LA ZONE -
Résumé : Texte merdique, d'autant plus frustrant qu'il aurait bien pu donner quelque chose d'intéressant. Le narrateur nous fait redécouvrir l'histoire des Haschichins, cette ancienne secte d'assassins et remet leurs préceptes en application. Le texte refuse tout parti pris et tout manichéisme, c'est plutôt pas mal vu. Seulement c'est maladroit, très mal écrit, déséquilibré. Gâchis total.

D'une histoire ancienne...

Le 19/06/2007
par Lussylver
[illustration] Je ne sais plus où j'ai entendu cete histoire.

Il y a trés longtemps, loin en Orient, dans les montagnes perses, vivait un homme dans un immense palais secret. Personne, à part ceux qui vivait, ne connaissait l'existence de ce palais. Et certains d'entre eux n'étaient même pas sûr qu'il pouvait exister. Il était d'une architecture tellement fine et belle que l'on dirait façonné par les anges. Tout se trouvait en abondance et en somptuosité à l'intérieur de ce palais: Nourriture, vêtements, boissons... Il était majoritairement habité par de somptueuses femmes. Le jardin était gigantesque et regorgeait de faune et de flore venant des quatres coins du monde. C'était l'Eden.
L'homme qui y vivait était le seul à pouvoir en sortir car il était maitre des lieux. Il disparaissait pendant quelques jours et revenait avec ce qu'il considérait des invités, qu'il ramenait séparement. Il les choisissait parmi les plus vigoureux et habiles hommes qui existaient en dehors de ce paradis. Beaucoup d'entre eux étaient aussi trés modeste, voir extrémement pauvre. Il se liait d'amitié avec eux, puis, abusant de leurs confiance, les droguaient. Par la suite, il les faisait rentrer dans on palais où il leur faisait goùter les plus grands délices: Femmes, boissons, drogues... il se croyaient mort et au Paradis, car un tel lieu ne pouvait exister sur terre. Ils en était extrémement heureux.

Le bonheur et l'allegresse se poursuit jusqu'à un certain jour, où le maitre des lieux décide de les renvoyer du chateau, et leurs défends d'y rentrer, à moins qu'ils n'accomplissent une certaines missions. Croyant avoir goùté au Paradis, et aussi totalement sous l'emprise et la dépendance des divers drogues qu'ils ont put gouté, ils sont capables de faire n'importe quoi pour retourner dans ce palais, car de toute façon, ils ont été en Eden, et en on été chassé. Il ne peuvent plus rien perdre, et tout à y gagner.

Ils accomplissaient ces missions au périls de leurs vies. Des missions d'assassinat, pour la plupart. Ils n'en revenaient presque jamais.

Du mot Hachich, a été donné le noms de Haschichins pour ces hommes. Il devient plus tard le nom Assassin.

A mon avis, c'était les premier kamikazes, bien avant les japonais.

Mon travail ressemble à celui du maitre du palais, qui vidait la tête de ces hommes pour leurs faire accomplir un travail, une mission qui serait refusé par quiconque de sensé. J'en fabrique des tas, de gens comme eux. Je les prend pour la plupart des couches sociales les plus défavorisés, et je les drogues. Non pas aux substances addictives ou aux plaisirs matériel, mais aux promesses de Paradis et de martyrisation. Je leurs promet soixante douze vierges et des rivières de miel, et eux, sont prêt à donner leurs vies, au nom d'Allah.

Mon travail n'est pas différent de celui des recruteurs de l'armée. Eux aussi vont dans les quartiers populaires, font miroiter la perspective d'une vie meilleure aux jeunes, en échanges d'un petit moment à l'armée. Ou de leurs vies. La différence est que je leurs promet la vie eternelle. Les autres pourront peut être sortir de leur misère. Et ils ont aussi une chance de vivre.

J'ai à mon actif beaucoup d'attentat, réussis ou avortés. J'opéré un peu patout: Maghreb, Proche et Moyen-Orient, Europe... Mon pseudonyme est connu et réputé chez beaucoup de ces organisations à qui l'on impute la responsabilité de ces attentats. Pourtant, je n'appartiens à aucune d'entre elles, et trés rares sont ceux qui pourraient me reconnaitre. Je suis un peu freelance.Je ne veux pas addhérer ces organisations car je ne suis pas comme eux. Je ne crois pas en Dieu et au Paradis. Pour moi, tout cela, c'est des contes de fées. Dieu, s'il a existé, nous a abandonné il y a longtemps. Et maintenant, c'est la guerre.

C'est la guerre, et il n'y a aucune notion de bien ou de mal. Il y a notre coté. Et il y a les autres. Il n'y a plus qu'à choisir lequel prendre, car il n'y a ni redemption ni purgatoire. Il n'y a que des morts de notre coté, et des morts du leurs.

= commentaires =

Asa     le 19/06/2007 à 22:05:25
L'illustration, c'est pas tiré d'un prochain jeu de PS3 ?
MantaalF4ct0re


    le 19/06/2007 à 22:56:50
J'opéré un peu patout
ls accomplissaient ces missions au périls de leurs vies. Des missions d'assassinat, pour la plupart. Ils n'en revenaient presque jamais.
Le jardin était gigantesque et regorgeait de faune et de flore venant des quatres coins du monde. C'était l'Eden.
blablablablablabla
putain mais la semaine texte de merde est déjà lancée???
le Duc a un gros fake? Aure a un grand frère?
ps: nique sa mère ouais gros risepecteu
ceacy     le 20/06/2007 à 03:00:54
Je n'ai rien de positif à dire, à part "il y avait du potentiel, dommage". Et en fait, ce n'est pas positif.
Hag


    le 20/06/2007 à 21:48:08
J'ai lu.

Je conaissais un peu cette histoire, ce Hassan Ibn Al Sabbah, et cette histoire qui invite à la rêverie, de ces meurtres dans cet orient merveilleux qui tant me plait. Vraiment, face à l'invasion de sentiments et de doux mirages qui me viennent à l'esprit à ces pensée, oui vraiment il y avait moyen d'écrire un texte sublime, troublant, enivrant, à l'image de cet orient médiéval magnifique et onirique.

Eh ben c'est un texte de merde, mou, avec des trucs qui sortent de temps à autre sans grande motivation, et une fin qui esquisse un truc dont on n'a rien à branler.

Ah Alamut, verrais-je un jour tes cimes brulantes ?
Je sens que je vais écrire un texte là dessus.
Ah Alamut, qu'il me tarde de te rencontrer.
Mill


site lien fb
    le 20/06/2007 à 21:58:06
Hag, j'ai pas encore lu le texte de Lussylver, mais en lisant ton commentaire, je me suis rappelé qu'il existe un excellent roman "Alamut" et une bonne BD de Corto Maltese : "La maison dorée de Samarkand". Si tu t'attaques au sujet(très bon choix), ça peut t'intéresser.
Mill


site lien fb
    le 20/06/2007 à 22:00:22
Non rien.

commentaire édité par Mill le 2007-6-20 22:2:20
nihil


    le 20/06/2007 à 22:02:52
Les encyclopédies, ici, on les brûle, connard.
Mill


site lien fb
    le 20/06/2007 à 22:05:01
Oh oui, oh oui, oh oui! La cire chaude, la cire chaude, la cire chaude!
Et bien dégagé entre les deux oreilles.
nihil


    le 20/06/2007 à 22:09:20
Sinon moi la fin je la crains pas, sur le fond. Ce mec en guerre contre le monde, sans qu'on sache trop pourquoi, qui refuse les causes dogmatiques, les religions, les notions morales, qui tue pour tuer et détruit pour détruire, moi il me plait bien. Quelqu'un devrait lui consacrer un texte (un vrai).
Hag


    le 20/06/2007 à 22:10:34
Oh Alamut, oh Alamut, oh oh Alamut ouuiiiiii Alamut OUUIIIIIIII.

C'est l'aparté culturel du soir. Bonne nuit.
Narak


    le 21/06/2007 à 11:28:17
Pour moi ça reste une copie de Lord of War, avec du folklore en plus. j'aime pas, c'est chiant. Ca s'arrange microscopiquement sur la fin mais putain c'est maigre tout ça.
Mill


site lien fb
    le 21/06/2007 à 15:31:57
Ca y est, je l'ai lu. Et je le déplore. J'exagère, certes. Le choix du sujet m'interpelle parce que c'est vraiment une histoire qui a bercé mon enfance, mais le parallèle avec les kamikazes n'est pas si évident que ça et il aurait peut-être requis davantage de parlotte. cela dit, la parlotte selon Lussylver - et son absence de style - aurait probablement nuit à son propos. Pour ce qui est est de la fin, elle n'est pas terrible, c'est sûr, mais elle ne choque pas au regard du reste. Lord of War? Narak n'a pas tout à fait tort. Heureusement qu'il y a le folklore.
Winteria


    le 21/06/2007 à 15:44:05
J'ai bien envie de remixer ça aussi.
Mill


site lien fb
    le 21/06/2007 à 15:54:40
Fais-toi plaisir, sweetie.
Osiris


    le 21/06/2007 à 18:24:47
Lussylver, tu as besoin de :
-cours d'orthographe
-cours de grammaire
-cours de conjugaison
-cours de rhétorique.

Sans oublier que tu me sembles n'avoir aucune imagination (que la vengeance est douce, raaaahhhh Lussylver, enfin je te tiens !).

Je te conseille de t'inspirer de ton vécu pour écrire, sinon tu ne créeras jamais rien de bon. Ne te force pas, attends que les idées viennent. Parfois il faut attendre très longtemps avant qu'un concept ne sorte de ton esprit. Cherches un sujet qui te tienne vraiment à coeur, de préférance à un moment où tu es triste, voire, encore mieux, en colère.

Travaille davantage tes textes aussi. Si tu postes des brouillons à moitié finis, remplis de fautes de frappe et de syntaxe ("une certaines missions"... tu aurais pu l'aviter en te relisant celle-là !), c'est normal que tes textes soient qualifiés de merdiques.

J'espères que tu sauras appliquer mes conseils. Si tu n,'y arrives pas, je te recommande gentiment de ne plus poster sur la zone. Evidemment je peux aussi te le recommander méchamment. A toi de voir.
Winteria


    le 21/06/2007 à 18:33:51
D'ailleurs ça me rappelle une immortelle maxime concernant une merde qui se fout d'un chiotte, quelque chose dans ce genre.
Glaüx-le-Chouette


    le 21/06/2007 à 18:34:59
Osiris, ta gueule, petite merde.
Winteria


    le 21/06/2007 à 18:37:15
Voilà, c'est à peu près l'expression de ma pensée.

Commentaire édité par Winteria.
Lussylver


    le 28/06/2007 à 01:54:51
Putain, trois textes déjà et c'est pas encore ça, à part le "gâchis"?

Mouais, je pense que de toute façon je remixerai mes textes pour quelque chose de louable après, mais dans quelque temps, histoire de me perfectionner, donc, pas touche à mes idées avant que je rechie tout ça. Et au fait, mon texte s'axe sur le narrateur plutôt que l'histoire.

Ta gueule Osiris, on ne l'ouvre pas quand on écrit des textes sur une bouche, crevard.

= ajouter un commentaire =