieille ? P'tit morveux.
J'lai grillé. Trop marrant.
Abbé Pierre Grand Inquisiteur. Mouarfffffffffff
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 16/04/2006 à 00:33:01
Nan, lui il dit que tu l'as baisé, pas grillé, et ça c'est franchement dégueulasse de faire ça à un abbé.
Astarté


    le 16/04/2006 à 01:00:58
Pauvre impie de moi !

= ajouter un commentaire =