LA ZONE -

Agarttha (IV)

Le 26/07/2016
par Lourdes Phalanges
[illustration] « Un être humain devrait savoir changer une couche-culotte, planifier une invasion, égorger un cochon, manœuvrer un navire, concevoir un bâtiment, écrire un sonnet, faire un bilan comptable, monter un mur, réduire une fracture, soutenir un mourant, prendre des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un nouveau problème, répandre de l'engrais, programmer un ordinateur, cuisiner un bon repas, se battre efficacement, et mourir bravement. La spécialisation, c'est bon pour les insectes. » Robert Heinlein.
Elle se réveilla, 3 heures avant l'horaire habituel, et ce, sans l'aide de son logiciel de reboot interne.

Elle se mit sur le ventre puis revint sur le dos; tourna, se retourna, sans jamais trouver la position idéale. Elle tenta de rallumer sa vieille app de trucs et astuces mais impossible de lancer ne serait-ce qu'un seul logiciel. Ces derniers dormaient, programmés pour reprendre du service à 6 heures précises - Elle s'imaginait pixel ou circuit imprimé, simple rouage vers l'Objectif.

Depuis quelques temps, rien n’allait plus. Elle se réveillait la nuit affolée, après avoir exploré des lieux étranges ou vu des choses qu'aucunes de ses solutions de régulations mentales ou somatiques ne pouvaient expliquer. Des choses qui semblaient si réelles. Sa dernière transaction. Des hommes aux visages tuméfiés qui se battaient en duel dans une caverne ou un sous-sol mal éclairé. Des visages familiers. Des sensations non-paramétrables.

«Dors.»

Allongée dans son lit, elle repensa à son antépénultième coït. Impossible cependant d’annoter les moments-clés sans le logiciel de rediffusion interne. 


«Dors !»


Elle sauta de la couchette en suspension et déverrouillera, non sans mal, la box à gélules nourricières. Elle avala celle du jour 602. Les macro-bots endormis glissèrent les uns après les autres dans son estomac.

Des tréfonds de son esprit, une mélodie entêtante s'invita, puis une, deux, trois énigmes, désormais libres à tout jamais d'être prononcées, criées, hurlées même à la face du Nouvel Ordre. 
Elle tenta d'ouvrir le volet opaque du hublot, pour voir la lune ou tout autre chose d’ailleurs, tout en sachant pertinemment qu’il n'y aurait rien.Tout le monde dormait. Le monde entier dormait et se réveillerai dans une petite heure - Le volet céda. Et comme prévu, il n'y avait rien.

Les bâtiments productifs et Les résidences interchangeables s'étendaient à perte de vue. Pas un bruit, pas une lueur, rien. Une simple nuit sans étoiles, celle du jour 535. A une autre époque, certaines personnes auraient trouvé ça beau. Une image, inspirant un poème, un mythe, que d’aucuns diffuseraient, années après années, et qui en inspirerait d’autres, à diverses époques.
Mais là, présentement, l'architecture fonctionnelle engloutissait toute possibilité.

Ou presque, puisque le Sélectionneur-Acheteur-Récupérateur de la dernière fois passa devant sa résidence, vers une destination qui ne semblait ni interchangeable ni productive.



Encore en tenue de sommeil réparateur, elle se rua dehors, à la poursuite du Sélectionneur. Pieds nus, elle remonta en courant l'unique boulevard de sa cité-dortoir.

Au loin, elle aperçut le Sélectionneur. Ce dernier disparu soudainement, comme happé par le flexibo-granit du bâtiment productif n°116. Elle n'était jamais venu dans cette zone. Elle n'en avait pas l’utilité et n'avait rien à y faire. Les portes du bâtiment étaient bien évidement toujours verrouillées. Elle regarda à droite : une résidence, puis à gauche : une résidence, ou presque, puisque s'enfonçait entre les deux édifices une très mince ruelle, large d'à peine la taille d'un adulte de corpulence standard, presque imperceptible pour qui ne prenait pas le temps de regarder autour de lui. Et Le monde entier se réveilla. Six heures : dans quelques minutes, les rues seraient pleines de gens productifs et interchangeables. Elle ne savait pas ce qui arrivait à ceux qu'on trouvait dans la rue avant cette heure. Elle rebroussa chemin à toute vitesse.

Arrivée chez elle, les macro-bots anti-datés sortirent également de leur sommeil et, privés de tout objectif, s'auto-détruisirent. Elle eu cependant le temps d'arriver jusqu'au bloc d'hygiène.

Peu de temps après, elle était de retour à son poste de Coordinatrice de la Stratégie Reproductive, gérant périodes d’ovulation et morpho-catégories, mais ce soir, quand le monde entier sera à nouveau endormi, elle remontera l'unique boulevard.

= commentaires =

David


élémentaire...    le 26/07/2016 à 11:12:19
Salut,

Surprenant nouvel épisode en miroir du précédent, ça ne peut être une grosse flemme d'écrivain de refaire le même truc en changeant juste le genre du personnage, d'ailleurs ce n'est pas tout à fait identique puisque le sprint final vers les toilettes diffère. Il y a les chiffres aussi qui m'intriguent et j'ai peut-être raté un truc, dans cet épisode comme dans le précédent, ici c'est le jour 535 ( l'autre est au 534) et ils utilisent tout deux les gélules nourricières du jour 602 (ou 601) là j'ai pensé à une sous alimentation chronique qui les ferait consommer plus de gélules que prévus... arf !
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:15:58
ça me rappelle beaucoup n3rDz écrit à 8 mains (Glaüx, Nourz, nihil et moi), l'histoire de 4 otakus qui découvrent que le monde n'est plus dirigé par des humains mais des robots qui en font l'élevage.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:22:28
Ce serait marrant de niquer l'intrigue de Lourdes Phalanges en anticipant ce qui va advenir par la suite. J'ai déjà émis pas mal d'hypothèses en présentation de texte, celles de David sont aussi bien intéressantes. ça me rappelle quand je suivais les forums de Naruto, des milliers de nouvelles théories par le monde à chaque publication d'un nouveau volet du feuilleton : le mangaka suivait avec attention tout ce qui se racontait pour chaque fois prendre les fans à contrepied. Il a fini par péter un cable et Naruto est devenu une telenovela brésilienne. Souhaitons le même succès à LP
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:26:53
Personnellement je trouve que David tient une piste sérieuse avec les choix dans la date. Probablement que les deux protagonistes mangent des gélules macrobotiques (huhu) périmées du coup c'est pour ça qu'ils deviennent lucides (en plus ils nous couvent une gastro-entérite aiguë)

Peut-être que l'incrémentation du jour signifie que l'homme a muté en femme du fait de la péremption de la nourriture ? C'est pour ça qu'ils marquent "A consommer de préférence avant" sur les produits. Un changement de sexe inopiné est si vite avarié.. heu... arrivé.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:28:54
si ça se trouve LP s'est juste gouré et à posté son premier jet du chapitre précédent sans faire exprès ? Mais ne sombrons pas dans les limbes du complotisme.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:51:09
sinon j'imagine que le "Sélectionneur" est le même type que celui que le personnage principal de l'épisode avait suivi. Là, je pense à Didier Deschamps mais en même temps j'y connais pas grand chose en football d'anticipation.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/07/2016 à 12:56:35
sinon a priori les macrobots sont antidatés comme les factures de mon avocat du coup ça peut expliquer la chiasse. Après qu'est ce qui pousse les gens à bouffer plus de cellules en forçant les boiboites au pied de biche. Peut être une addiction ? Peut être que leur esprit est pris petit à petit sous le contrôle des macrobots (un peu comme les paramécies et fourmis) C'est surement pour cela qu'il y a un verrou de sécurité et que les macrobot antidatés s'autodétruisent pour éviter une prise de contrôle total du sujet ? Oui le comportement des gens me fait penser très clairement a celui de fourmis sous l'emprise de douves maléfiques.
Muscadet


site blog fb
    le 21/09/2016 à 03:34:26
L'homme avait pris la résolution de ressortir le lendemain dans le couloir de l'imprévu, nous sommes le lendemain du point de vue de la femme, je ne vois pas de confusion dans les chiffres.

"puisque le Sélectionneur-Acheteur-Récupérateur de la dernière fois passa devant sa résidence"

En revanche, s'ils finissent par baiser dans la ruelle de l'imaginaire, ou dans l'escalier de l'impossible, les points putes pleuvront.
Muscadet


site blog fb
    le 21/09/2016 à 03:47:15
Au-delà de Gattaca, je pensais à un épisode de Black Mirror, "15 millions merits" qui dépeint un univers, et des personnages, extrêmement proches de celui-ci.
Alors la critique sociétale sur le fond est assez balisée, je crois qu'on a bien fait le tour, mais dans le détail comme dans les références j'ai quand même été happé. Et le style emporte le tout quoi qu'il en soit.
Bon c'est mort pour un épisode V je suppose, il doit s'agir de la twisterie finale et définitive depuis deux mois.

Je ne regrette pas le déplacement.

= ajouter un commentaire =