LA ZONE -

Microcosme

Le 02/10/2010
par nihil
[illustration] Je suis le Dieu de mon micro-univers. Composé de milliers de cellules organisées interagissant entre elles, je suis moi-même une cellule contribuant au bon fonctionnement de l'ordre global. Sous-système d’un sous-système d’un sous-système. Intégré dans des réseaux structurés en perpétuel mouvement, je suis un ensemble autant qu’une sous-partie. Je dépends du système auquel j’appartiens, il m'entretient tout comme je l'entretiens. On m'a spécialisé dans une tâche que j’accomplis jour après jour, pour la bonne marche de l'ensemble dont je fais partie, lui-même essentiel à la survie de l’ensemble supérieur. Mon rôle est de limiter l’extension permanente du chaos en maintenant la cohésion dans l'espace clos qui m'est assigné. Comme tout rouage d'un vaste engrenage je suis potentiellement remplaçable ou dispensable.
Je ne me demande pas où tout cela va me mener. Je ne me pose pas de questions sur ma destinée. J'ai trouvé ma place. Je chuchote de longues litanies de prières difformes à l'oreille de mes patients léthargiques. Jamais je ne suppose que je peux être amené à sortir un jour de ma bulle et cesser de m'empoisonner avec mon propre air. Je n'ai que faire de l'organisme global qui nous entoure. Mais lorsque les murs se mettent à palpiter et à remuer de vie, je me prends à rire, sans pouvoir me contrôler. Le manque d’oxygène me rend hypersensible. Et lorsque les arches se rétractent, comme mues par un tissu musculaire sous-jacent pour laisser la place à des remous de corps décharnés emmêlés, je sens ma raison vaciller. De ce charnier informe qui remue au-dessus de moi je ne distingue que reptations infâmes, ombres de bras amputés et de membres anormalement conformés qui affleurent à peine des voûtes. Et j'entends une voix venue du fond des âges couvrir les austères délibérations des prédicateurs :
… que notre voix obsessionnelle perce les murs des caveaux et atteigne les emmurés volontaires, par-delà les mille remparts qui les ceignent 60:44 vous, ESCLAVES muets, catatoniques incarcérés, enfants et serviteurs de DIEU, entendez notre supplique 57:74 levez-vous aujourd’hui et contemplez le soleil noir qui s’élève entre les plaines vides d’un ciel éteint 00:19 car votre FIN est proche, et la FIN de votre ère 69:68 et plus rien ne saurait l’empêcher 31:12
Alors je laboure sans retenue les murs de mes lames, brisant la faïence et suturant les fissures, et les dormeurs se tordent sur leur couche, leurs bras maigres tentant d'échapper au carcan des sangles. Eux aussi se sont mis à rêver, je leur ai transmis ma maladie. Ils sont comme moi.
Nous tous, morts et vivants à l'unisson, tendus vers le haut, à boire les paroles pathogènes.

... ceci est un appel à l’immobilisme, à l’isolement, à l’enfermement 87:41 l’altération d’un SYSTEME n'est rendue possible que par l’arrêt en chaîne d’une multitude de ses éléments constitutifs 09:65 le chaos et l’ordre, le chaos et l’ordre, le chaos et l’ordre 55:56 l’effondrement global n’est possible que si les sous-parties interconnectées, nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble, se mettent hors-service simultanément 64:23 entends-nous et désespère 64:05 c’est à ce prix que l’équilibre BASCULERA et que le système se mettra à genoux 54:00

= commentaires =

Koax-Koax


    le 02/10/2010 à 17:02:23
J'aime plutôt bien, et même en étant qu'un morceau choisit du Ventre, je trouve que ça se défend aussi bien pris isolé comme ça. L'intro est selon moi la meilleure partie du texte.

Le seul reproche que je pourrait trouver à faire là dedans, c'est l'exposition de certains mots, comme "fin" ou "basculera", entre autres; je trouve que c'était pas forcément nécessaire en l'état.
Castor tillon


Plus le chaos est moins grand, et moins l'ordre es    le 03/10/2010 à 00:01:53
Malgré ma longue habitude de ce genre de littérature, mon neurone a déclaré forfait.

J'ai rien compris, meeerde.

Mais qu'est-ce que c'est beau.
Castor tillon


    le 03/10/2010 à 00:09:17
Plus le chaos est moins grand, et moins l'ordre est plus bordélique.

Il en manque un bout, là-haut. Pas que ça soit d'une importance primordiale, hein.
Je veux pas que l'arbre cache la forêt.
Narak


    le 07/10/2010 à 14:50:38
Il y a une faute au résumé, je la signale parce qu'elle est de moi : SONT bien transmiseS.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 19/10/2010 à 23:31:46
Georges Frêche
Poubellemane
    le 20/10/2010 à 22:00:21
WAH COMEN C4EST TRAU D4RK§§§ J4ADOR KAN C4EST JENRE LES TENAIBRE ET TOU§§§§
Baldassare
    le 24/10/2010 à 01:59:39
C'est beaucoup trop adolescent à mon goût. M'étonnerait que les maisons d'édition s'intéressent à ce puéril bordel qui pue le complot, mais, qui sait, Hollywood aime bien la merde dans ce genre. Et sucez tous les clitoris protubérants de vos mères en putréfaction. Surtout toi. Ça te donnera de meilleures idées, connard.

Des bises.
Castor dudumanche
    le 24/10/2010 à 02:34:44
Faudra qu'on m'explique en quoi la succion d'un clitoris décomposé aiguise l'intellect.

Y en a qui ont l'air d'en avoir manqué.
400asa
    le 25/10/2010 à 20:35:58
L'on dit que la mastication favorise la concentration.
Castor tillon


    le 26/10/2010 à 00:03:27
Certes.

Excellent, le mastic. Ils en font à l'abricot, maintenant.
400asa
    le 26/10/2010 à 19:24:00
Cmb, au reste.
Castor tillon


    le 26/10/2010 à 22:05:23
Non. Cmb, en gros.
Mecky
Microcosme    le 10/02/2011 à 19:34:12
Évidente... pourtant bien rédigée cette introduction.
Puis le désordre s'installe. Pour démontrer son existence ? D'où provient ce problème identitaire face au système pourtant si bien décrit avec recul ?
Cuddle


fb
    le 29/11/2016 à 22:44:49
Je sais pas si vous avez fait gaffe mais on dirait un gros zgeg dans la vignette en bas à droite.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 29/11/2016 à 22:51:05
j'avais cru à un simple micropénis, enfin un truc extrait d'un organisme de H.G.Giger. Effectivement c'est marrant de retrouver où se trouve le détail extrait de l'illustration.

= ajouter un commentaire =