LA ZONE -
Résumé : Haikulysse revient avec son intrigante manière de traiter les news, un journal télévisé dont Madame Soleil serait le présentateur. Après tout, il y a bien les prévisions météo alors il est vrai qu'il serait plus utile au consommateur d'actualité de connaître ce qu'il va se passer demain et non, ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Revisitant sans cesse sa méthode de cut up et d'insertions et de lissages jusqu'à obtenir un texte onirico prophétique, Haikulysse décrit ici les aventures d'une mystérieuse Angela découvrant dans un improbable futur des écrits et vestiges de la Zone. Aussi ne pensant pas qu'il s'agisse d'Arkanya (dont le retour ferait le plus grand bien au site, cela dit) je me suis rabattu sur la deuxième Angela que je connaisse, Angela Merkel. Oppressante comme à l'accoutumé, la nouvelle d'Haikulysse parlera à chacun de vous comme s'il s'agissait de votre horoscope. Bien entendu, ce texte ne s'adresse à personne en particulier, tout comme le rêve est juste le reliquat de la réorganisation des informations qui sédimente en nos consciences. Et passant donc en mode Saïan, il affirma : "Angela mwen ké fend' tchou aw pendan papaw pa la, Angela."

J'irai dormir chez les Zonards. Ou Les Cendres Hardcore d'Angela !

Le 27/08/2015
par HaiKulysse
[illustration] 1.1) Avant-propos : Le carnet du lot numéro cinq -

Lorsqu'elle ouvrit le carton du lot numéro cinq, qu'elle venait d'acheter à la vente aux enchères sans en connaître le contenu, Angela découvrit avec surprise deux anciens portefeuilles en crocodile avec fermoirs en laiton, un carnet en cuir usagé, rempli de notes écrites en langue étrangère et une bouteille de vin rouge millésimé dont l'étiquette avait beaucoup souffert.
Aussitôt elle imagina la vie de leur ancien propriétaire :
Dans son bureau, cet écrivain avait démembré de précieux manuels, annoté au feutre les idées stimulantes pour les recopier ensuite dans son carnet ; au milieu de son capharnaüm, il avait pris soin de glisser aussi entre les pages du carnet des photographies en noir et blanc numérotées ou portant une lettre.

Angela avait tenté aussi d'ouvrir le fermoir des portefeuilles dans l'obscurité de sa chambre (on lui avait coupé le courant suite à ses dépenses exorbitantes.)
On ne voyait que la diode de sa lampe de poche éclairant l'unique ensemble du carton contenant les objets. Les deux fermoirs avaient fini par céder, lui laissant découvrir des papiers où l'écrivain étudiait la prononciation de mots souvent rares et complexes d'une langue encore inconnue pour elle.
Elle ne connaissait même pas leur existence : cette liste de mots semblait tout aussi ésotérique que le reste, renvoyant comme un index, aux différentes pages du carnet.
Au début, elle les confondit avec des noms de pseudos inventés de toute pièce par l'écrivain. Mais une recherche sur Internet lui apprit qu'ils venaient d'un dialecte de Papouasie.

Tout était organisé autour du carnet en cuir : les photographies vieillottes, les prononciations sauvagement gardées par les portefeuilles et peut-être même cette bouteille de vin rouge !

Cette nuit, avant d'éteindre son ordinateur et de planquer le carton dans l'une de ses armoires, elle s'intéressa de plus près au profil du vieil homme décédé : feu professeur de langues à la faculté, l'ancien propriétaire était aussi homme de lettres à ses heures perdues.

Elle se coucha finalement très tard, et fit des rêves fiévreux où elle se perdait, comme Alice aux Pays des Merveilles, dans cet étrange classement, ce fourmillement de ratures et d'images, et quelque chose lui chuchotait à l'oreille qu'elle tenait à présent l'aboutissement d'une méthode d'écriture novatrice et surtout d'une invention farouchement gardée sous clef !


1.2 La méthode novatrice d'Alphonse Choplif et l'invention d'une Zone !

Angela était étudiante en informatique, pourtant dès le réveil, elle décida de ne pas aller en cours ce jour-ci. Devant son café, elle observait encore sous toutes les coutures les deux portefeuilles, puis l'examen passa à nouveau au carnet, il y avait à la page quatorze un poème qui la fit rire et la mit de bonne humeur :
« Jour numéro un, deux et trois :
J'ai dormi à la belle étoile, sous les baobabs de Saint-Péray
Des géants à côté de moi qui ont l'haleine de la lascivité
Aujourd'hui, mes mains n'attrapent
Que du vent ; et le petit diable vert du Photomaton
M'observe en ricanant tandis que je jette
Mes divagations sur le papier de moleskine. »

Guillerette, elle chercha la photographie qui était rattachée à ce poème, Angela vit alors qu'elle représentait un camion poubelle en partance pour sa tâche. Interloquée d'abord puis à nouveau amusée, elle scanna la photographie pour l'enregistrer dans son MacBook et la publier sur Twitter ainsi : « un poème, c'est comme un camion poubelle, il récupère toutes les ordures qui sont délaissées sur la route. »

Plus tard dans la journée, sur une feuille de papier, elle listait des adresses emails face à l’écran de l’ordinateur et tapait frénétiquement sur le clavier de temps en temps tandis que des jeunes gens au-dehors s’appliquaient à détruire le mobilier urbain. Ainsi, elle avait à portée de main le lourd carton de la vente aux enchères et cherchait désespérément parmi ses contacts une personne qualifiée pour décrypter les mystères du carnet d’Alphonse Choplif, ce capharnaüm d’où il lui semblait poindre son rire, ses sarcasmes qui rendaient du sale. Au milieu de l’éparpillement de tous ces documents désormais en sa possession, la nuit arriva, et toujours sans éclairage (elle rechargeait la batterie de ses appareils sophistiqués dans les lieux publics) elle s’était armée de nombreuses piles pour recharger sa lampe de poche.
Elle écoutait à l’aide de son iPhone, une playlist du groupe défunt Nirvana : quand Kurt Cobain et Krist Novoselic étaient encore sous le label Sub Pop avant que le groupe ne devienne un truc énorme, une grosse machine à faire du fric.
La pape numéro deux traitait d'un autre temps où des agitateurs avaient été pendu pour quelques Napoléons dérobés. Avant leur exécution, par le pouvoir de leur imagination, ils avaient adopté un lieu qu'ils appelaient La Zone.
Angela toujours penchée sur l'étrange ordinateur, avec le carton du lot numéro cinq à ses pieds, patinait dans la semoule sans jamais avancer, c'était davantage qu'un fragment de textes incompréhensibles : c'était un avertissement à suivre si elle ne voulait pas sombrer dans la folie, le non-sens se terminant en entonnoir morbide.
Elle avait lu les dernières lignes, clope au bec, tandis qu'une odeur fétide s'échappait du trou des canalisations de la salle de bain ; elle avait lié aux américaines des herbacés psychédéliques pour atténuer sa migraine causée par ces mondes insensés.
Soudain, une explosion épiphanique d’éclats de lumière la plongea au fond du terrier, à cent pieds de profondeur sous la terre noire pour retrouver cet endroit mystérieux qui scintillait et l’intriguait tellement, l'entraînant dans son sillage vers un non-retour testamentaire. Il y avait au bout du tunnel un Gardien, Le Gardien de La Zone qui détenait la clé de toutes ces énigmes ; aujourd’hui, guidée par le Gardien, l’élue, la douce et tendre Angela, la seule et véritable élue, les yeux mi-clos, avaient franchis la Porte reliant l'existence aux ténèbres. Et pendant qu’elle parcourait sur la pointe des pieds d’immenses paysages littéraires, tout aussi factices, sous la lumière pâle de la lune se déversant jusqu’au fond du terrier, le Manitou des Grands Vents l'observait depuis la vitrine de sa boutique. Surplombant la scène, du haut de son échelle, il laissa tomber par maladresse un livre poussiéreux d'Egon Willerbann.
La toile du rêve se perça sous le choc, la jeune fille se retrouva sans la moindre transition sur une haute plate-forme ; un homme tantôt à tête de chien, tantôt à tête de lapin, avalait son café en lisant le New-York Times mais ce n'était peut-être qu'une illusion optique.
En fait, personne ne connaissait son identité.
Et quand elle lui adressa la parole et l'interrogea sur le sens profond qu'il menait entendre au sujet de son existence, le lecteur lui avait dit que son existence représentait toute la poésie d'ici bas, et vice-versa.

Il n'y avait aucune signification à tirer de ce rêve... Et pourtant, filant dans l'obscurité comme une comète, elle décida de continuer la piste, de faire lovely-love dans le brouhaha noir de ces drôles de carnavaliers.
Et ce fut ainsi que sa blonde chevelure fut découpé abjectement aux ciseaux.

Elle retrouva face à la houle, les farceurs : la saison des TDM tire-bouchonnés s'assurait un chemin parmi les calligraphies à l'encre chancelante d'un auteur de passage... -c'était l'histoire d'une poignée nomade de Cyborgs enfermés malgré eux au centre d'une danse macabre.

A l'aube, sur une pelouse, près du stand au poisson, Angela se réveilla sa jupe et ses sous-vêtements en lambeaux, souillée, alors que Les Zonards étaient déjà loin, dans une autre ville, sur un autre continent ou sur une autre planète sûrement, se rassemblant en déambulant le long de leurs Mercedes aux teintes noires.

Le rallye était prêt à commencer, leurs enthousiasmes brûlaient comme des étincelles de sel, de poivre, de parmesan, ou d'origan.

= commentaires =

HaiKulysse


site blog fb yt
Les cendres d'Angela    le 28/08/2015 à 07:50:18
Les Cendres d'Angela est un film américano-irlandais réalisé par Alan Parker et sorti en 1999. C'est l'adaptation cinématographique du roman autobiographique homonyme de Frank McCourt. (Source Wikipédia)
Cela dit, à partir du titre du livre que j'avais vu sur les rayonnages de la bibliothèque (roman que je n'ai pas touché autrement dit) je m'en suis inspiré et ça m'a donné envie d'écrire une nouvelle, à l'origine destiné pour un concours de nouvelle (Association Lire à Plobannalec-Lesconil* - La nouvelle doit obligatoirement débuter par le texte d’introduction imposé : Lorsqu'elle ouvrit le carton du lot numéro cinq, qu'elle venait d'acheter à la vente aux enchères sans en connaître le contenu, Faustine (je l'ai remplacé par Angela) découvrit avec surprise deux anciens portefeuilles en crocodile avec fermoirs en laiton, un carnet en cuir usagé, rempli de notes écrites en langue étrangère et une bouteille de vin rouge millésimé dont l'étiquette avait beaucoup souffert)
j'ai simplement remplacé le prénom de Faustine par Angela et j'ai laissé mon imagination dériver, en rajoutant à la manière d'un Antoine De Maximy : j'irais dormir Chez Les Zonards, lorsque je me suis rendu compte que ça plairait pas de toute façon au jury de Plobannalec-Lesconil, en le dédiant exclusivement aux Zonards, c'est pourquoi l'auteur du résumé a mille fois raison lorsqu'il écrit : ce texte ne s'adresse à personne en particulier !
Dourak Smerdiakov


site lien tw
    le 28/08/2015 à 12:26:45
Ce texte est forcément null s'il ne s'adresse à personne.
Dourak Smerdiakov


site lien tw
    le 28/08/2015 à 19:11:57
C'était de l'humour déréférencé, pardon.

Bon, maintenant, je l'ai lu. Ça m'a vaguement intrigué, sur l'air du "Mais où va-t-il en venir ?", j'ai même été jusqu'à faire une recherche sur le nom d'Egon Willerbann, qui m'a ramené sur la zone, saine révolution et merveille de l'indexation, puis j'ai commencé à me dire que ça parlait peut-être de la zone à défaut de mieux, puis c'était fini. Bon. Une idée pourrie de nouvelle pour un concours, recyclée en private joke zonarde, ça explique.

Faustine / procrastine, intestine / destine, il y avait moyen de recycler en sonnet, je dis ça, je dis rien.
Lapinchien


tw
    le 28/08/2015 à 19:39:19
Personnellement j'aime plutôt, et la bande annonce du film , la promiscuité qui s'en dégage me fait penser à la Zone https://www.youtube.com/watch?v=MVhIchAeRnw Bien sûr je n'aime pas le passage me concernant car ça ferait super égotique d'aimer qu'on parle de soi. Le procédé narratif me rappelle celui du texte de Mill, et comme d'habitude Haikulysse mélange et remixe les derniers textes publié à sa sauce j'étais loin d'imaginer que c'était un vieux texte à lui recyclé, je pensais que c'était une transposition du texte de Mill avec un background zonard.
Lapinchien


tw
    le 28/08/2015 à 19:41:50
sinon le photomontage réalisé pour illustrer ce texte représente Angela Merkel dans un bibliothèque de Pripyat mangeant des nouilles alphabet
Dourak Smerdiakov


site lien tw
    le 28/08/2015 à 21:01:15
Ah ? J'ai cru que c'était tiré d'un film de Luc Besson.
Lapinchien


tw
    le 28/08/2015 à 21:48:15
peut être une intrication quantique ?
Dourak Smerdiakov


site lien tw
    le 28/08/2015 à 23:19:00
Ça fait trois heures que je cherche la contrepèterie.

Non, c'est juste que quand tu laissais ta télé allumée sur le bruit statique, avant le numérique, tu avais les morts qui te parlaient en te faisant coucou de la main. Peut-être encore avec le numérique, d'ailleurs, je n'en sais rien, je n'ai plus essayé depuis longtemps (il faut bien le dire : les morts sont chiants). En plus, la Bible réprouve la communication avec la mort.

Maintenant, on peut regarder les jeux télévisés de la nuit et appeler en surfacturé pour répondre en direct, ça fait moins peur.

De toute façon, je ne vois plus le rapport moi-même entre tout ça, si ce n'est le fait de voir apparaître des trucs abominables à l'écran.
Lapinchien


tw
    le 29/08/2015 à 11:20:45
Haikulysse au moins n'est pas dans l'escroquerie puisqu'en permanence dans ses écrits il nous concède qu'il est dans une démarche de recherche de nouvelles méthodes d'écriture kilométrique et qualitative. Les effets annexes, le sentiment d'oppression, l'impression dans le non sens lynchien qu'au bout d'un moment on s'adresse à nous, est le pur fruit de l'imagination du lecteur et Haikulysse n'en n'abuse pas pour lui vendre de la camelotte, il dissèque même cela dans ce qu'il rapporte par endroits et met plutôt le lecteur en garde contre ces phénomènes induits collatéraux à sa démarche expérimentale. Personnellement j'en redemande. De vraies friandises à chaque contribution.
Lapinchien


tw
    le 29/08/2015 à 11:22:44
sans parler du style. excellent. Si je m'inscrivait dans le même genre de quête, je sais très bien que ça serait bancale. La c'est dense, d'un haut niveau linguistique et stylistique, et surtout homogène du début à la fin.
Muscadet


site blog fb
    le 02/09/2016 à 14:43:32
Je le lirai cette nuit, quand tous les chats sont gris. J'espère qu'on ne me refera pas le coup de l'anonyme, c'est fatigant, de s'insurger.
Muscadet


site blog fb
    le 03/09/2016 à 01:34:24
Le formulaire qui déconne au bout de quelques minutes et qui nécessite de tout se retaper si on ne Ctrl-C/V pas, c'est guilleret, aussi.

Donc la lecture m'a transporté, mais au milieu uniquement. Par contraste j'aime moins l'avant-propos qui détonne dans le style, ce qui s'explique quand on sait que le thème était imposé, et quand on sait aussi que les concours de nouvelles servent seulement à débuter l'écriture de textes qui s'en éloignent, et qu'on ne propose jamais parce que pff restons sérieux, pour finir sur lazone.

Et je suis passé à travers la récupération de Maximy, complètement, que je trouve superflue, et surtout, je suis contre l'évocation de textes en ligne ou de sites, férocement contre et c'est non. Je veux rêver jusqu'au bout, et pas qu'on vienne me rappeler qu'il ne s'agit que d'un texte sur un site internet. Le minimum, merde.

Donc transporté seulement au milieu.

Et du coup, je vais préciser mon sentiment sur la suite Cut-hulup. Cet après-midi, j'étais fatigué, je n'avais pas envie.

= ajouter un commentaire =