LA ZONE -
Résumé : Voilà un texte qui va nous attirer une nouvelle clientèle : les pervers scatophiles en manque. La merde on en bouffe souvent sur la Zone, mais là c'est du sérieux : tout est décrit avec une précision millimétrique et sans la moindre trace de second degré. Vu que le narrateur s'attarde sur les descriptions, on s'ennuie un peu, mais ça finit par déraper vers une certaine forme de violence salutaire.

Ma main a laissé une trace sur la porte

Le 23/06/2008
par Tonton Serge
[illustration] On se regardait. Elle était debout. Elle a pissé. Ça a d’abord fait comme un petit jet en ma direction et puis ça a coulé le long de sa jambe. Comme un petit chien qui s’oublie. Elle s’est ensuite accroupie et elle m’a souri en poussant.
J’ai entendu le bruit de la merde qui avançait pour sortir de son cul. C’est fou le bruit que ça peut faire de la merde qui sort. Et puis j’ai vu l’arrondi de l’étron qui descendait vers le sol ou il se lova sur lui-même doucement jusqu’à la pointe finale. Ce fut presque tout de suite l’odeur. Forte. Ecœurante. Ça m’a rappelé les couches des enfants. J’ai eu envie de partir, là. Tout de suite. De retourner vers la porte et m’enfuir. Boire une bière. Oublier. Effacer. Mais entre la porte et moi il y avait ce couloir et elle à l’autre bout qui me regarderait fuir en train de chier. Et puis elle s’est assise dedans, les coudes sur les genoux. Le cul sur le plancher avec la merde qui s’étalait sous elle dans un bruit d’écrasement. Son sexe légèrement écarté laissait poindre la muqueuse et on devinait le rose sous les lèvres de la merde. Certains de ses poils blonds presque blancs collaient à la matière. La flaque de pisse devant elle luisait dans le soleil qui arrivait à l’oblique par la porte de sa chambre. Les aréoles foncées de ses seins lourds contrastaient de manière indécente avec la blancheur de sa peau, en écho à la merde. Ses yeux sous sa frange me demandaient de vouloir. Elle s’est retournée. Une assiette de merde aux fesses. Et l’odeur toujours si présente. Elle a calé sa tête dans contre le mur, descendu ses seins contre le bois, plaqué son ventre dans la flaque et soulevé ses fesses le plus haut possible. Elle a de nouveau pissé. Pas un jet mais comme la résurgence d’une source à fleur de terre qui aurait coulé le long de ses poils. Ses mains s’agrippaient à la plainte. Je n’ai pas pu faire autrement. Au lieu de partir je me suis avancé. J’ai sorti mon sexe et je me suis allongé pour le lui mettre dans le cul. D’un seul coup à travers la merde. C’était chaud et épais, un peu gras. Comme elle. Ça a résisté un instant avant de s’ouvrir. Je sentais l’épaisseur de matière entre ma peau et l’intérieur de ses fesses. Il y avait comme des petits grains plus durs. Je ne pouvais m’empêcher de penser à ce qu’elle avait pu manger. Après quelques va et vient la merde s’est amollie, presque liquéfiée. Ça devenait trop facile, ça m’a énervé. Et puis toute cette odeur. Ça m’a mis de mauvais humeur. Je me suis relevé une semelle de chaque côté de ses genoux et je l’ai pénétré à la verticale. Je sentais ses genoux qui glissaient mais ils ne pouvaient s’écarter calés par mes pieds. Elle tentait de se maintenir cambrée pour conservait l’angle d’ouverture aussi droit que possible mais ses reins commençaient à céder et mon sexe la déchirait de plus en plus. Je continuais de pousser. Ses ongles rougissaient contre la plainte. Son crâne frappait dans l’angle du mur. Elle hoquetait presque à en vomir. Enfin elle a pleuré et supplié que je m’arrête. Je ne sentais plus rien qu’une grande brûlure partout. Mon sexe était perdu quelque part au milieu de tout ça. Je suis sorti. J’ai plongé mon sexe dans ses cheveux, sur ses yeux, dans son nez et sa bouche. Contre ses dents. Il y avait de la merde partout. Alors j’ai voulu la baiser. Je l’ai mise sur le dos et j’ai cherché son sexe. C’est rentré vite. Ma main écrasait sa bouche et une partie de sa poitrine tandis que trois doigts de l’autre entraient dans son sexe avec le mien. Elle hoquetait toujours. Je fouillais. Je cherchais quelque chose mais ne savais pas quoi. Il fallait que ça rentre. Et puis ça a piqué mon sexe. Je me suis retiré et j’ai forcé mes doigts à l’intérieur. Un fil sortait de ce qui restait de son col de l’utérus. Elle m’avait dit se l’être fait enlever quelques six mois plus tôt à cause d’un début de cancer. A l’endroit où normalement on trouve une petite protubérance il n’y avait qu’une sorte de trou, avec ce fil qui dépassait. Probablement celui de son stérilet. Et j’ai commencé à jouer avec. Ma main presque entièrement dans son sexe, juste le pouce en dehors du côté de son cul. Elle a commencé à vagir. Je ne sais pas comment j’ai fait mais je suis entré dans son cul avec mon sexe et ma main me branlait de l’intérieur de son vagin. Je me suis branlé dans elle jusqu’à en finir. Quand je suis parti elle hoquetait toujours contre le mur parcourue de frissons. Je me rappelle du clic du pêne qui se referme et du soleil qu’il faisait encore dans l’escalier. Ma main a laissé une trace sur la porte.

= commentaires =

nihil


    le 23/06/2008 à 18:23:52
Bah en fait, j'aime bien, je crois. Enfin tout le début est un peu chiant, mais ça dérape de manière très naturelle, sans qu'on s'en aperçoive trop. C'est bien gaulé. Cru sans chercher particulièrement à choquer. Bon, un peu plus de concision dans les descriptions du début serait pas du luxe.
Hag


    le 23/06/2008 à 18:34:03
Moi les descriptions ne m'ont pas gênées. Je trouve qu'elles mettent bien dans l'ambiance, jusqu'à nous saturer comme l'est le narrateur. Du coup, la suite des événements, moins "subtils" et originaux, s'en trouve logiquement justifiée. Même si j'ai moins aimé cette seconde partie, cette énumération trash n'est pas géniale, et tire même un peu en longueur.

J'ai bien aimé l'absence de contexte par contre. Ainsi que les références à la lumière, qui donne un bel éclairage à la dégueulasserie ambiante, et bien aimé la dernière phrase aussi.
El Def     le 23/06/2008 à 18:50:33
Mouais je sais pas, j'ai pas accroché, il faut croire que la scatophilie c'est pas mon truc. J'ai bien aimé le coup de l'ablation du col de l'utérus, m'enfin bon sans plus..

Sinon effectivement je sent que l'on vas s'attirer tout les boulets de oueb avec ça..
Zaroff


    le 23/06/2008 à 18:52:28
Bien scato mais vachement bien écrit !
Narak


    le 23/06/2008 à 21:27:24
Ai beaucoup aimé, mais pas le temps de commenter en détails pour le moment.
Aesahaettr


    le 23/06/2008 à 21:56:52
L'écriture est pas si millimétrée que ça, elle veut l'être (dirait-on) mais se rate sur plusieurs parties. C'est dommage parce que c'est évidemment intéressant de faire dans la description érotico-scato-gonzo avec le ton d'un rapport policier, mais c'est pas un registre qui souffre les fautes de description et les lourdeurs, selon moi. C'est un peu comme si les gars de Meshuggah laissaient échapper des couacs, ça passe pas du tout.

"Ma main écrasait sa bouche et une partie de sa poitrine"
Ah bon ? La même main ? C'est le zombie de Barry White le mec ?

"les lèvres de la merde"
Ca, en titre de remake porno trash de "Les Dents De La Mer" c'est bien; à la fin d'une phrase complexe pas super harmonieuse, ça alourdit considérablement la lecture.

"Mais entre la porte et moi il y avait ce couloir et elle à l’autre bout qui me regarderait fuir en train de chier."
Ca j'ai beaucoup aimé.
En fait j'ai beaucoup aimé le texte, je me suis légèrement effleuré le sexe plusieurs fois en souriant, et j'ai ri sporadiquement, ce qui me pousse à croire que le but du texte est atteint et que donc c'est bien. Je cherchais juste un point négatif ou deux à soulever.
Yothar_Ace


    le 23/06/2008 à 23:03:05
Juste assez trash pour que j'arrive pas à finir ma bouteille de lait Lactel. En bref, j'aime.
EvG


    le 24/06/2008 à 01:05:22
Je sais pas pour quoi, mais ce texte m'a fait sourire. J'ai franchement partir au milieu, puis c'est devenu agréable et marrant. Je trouve que le ton du narrateur a quelque chose de très gamin, c'est pas forcément une mauvaise chose.
Ah, sinon , va falloir coffrer l'auteur pour faux et usage de faux du mot plainte.
Plinthe, c'est peut-être mieux, sac à merde !
***Après lecture des commentaires, je tombe d'accord avec Aeshbidule, cet être qui a eu le courage de relever ces lourdeurs... Pour le remercier, je lui envoie ma collection de bousiers empaillés, par chronopost."

commentaire édité par EvG le 2008-6-24 1:10:13
Marquise de Sade


    le 24/06/2008 à 01:42:07
Ce texte c'est de la merde, ce qui dans ce contexte est un putain de compliments.

Maltchik


    le 24/06/2008 à 23:26:48
C'est si bien détaillé que je me demande à quel point est-ce autobiographique? En tout cas je ne savais pas que la merde était si bandante.
Konsstrukt


    le 25/06/2008 à 10:28:11
j'ai trouvé ça excellent. rythme très puissant (pas rapide, hein, c'est pas du tout la même chose), et très bonne utilisation (comme le faisait remarquer chaiplusqui) de la lumière. on est pratiquement dans un tableau de la renaissance, avec plein de caca en plus.
très fort.
contrairement à ce que pense nihil, je trouve d'ailleurs que c'est la partie plus particulièrement narrative qui fonctionne le moins - même si elle fonctionne déjà très bien comme ça.
il y aurait sûrement quelques vis à resserrer pour que ça soit parfait, mais je ne vois pas bien quoi. peut-être plus de précision dans les gestes, et quelques lourdeurs à retravailler, oui, comme disait encore je sais plus qui non plus.
en tout cas, très bon texte, qui sent la technique et le travail, je trouve, sans puer la sueur pour autant. c'est agréable.
Aesahaettr


    le 25/06/2008 à 19:13:26
Je suis d'accord avec ce commentaire, même si je ne sais plus qui l'a écrit.
Konsstrukt


    le 26/06/2008 à 07:44:39
et voilà. un peu de flemme, et tout de suite les gens se vêxent. raah, c'est un monde, ça.
Tonton Serge


    le 26/06/2008 à 11:06:35
Ah, mes amis, mes amis ! Je savais que je trouverais toute ma place dans cette zone qui est la votre… J’aime vos commentaires vivants qui fleurent bon la sincérité et la sympathie.

Je voudrais commencer par m’excuser platement pour cette faute énorme de la plinthe et oui, tout à ma petite affaire je suis resté bloqué sur les plaintes et les râles. Une erreur de précision impardonnable EvG, dont je viens de comprendre les subtilités du pseudo dans un grand éclair de lumière !

En ce qui concerne ce bon (cette bonne ?) Aesahaettr dont les subtilités du pseudo m’échappent totalement par contre, je ne peux cautionner vos remarques. Pour ce qui est de la main qui écrase et la bouche et la poitrine, tout cela n’est qu’une question d’angle de cou et de taille de seins. Toutes les femmes ne sont pas des planches raides et plates, il y en a avec de la matière !

Et si vous appelez ça : « Son sexe légèrement écarté laissait poindre la muqueuse et on devinait le rose sous les lèvres de la merde. » une phrase complexe alors vous me laissez sans voix. Pas harmonieuse, à la rigueur, mais bon…

Le fait que vous vous soyez légèrement effleuré le sexe rattrape beaucoup de chose car cela montre votre capacité à être du côté de la vie et des bonnes choses de la chair. Essayez la prochaine fois de vous introduire dans l’anus un flacon de déodorant féminin (vous remarquerez que les flacons masculins sont d’un diamètre beaucoup plus important ce qui en rend l’usage beaucoup moins confortable pour les non initiés) que vous aurez pris soin d’enduire d’huile d’olive (la seule dont l’odeur est supportable car elle rappelle les vacances). Vous verrez, votre émoi n’en sera que plus conséquent.

Je pense personnellement qu’il faut zapper « , en écho à la merde » dans la phrase : « Les aréoles foncées de ses seins lourds contrastaient de manière indécente avec la blancheur de sa peau, en écho à la merde. » parce que ça fait poète. Et que les vis à resserrer le seront en vue de la publication qui ne manquera pas d’arriver de ce texte impérissable !

Ah, ah, Tonton Serge vous a bien eu, il s’en fout en fait de vos commentaires de style et de faire poète, Tonton Serge EST le style et ceux qui se demandent si c’est auto-biographique peuvent aller chier dans un coin, bien sûr que TOUT est auto-biographique, c’est la vie, c’est beau, les petits oiseaux.

Pour celui ou celle qui a pas pu finir son Lactel qu’il ou elle sache que rien n’est plus beau que les moustache de lait sur les lèvres et qu’il ou elle aille tremper ses fesses dans une assiette plate remplie de lait frais lorsqu’il fait chaud car cela est réellement inoubliable surtout quand on se fait lécher par son chat après… ah, la langue rappeuse des minous…

Tonton Serge vous souhaite une bonne journée et vous encourage à passer commenter. Chacun d’entre nous doit sortir du placard son histoire de merde, ça soulage, vous verrez !

Tonton Serge tient également à féliciter la hot ligne de la Zone en la personne de Nihil qui est d'une efficacité redoutable, très cher parait-il, mais en tout cas bien au dessus du niveau de ses commentaires empruntés qui montrent qu'il ne peut rien apprécier d'un tant soit peu descriptif... je lui conseille donc la Play Station et la masturbation. Le mieux étant bien évidemment de se faire implanter la manette directement dans la bite.
nihil


    le 26/06/2008 à 11:27:18
"EvG, dont je viens de comprendre les subtilités du pseudo"

Eventration volontaire de Grossesse ?
Tonton Serge


    le 26/06/2008 à 11:44:54
Oui, je ne vois que ça.
EvG


    le 26/06/2008 à 23:30:19
Vous êtes d'un snob ce soir, j'y crois pas !
Aesahaettr


    le 29/06/2008 à 22:19:41
Ce bon Aesahaettr dont les subtilités du pseudo ne dépassent pas les subtilités d'un cerveau de boutonneux de 15 ans, qu'une recherche Google de cinq secondes peut habilement dévoiler même au macaque de laboratoire le plus rodé; et il est bon de noter à ma décharge que contrairement à l'user le log ne vieillit pas tout partout et notamment au niveau du pseudo, halala, c'est fou ce qu'on s'en branle.

Une phrase devient complexe à partir du moment où elle comporte au moins deux verbes conjugués, cabronito. [/Glaüx]
EvG


    le 30/06/2008 à 02:06:49
Tu te serais pas sniffé du verre pilé là ?
Aesahaettr


    le 30/06/2008 à 11:28:47
Je faisais écho à la tartine de Tonton.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 03/07/2008 à 13:01:19
Trèèès très crade, mais assez bien écrit. J'ai bien aimé la chute.
l'ocsa     le 03/07/2008 à 18:42:35
j'ai bien aimé...c'est un peu trash mais pas vraiment choquant... le début est certe un peu long mais prépare bien le dérapage...c'est sympatique...
Muscadet


site blog fb
    le 12/09/2016 à 18:34:45
Je m'en souviens.
Lapinchien


tw
    le 12/09/2016 à 18:47:12
comment ai-je pu passer à coté de ce texte ? probablement y avait-il un panneau /!\ sol glissant /!\ texte condamné momentannéement pour cause de karcherisation /!\

j'espère que la SRPJ a épinglé ce tonton Serge par ailleurs et que Nadine de Rothschild applique la méthode d'Orange Mécanique pour le désendoctriner.
Muscadet


site blog fb
    le 12/09/2016 à 19:38:29
Il avait fait sensation sur un site aujourd'hui décédé, puis avait disparu instantanément, tel une apparition mystique.

= ajouter un commentaire =