LA ZONE -
Résumé : Notre poète du moment, Saintshaka, se défend décidemment pas mal : ce poème est une mosaïque d'images et de sensations fugitives, moins péniblement baudelairiennes de service. Comme d'hab on comprend rien, mais bon, ça surprendra personne.

Chapeau bas monsieur le cadavre, cette tarte a vous meme est parfaitement reussie

Le 03/06/2006
par Saintshaka
[illustration] Leurs marches de langueur dans des traces impures
Justice sommaire, dos contre le mur
Lumieres et esprits en pleine déchéance
Rêves abolis pour règne d' inconscience
Bienvenue dans nos temps de peur et confusion
Fins sans rancoeur, la chance t' a souri
Coeur déchiré entre confiance et envie
Odeurs de chlore et craintes en éclosion

Force humaine, tu trouvera tes limites
La jalousie que les bonheurs suscittent
Pour un respect confiné à l' apparence
Rêves abolis pour règnes d' inconstance

Bouc emissaire, chaque corps et esprit libre
Morcellement des fins et ensuite des moyens
Masse de mépris dans les mots du doyen
Bravoure imitée, pour que l' égo s' enivre

Beautés nouvelles dans le sang et le feu
Drogues spirituelles pour leur race et leur dieu
Victimes et coupables en toutes circonstances
Rêves abolis pour règnes d' intolérance

Un drap humide, cadeau des represailles
Couvrant un corps qui n' en a nul besoin
La dissidence en pature a des chiens
Cacher le génie pour dévoiler les failles

Des jambes lourdes qui n' avanceront plus
Ce comfort simple dont nous nous sommes imbus
Entre couilles vides et un crane en carence
Rêves abolis pour règnes de pestilence

Et nous convergeront en un point inutile
Nos vies sont faites pour oublier l' enfance
Rêves abolis pour règne de complaisance
La joie se décharne comme les jours s' empilent

= commentaires =

nihil


    le 03/06/2006 à 23:53:55
Personnellement je préférais les deux autres. C'est sur celui-ci parait plus sérieux, plus réfléchi. Il est surement mieux écrit d'ailleurs. Mais les autres avaient un coté respectivement déjanté et grandiloquent qui me plaisait. Ici en plus de rien caler, je m'ennuie. Bien le titre, par contre, à se défigurer à la petite cuillère tellement il n'a aucun rapport avec rien.
Aesatruc     le 04/06/2006 à 18:58:24
J'ai un copain qui écrit "émissaire", "hemmissaire". Mais lui au moins respecte la règle phonétique, sale poête à la con.

Bon, moi j'ai rien compris, mais j'ai aussi aimé.

J'aime bien lire des agencements aléatoires de mots rigolos tels que "égo" ou "humide", c'est délassant.
MantaalF4ct0re


    le 04/06/2006 à 21:59:02
Le titre était alléchant, le reste est plus alléchiant parce que vraiment de la poésie au sens "canonique" du terme...
Saintshaka est peut-être en 1ere Littéraire?

commentaire édité par Mentalfactor le 2006-6-4 21:59:56
Aka


    le 04/06/2006 à 22:59:33
Le titre est excellent.

Voilà.
Ange Verhell


    le 05/06/2006 à 20:51:09
A mon prochain bouquin, je demande un conseil sur le titre à saintshaka
Aka


    le 05/06/2006 à 22:31:53
Pas que sur le titre hein.


Navrée mais la perche était grosse (cmb).
Glaüx-le-Chouette


    le 06/06/2006 à 00:17:40
"A mon prochain bouquin"


Je t'ai déjà dit que tu me faisais pitié, Ange ?
Méprisable raté.
nihil


    le 06/06/2006 à 00:19:18
Oui ça tu lui a déjà dit, en 1971 je crois. Non pas que ça rende la chose moins ou plus véridique. Renouvelle-toi dans tes gags.
Saintshaka


    le 07/06/2006 à 15:44:12
L' emouvante histoire de l' imitateur azteque.
Soit tu appelle ton bouquin comme ca, ou soit je la raconte moi, l' Emouvante histoire de l' imitateur azteque et ca va chialer dans les chaumières.

= ajouter un commentaire =