LA ZONE -

Le Troll

Le 17/04/2021
par Un Dégueulis
[illustration] « Et donc, mon cher ami, je crains que ton argumentaire ne repose sur un homme de paille, doublé d’un appel à la tradition et d’un appel à l’autorité du plus mauvais goût. Cela témoigne d’une intelligence fortement limitée, et je pense que tu n’as pas le niveau requis pour débattre avec moi. »
Voilà. Avec ça j’étais sûr qu’il allait la fermer. Ça faisait trois jours que je débattais avec ce type sur Facebook sur une question épineuse, à savoir si les filles dans les mangas et animes étaient supérieures aux vraies femmes ou pas. Depuis soixante-treize heures, ni lui, ni moi n’avions dormi, et nous passions nos journées et nos nuits à taper de longs commentaires incendiaires.
« Mais t’est con ! je parle pas des homes de paille, je parle de filles en cher et en os! loooool ! Non mais regarder-moi ce con ! »
L’enflure. Un ad personam, au moment où je m’y attendais le moins. Tétanisé, je vis les likes s’accumuler sous son commentaire, avec parfois des haha approbateurs et même, Ô comble de l’horreur, des cœurs. Je me ruai sur le clavier.
« Utiliser un ad personam et un appel à la foule est une stratégie déloyale ! Tous tes arguments sont des non-sequitur, espèce de troll de mes deux ! Je t’invite à réfléchir longuement sur le caractère abominable de tes actes, Jean-Pierre Flattres ! Et j’exige des excuses ! »
Le cœur battant la chamade, le visage empourpré, j’enfonçai rageusement la touche « entrée », et attendis sa réaction.
« Lol. T’est vraiment tro con mec. Les vrai femmes s’est toujour mieu qu’un personage de dessin animé, tu va pas faire des enfant avec ! En plus les jap y z’était contre nous dans la deuzième guerre mondial donc si t’est pas d’accor ben t’est Hitler. »
Reductio ad Hitlerium, le pire sophisme, et l’un des plus difficiles à parer. Mon interlocuteur n'argumentait pas de façon rationnelle, il trollait ! Je regardai avec horreur son compteur de likes s’emballer pour la seconde fois. C’était injuste. Je compris, que j’aurais dû continuer à énumérer les faits au lieu de tenter une attaque frontale. Il en avait profité pour déployer tout un arsenal de sophismes dévastateurs.
Sur un autre groupe dont j’étais membre, un internaute posta une capture d’écran de la conversation, accompagnée d’une photo de moi exhibant mon corps magnifiquement adipeux dans l’espoir d’attirer une waifu de passage. Le tout était surmonté de la mention « Le Gro Con », écrit en police de vingt. Je tentai de la signaler à Facebook, mais ils me répondirent simplement que cela ne violait pas leurs conditions d’utilisation. Les salauds, j’étais sûr que le modérateur chargé d’examiner les signalements se marrait avec les autres.
Je bondis de mon siège et hurlai : « MAIS BORDEL, C’EST UN PUTAIN DE TROLL ! » Dans l’open-space, tous mes collègues levèrent les yeux vers moi. Le manager s’approcha à grands pas de mon poste et jeta un œil à l’écran de mon PC. Constatant que je ne travaillais pas, il dit :
-    Monsieur Branlet, suivez-moi dans mon bureau s’il vous plaît.
-    Mais… Je…
-    Tout de suite !
-    Je… Oui.
Je le suivis, traînant mes cent quatre-vingt kilos à contre-cœur. Je sentais les regards de mes collègues s’appesantir sur moi. Je détestais qu’on me regarde, ça me mettait toujours mal à l’aise. À cause de cela, j’avais de grandes difficultés à marcher, comme si quelque chose s’introduisait dans mon anus et prenait le contrôle de mes jambes. Je transpirais à grosses gouttes.
-    Monsieur Branlet, depuis quelques mois votre productivité est en chute libre. Vous avez déjà reçu plusieurs avertissements, et le fait que vous utilisiez Facebook pendant les heures de bureau est contraire au règlement intérieur de l’entreprise.
-    J’en suis conscient, mais voyez-vous…
-    Pas de « mais », Branlet. J’ai déjà fermé les yeux sur la collection de porno japonais que vous avez dissimulée sur le cloud de l’entreprise le mois dernier, et qui je le rappelle pesait plus de deux-cent gigas. Votre comportement est de plus en plus problématique, et si vous continuez sur cette voie, nous serons obligés de nous séparer de vous.
-    Je comprends, fis-je, penaud.
-    Maintenant, je vous invite à vous remettre au travail. Et plus de cris dans l’open-space. Je vous ai à l’œil, Branlet.
Le trajet pour revenir à mon poste me sembla durer une éternité. Tous les regards posés sur moi continuaient de s’introduire dans chacun de mes orifices, comme des tentacules dans une héroïne de dessin animé japonais. J’avais la nausée. Une fois arrivé, je fermai le navigateur et rouvris à contrecœur le dossier sur lequel j’étais sensé travailler. Alors que je commençais à peine à en prendre connaissance, j’entendis le « ping » caractéristique de la notification Facebook. J’avais fermé la fenêtre, mais j’avais oublié de me déconnecter et de désactiver les notifications ! Une grosse veine se mit à palpiter sur ma tempe et je commençai à trembler. J’inspirai profondément. « Du calme, Michel, pense à ta tension ». Je baissai le son de l’ordinateur. Juste avant que le volume n’atteigne zéro, j’entendis pourtant de nouveau, à l’extrême limite de mon champ d’audition, le « ping » dans toute son horreur.
N'y tenant plus, soufflant comme un phoque, je regardai par-dessus mon épaule pour m’assurer que le manager était absorbé par son propre PC, et je rouvris Facebook.
« Loooool, tes parti mec sa y est t’a plus rien à dire ! »
« Looool, il est trot con lui mdrrrrr »
« Il a eu peur sa mer ! »
« Mor au Nazis ! »
« ROFL »
La situation était encore pire que je le craignais. Facebook ne m’avait pas tout notifié, et durant ce laps de temps crucial où je m’étais éloigné, des dizaines de commentaires tous plus moqueurs les uns que les autres s’étaient accumulés.
-    MAIS BORDEL C’EST UN TROLL ! UN PUTAIN DE TROLL DE MERDE !!!
-    MONSIEUR BRANLET !

Une fois rentré chez moi, je me précipitai vers le réfrigérateur et en sortis une boule de viande hachée d’un demi-kilo, que je mangeai sans prendre la peine de la faire cuire en l’accompagnant de corn-flakes et d’un litre de Coca, pour me donner du courage. Je dirigeai ensuite mon ventre proéminent vers le PC du salon. J’avais bien sûr un smartphone, comme tout le monde, mais je préférais taper depuis mon PC, pour plus de précision (un accident d’autocorrect peut décrédibiliser le meilleur argumentaire).
Ma photo était partout, dans tous les groupes, parfois affublée de croix gammées et d’uniformes nazis. J’étais devenu un meme. C’était un cauchemar. J’envoyai un message privé au troll en le sommant à nouveau de s’excuser. Il me répondit par un doigt d’honneur. Je hurlai et donnai un grand coup de poing dans le mur. « Du calme. Du calme, Michel ! » m’exhortai-je. « Pense à ta tension. »
Je décidai de me détendre en écoutant du Brutal Death Metal allongé sous ma couette à l’effigie de Shinsekai Yori, en serrant contre moi mon dakimakura représentant Bulma en petite culotte. Je pris mon casque Bose Superbass édition limitée à l’effigie de Sailor Moon, et lançai un album de Cannibal Corpse. Je me mis à chantonner doucement :
« Carbonization
They will all burn
Mass execution
They will all die ».
Et c’est à cet instant que j’eus une épiphanie. Puisque je ne pouvais pas l’avoir par l‘argumentation rationnelle, c’était par le feu que je prendrais ma revanche. J’écarquillai mes petits yeux séduisants, et ouvris le profil Facebook de mon némésis, sur mon smartphone cette fois, puisque je n’avais nullement l’intention de lui écrire ou de commenter un post quelconque.
Il habitait en Bretagne, vivier bien connu de créatures maléfiques, et travaillait dans un abattoir porcin, « le Gai Cochon ». Cela me permit de retrouver son village : Pouldreuzic. Et…encore quelques posts…oui ! Une photo de sa maison ! Il ne me restait plus qu’à acheter de l’essence, et je pourrais mettre en place mon implacable vengeance.
Je rêvai de yanderes nues dansant sur des riffs de Morbid Angel, et fus récompensé au matin par une éjaculation spontanée. Je m’étirai comme un gros chat et me dirigeai vers la douche, afin de laver longuement mon corps magnifique en admirant mes seins énormes et mon gros ventre poilu. Puis je me séchai et m’aspergeai de parfum, avant de coiffer mes cheveux clairsemés et de lisser ma barbichette. Je montai dans ma Citroën C3 customisée aux motifs Dragon Ball et pris la route, ne m’arrêtant que pour acheter douze jerricans de Super Sans Plomb et une boîte d’allumettes.
Six heures et trente minutes après avoir quitté mon domicile, j’arrivai dans la pittoresque commune de Pouldreuzic. Je laissai échapper un petit rire suffisant en voyant les maisons en pierre et les vaches dans les pâturages. « Ces bouseux ne peuvent pas comprendre les mérites des héroïnes de mangas, ils sont bien trop arriérés ! » pensai-je. « Je parie qu’ils n’ont jamais entendu parler de waifu, de tsundere, encore moins de futanari, et sûrement pas de shokushu goukan, ni d’ero guro ! Leur vie sexuelle doit se limiter à des missionnaires réalisées dans le noir à vingt-et-une heure. Ils ne sauront jamais ce que c’est que de faire l’amour à son dakimakura dans toutes les positions ! »
Plongé dans ces pensées hautaines, je roulai lentement à travers le village, en essayant de ne pas trop me faire repérer. Peine perdue, les passants s’arrêtaient tous pour me regarder. Des bouseux vous dis-je ! Toujours est-il qu’au bout d’une heure je n’avais toujours pas trouvé ce que je cherchais, et que je dus m’arrêter pour demander mon chemin. Ne comprenant pas le patois parlé par la population locale, j’en fus réduit à demander à un gendarme, qui m’expliqua que monsieur Flattres vivait un peu en retrait, sur une propriété située à environ deux kilomètres plus au nord. Je le remerciai et remontai dans ma voiture avant de démarrer au quart de tour. Hah. Si ce gendarme avait su ce que je m’apprêtais à faire, il ne m’aurait certainement pas aidé. Crétin.
En roulant dans la campagne, je me pris à rêvasser à l’idée que ces plaines plates et mornes pourraient être plantées de champignons hallucinogènes et de baobabs. L’image avait quelque chose de poétique, et je faillis renoncer à mon entreprise. Puis j’entendis une notification Facebook venir de mon smartphone, que je n’avais pas mis sur silencieux, et la rage aveugle et meurtrière s’empara à nouveau de moi.
Je finis par arriver à la propriété. Pas de barrière, pas de barbelés, une simple maison en bois d’apparence anodine. Pour quelqu’un qui se permettait un Reductio ad Hitlerium, il était bien imprudent. Il était dix-huit heures, ce qui signifiait qu’il ne tarderait pas à rentrer du boulot. Cela me laissait à peine le temps de dissimuler ma voiture derrière une colline que j’avais repérée sur la route. Une fois garé, je gravis péniblement le monticule et m’allongeai dans l’herbe pour observer la route
Comme prévu, il ne tarda pas. Il roulait dans une vieille Renault 4 (voiture de bouseux !) toute cabossée, qui cahotait à un rythme d’escargot. Lorsqu’il en sortit, j’en profitai pour l’observer. Il devait faire à peu près un mètre quatre-vingt, blond aux yeux bleus, une musculature de bûcheron, la barbe bien taillée, les cheveux ras. Poseur. Je crachai. Le vent du Nord ramena ma salive droit sur mon visage, et je pestai en m’essuyant avec le revers de la main.
J’attendis encore une heure pour être sûr qu’il était bien installé devant la télé (ou devant son PC en train de poster des memes de moi, l’enflure !), et je redescendis. Il me fallut plusieurs allers-retours pour apporter tous les jerricans d’essence près de la maison, et quand j’eus enfin fini, il faisait nuit. Tant mieux, cela me facilitait la tâche pour déverser l’essence sans me faire repérer.
Une fois cette pénible tâche accomplie, je me postai devant la porte d’entrée pour un meilleur effet dramatique, et réfléchis à ma punchline. Je finis par m’arrêter sur « À chaque troll, son troll-slayer ! » qui me paraissait bien adaptée à la circonstance. Je craquai donc une allumette, pris une grande inspiration et commençai : « À chaque troll, son… »
C’est à ce moment-là que la porte s’ouvrit à toute volée. Devant-moi mon troll, vêtu seulement d’un short et de chaussettes Winnie l’Ourson, une canette de bière à la main et un transat sous le bras, me regardait bouche bée.
-    Michel ? Qu’esse tu fous-là ? Me demanda-t-il d’une voix incrédule.
-    Jean-Pierre... Je croyais que tu étais devant la télé.
-    J’aime bien me poser sous les étoiles le soir. Qu’esse-tu fous-là ?
-    Eh bien, comment dire…
-    Et pourquoi t’as une allumette à la main ?
-    Vois-tu…
-    Et pourquoi ça sent l’essence putain ?!
Je pouvais voir la panique gagner rapidement le regard mon interlocuteur, je devais agir vite. Ramassant le dernier jerrican encore à moitié plein, je l’aspergeai d’essence et lui jetai l’allumette enflammée à la figure, en criant ma punchline de toute mes forces : « À CHAQUE TROLL SON TROLL SLAAAAARRRRGHHHHHH ! »
Jean-Pierre, en feu, s’était jeté sur moi et m’avait renversé en plein dans une flaque d’essence. Laquelle s’était bien sûr enflammée à son tour. Je hurlai :
-    MAIS BORDEL DE PUTAIN DE TROLL DE MES DEUX TU VAS ME POURRIR LA VIE ENCORE LONGTEMPS COMME ÇA ?
-    AAAARRRRRGGGHHHHHH !
-    TA GUEULE PUTAIN ON BRÛLE !
Je tentai de le repousser pour me relever, mais il s’accrochait à moi de toutes ses forces. Quel idiot, non mais quel idiot, j’allais mourir avec lui si ça continuait. Réfléchissant à la vitesse de l’éclair, je roulai sur moi-même et l’écrasai sous mon poids. J’étais désormais complètement enflammé, et la graisse commençait à couler de mon corps comme d’une bougie. Atroce.
Jean-Pierre suffoquait visiblement, surtout que la graisse en fusion lui recouvrait désormais le visage. Je m’aperçus, dans la confusion, que ses yeux avaient fondu et qu’il essayait faiblement de crever les miens. Je lui donnai un coup de tête et ses mains retombèrent, inertes. Enculé. Je brûlais toujours.
Serrant les dents, je roulai sur moi-même, en m’éloignant de la maison, étouffant progressivement les flammes et laissant une traînée noire sur mon passage. Lorsque je me relevai enfin, nu et dégoulinant de graisse fondue, je vis que la bâtisse s'était complètement embrasée, illuminant le ciel de Bretagne à des kilomètres à la ronde. Il valait mieux que je m’en aille si je ne voulais pas me faire arrêter par la gendarmerie. Je me dirigeai donc tant bien que mal vers ma voiture, en hurlant de douleur à chaque pas. Malheureusement, juste avant de parvenir à mon véhicule, je m’évanouis.
Je passai plusieurs mois à l’hôpital, entre la vie et la mort, mais je survécus. Ayant perdu presque toute ma graisse, je ressemblais à Freddy Krueger. J’attendais, sans enthousiasme excessif, mon procès pour quadruple homicide volontaire, car le bougre vivait avec ses parents grabataires et son petit frère handicapé. Preuve s’il en fallait encore une de son quotient intellectuel déficient : on ne fait pas de Reductio ad Hitlerium quand on a une famille à charge. Enculé.
Un jour, alors que je tentais pour la millième fois de draguer l’infirmière chargée de changer mes bandages, je remarquai un vieux journal traînant sur une table de chevet. Je m’en saisis machinalement et lus :
« Un troll internet brûle un honnête citoyen et toute sa famille à cause d’un différend sur Facebook. »
« MAIS PUTAIN C’EST PAS MOI LE TROLL C’EST LUI ! »

= commentaires =

David


dégoulinant de graisse fondue    le 17/04/2021 à 14:23:21
ça farte cette année la saint con !
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 17/04/2021 à 14:38:20
Je n'ose pas googleler... non ne pas googleler...
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 17/04/2021 à 14:57:01
Meuh non c'est des mangas innocents.

Mais c'est vrai qu'il vaut mieux utiliser Duckduckgo plutôt que Google. Sinon ils vont se poser des questions et je ne garantis pas l'intégrité de vos pubs personnalisées.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 17/04/2021 à 15:32:39
Je proteste. Un homme de paille est en français un prête-nom dans une affaire louche. Manifestement, l'expression est ici employée pour désigner le procédé rhétorique de l'épouvantail, du fait d'une traduction littérale de l'anglais.

Sinon, excellente crémation et même suivie d'une bonne chute.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 17/04/2021 à 15:43:56
Shiet. From now on, I'll stick to English.

Stick it up my ass.

Hrrllll.

Sorry.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 20/04/2021 à 20:16:52
Héhéhé. Plus que cinq jours avant la fin de la Saint-Con et toujours pas de CTRL X en vue, le seul candidat susceptible de me faire de l'ombre.

Vous pouvez commencer à m'appeler Monseigneur Dégueulis.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 20/04/2021 à 22:58:11
D'autres y ont cru avant toi. Mais ce texte cotient beaucoup trop de paille et il y a beaucoup trop de briquets et d'allumettes dans le coin pour que ça finisse bien pour lui.
Charogne


    le 21/04/2021 à 13:08:29
À tout spectacle son clou, et aucun des gros poissons n'a encore pointé le bout de son nez. J'ai de l'espoir pour la fin de cette 20ème édition.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 24/04/2021 à 12:50:05
Après la publication de ce texte, j'ai reçu ça par mail avec la mention " On va t'enculé !!!" Je suis un peu inquiet.

https://www.youtube.com/watch?v=LPLxseiu9Ig
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 24/04/2021 à 13:36:17
Il vont t'enculer avec un Bescherelle a priori
Clacker


Pute : -1
Wèldonne    le 28/04/2021 à 23:09:37
Chacun sait qu'il ne faut pas confondre l'auteur et son narrateur, par conséquent je vais m'efforcer de ne pas prendre ce texte comme une attaque envers ma sublime région (que la France entière jalouse. Ne niez pas, c'est la stricte vérité)

Par ailleurs, tout ceci est très bien foutu, et maîtrisé de bout en bout. La crémation envoie du bois, également.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 28/04/2021 à 23:20:15
Il faut bien nier puisque c'est illogique, la France entière englobant la Bretagne, qui ne saurait être jalouse d'elle-même.

J'ai tout de même envie de rouscailler sur l'emploi de Némésis au masculin.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 28/04/2021 à 23:35:40
Eh l'aut', si Némésis a envie d'êt' un homme elle a le droit ! Qu'est-ce que vous êtes conservateurs ici.

https://www.youtube.com/watch?v=XzBssr26jXw
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 28/04/2021 à 23:38:30
Merci Clacker au fait, je voterai pour toi. Après avoir lu ton texte. Peut-être. Si tu votes pour moi.
Clacker


Pute : -1
breizh dizalc'h !    le 29/04/2021 à 19:57:49
Pardonnez-le, il ne sait pas ce qu'il dit.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 29/04/2021 à 21:28:12
Mais on vous aime aussi, les bretons !
Clacker


Pute : -1
    le 29/04/2021 à 22:54:32
Ta gueule, pute.
Clacker


Pute : -1
    le 29/04/2021 à 22:59:11
Ce qui me fait penser que j'ai zappé de te retirer ton point quotidien.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 30/04/2021 à 02:12:48
Je retire mon intention de vote pour Clacker.
Lunatik-


Pute : -0.5
    le 30/04/2021 à 16:11:27
Bordel, je vais galérer pour voter, cette année.

La chute est bien vue (le reste aussi)
Néanmoins, si je puis me permettre : des baraques en bois, dans le Finistère, ça ne court pas les rues.
CTRL X


    le 10/05/2021 à 19:28:03
Putain, c'est chaud !
J'ai d'autant plus apprécié que l'écriture s'aiguise au fil du texte, plutôt que de s’essouffler, comme c'est souvent la norme sur ce format.
Well done.
ça me pète le cul de le dire, mais tu es loin devant tout le monde, à ce stade de mes lectures.
As-tu subi une transfusion sanguine, avant de commencer la rédaction de ce truc ?

Elle est pleine de promesse, cette édition.
Des têtes vont tomber, je le sens (pas la mienne, faut pas charrier, mais Clacker devrait commencer à mettre de l'ordre dans ses papiers car "il l habitait en Bretagne, vivier bien connu de créatures maléfiques")
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 10/05/2021 à 20:20:44
Waouh ! Un nouveau commentaire à encadrer dans mon salon, et venant du Quadruple Grand Inquisiteur en personne !
CTRL X


    le 11/05/2021 à 17:44:36
Quintuple.

Manque moi encore une seule fois de respect et je te promets que je me servirai de toi comme pignata dans l'un de mes textes.

Commentaire édité par CTRL X.

Commentaire édité par CTRL X.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 11/05/2021 à 20:27:50
Quadruple. J'étais censé participer l'année dernière mais je n'ai pas eu le temps de m'inscrire, donc ton titre actuel ne compte pas.
CTRL X


    le 11/05/2021 à 20:30:53
ça marche.
J'aurais eu l'élégance de te prévenir.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 11/05/2021 à 22:55:31
...

...

CTRL X pardon...

Je n'voulais pas...

Je...

Je sais pas c'qui m'a pris.

Ta Seigneurie...

Ta Sainteté Conne...

ME CRÂME PAS PITIÉ !!!!!
CTRL X


    le 12/05/2021 à 00:25:35
T'enflamme pas.

J'ai pas dit que tu ferais un bon combustible, j'ai dit que tu ferais une excellente pignata.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 12/05/2021 à 01:48:04
Aaaaah. Je suis rassuré.

Pinata je veux bien, pourquoi pas... Devant public et avec deux assistantes à forte poitrine pour serrer les cordes qui me suspendront au plafond... Quelques accessoires en cuir et en plastique... Ça pourrait faire une partie fine sympa.
CTRL X


    le 12/05/2021 à 20:35:10
C'est une excellente idée.
Décidément, tu me surprends chaque jour un peu plus.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 13/05/2021 à 14:18:38
Je vois que la campagne de CTRL X consiste essentiellement en viles flatteries. Mais je sais, moi, que l'électeur zonard ne saurait se laisser séduire par ces vaines manœuvres. Votez pour moi, je n'hésiterai jamais à vous traiter de résidus d'avortement de vache folle.
CTRL X


    le 13/05/2021 à 14:28:25
La publication hypothétique de mon texte de Saint Con devrait probablement écarter toute stratégie putassière de ma part.

Votez Dourak, cela dit, car c'est notre plus bel élément et en plus, il sent bon.
Clacker


Pute : -1
    le 13/05/2021 à 14:45:09
Je demande à sentir.
tomatefarcie


    le 13/05/2021 à 14:48:22
on a l'impression de participer à une réunion du bureau des Républicains.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 13/05/2021 à 14:54:33
Résidu d'avortement de Nadine Morano.
tomatefarcie


    le 13/05/2021 à 15:24:20
"François Copé", en jargon médical.
Un Dégueulis


Pute : -11
    le 15/05/2021 à 00:48:29
N'empêche sur YouTube tout le monde utilise l'expression "homme de paille". On est en train d'assister à un glissement sémantique, c'est très émouvant. Encore quelques années et ce texte sera irréprochable au point de vue sémantique et grammatical. On m'a toujours dit que j'étais visionnaire.
Lunatik-


Pute : -0.5
    le 15/05/2021 à 16:40:35
Vorace et adepte des recettes de cuisine originales, je n'ai pourtant jamais tenté la viande hachée crue aux corn flakes. Je note.
Castor tillon


    le 15/05/2021 à 18:25:54
Ce texte est foutrement bon. Ce n'est pas normal.
Mon avis, c'est qu'on devrait soumettre ce Dégueulis à un contrôle anti-dopage, et au passage, lui écouvillonner l'un ou l'autre orifice à la recherche de traces de stupéfiants, comme le sperme gonflé à la coke ou autre.
Cerumen


    le 12/06/2021 à 23:05:18
Bon texte.

"En plus les jap y z’était contre nous dans la deuzième guerre mondial donc si t’est pas d’accor ben t’est Hitler."--> ah, le point godwin... typique du petit fonctionnaire obtus.

Le narrateur a fait une hystérie collective à lui tout seul.

= ajouter un commentaire =