LA ZONE -
Résumé : J'étais infoutu d'achever ce texte minable, et comme je ne voulais pas sombrer seul dans l'humiliation, j'ai entraîné Glaüx dans ma chute. Surprise, il a pu redonner un semblant d'intérêt à ce texte directement inspiré de l'excellente séquence 'message à caractère informatif' (des parodies de films d'entreprise, genre artistique justement méconnu). C'est donc débile, déjanté et aussi débile. Et déjanté.

Bienvenue à la Cogebom

Le 17/09/2006
par nihil, Glaüx-le-Chouette
[illustration] Bienvenue à la COGEBOM ! Je me présente : Jean-Hubert Le Merguet, cadre dirigeant de la filière sécurité alimentaire des chaînes de production.
Saviez-vous, chers clients, que chez nous la production n'est pas qu'un simple processus matériel issu d'une démarche qualitative ambitieuse, mais un véritable art de vivre ? Et c'est tous les jours qu'à la COGEBOM nous le prouvons. Tout ici est fait pour redonner au travail un visage plus humain, et les résultats sont là : voyez seulement le sourire de cet employé épanoui ! N'est-ce pas Dominique ? Ahahah.
Voyez-vous, la COGEBOM est tout à la fois une entreprise d'esprit familial et d'importance internationale, qui prétend autant au bonheur de ses collaborateurs qu'à celui de ses (nombreux) clients (très très nombreux). Et ce n'est pas l'envergure impressionnante qu'à récemment pris la COGEBOM qui va contredire cette maxime : chez nous, stratégie de contamination publicitaire rime avec micro-société communautaire ! Haha ! Jean-Christophe Verlaine n'aurait pas renié ! Ohoh !
Nos débouchés couvrent le globe, main droite ; nos préoccupations personnelles, main gauche, en tant que patrons, cadres et chefs d'équipe, sont centrées sur l'humain. On va tous les pourrir. Les concurrents je veux dire, pas les humains. Nos collaborateurs, ce sont nos enfants, nos frères et parfois, nos épouses, haha ! Ou c'est tout comme. Regardez cette cravate lie-de-vin subtilement arborée par notre cadre-directeur des ressources comptables, Jean-Armand Le Putrec. Et ce parfait arrangement de pied-de-poule et de Terre de Sienne du complet veston de Jean-Lambert Le Burgal, responsable de la gestion des dossiers contradictoires. J'en reste pantois. C'est pas la grosse classe internationale ça ?
Notre essor économique est tout à fait unique et célébré de par le monde, et dans le même temps, chers clients, les visages éclatants de joie de produire de nos employés sont notre enseigne et notre fierté ! HAHA ! On en éclairerait cette putain d'usine la nuit, si on voulait ! Oh, regardez comme je tapote amicalement la tête de ce petit enfant souriant ! Regardez, regardez, c'est trop mignon ! Ca n'a aucun rapport je sais, mais ça me donne une image sympathique, ne trouvez-vous pas ? Allez, retourne bosser toi, tu crois peut-être que les chaînes de montage fonctionnent toutes seules ?

Alors vous aussi, comme des centaines d'entrepreneurs avertis, partout autour du monde, rejoignez la COGEBOM ! Allez ! Mais allez quoi ? Qu'est-ce que t'en as à foutre de toutes façons, t'as qu'à signer. C'est quoi ces regards de veaux ! Signez, bâtards ! La COGEBOM, merde ! C'est pas un putain de nom qu'à la classe ça COGEBOM COGEBOM COGEBOM COGEBOM COGEBOM, rond en bouche, du bouquet, un logo appétissant, hein ? Je vous offre un contrat d'achat avec la COGEBOM, moi ! Hein Dominique ? Viens voir par là Dominique. Ne t'inquiète pas, tout va bien, regardez-moi cette moustache épanouie, bordel de merde. Hein que t'es épanoui Dominique ? Hein ? Ahah. Il est con. Lâche cette clé à molette, Dominique, tu vas faire quelque chose que tu risques de regretter.

OH !

Putain mais des veaux. Regarde, toi, partenaire potentiel. Regarde. C'est pas beau, cette usine, là ? Ben ça être COGEBOM. Ca bon. Ca beau. Ca beaucoup d'argent. SIGNE ! Putain mais qu'est-ce qu'il te faut de plus ? Des guirlandes, c'est ça ? OK, elles seront mises en place dès cette après-midi, tant il est vrai qu'à la COGEBOM, la satisfaction de nos clients est la priorité number one.
Et toi la pétasse de Lichtenberg, regarde un peu cette gueule d'ouvrier, putain, c'est du manoeuvre de seconde classe, ça, mais c'est pas du bas de gamme genre chez ces salopes de la COFINCO, regarde, regarde un peu ces bras, là, et HEUREUX DE BOSSER A LA COGEBOM, hein Johann, hein qu'il est content, vas-y, montre ta queue à madame, ça fait argument de vente, ça, en Allemagne, tout se passe autour d'une bonne saucisse, hein, haha.

Bon on signe, oui ? Allez merde, j'ai pas que ça à foutre, et eux non plus, qu'est-ce que vous croyez, ça aime bosser, ça, c'est du bon ouvrier, c'est pas là pour sourire pendant des heures à des connards ! On signe ? Voici les dossiers, chers clients, vous les prenez, une signature dernière page, lu et approuvé, vos initiales au bas de chaque page, et on passe au buffet putain ? Même pas besoin d'initiales, une croix, une rature, je sais pas moi, un graffiti de bite, on s'en tape complètement. Oh ça on est pas regardants, c'est ce qui fait notre force et contribue à l'élan qui nous porte inexorablement vers les nues du bonheur économique. Oui c'est encore du Jean-Christophe Verlaine. Ta gueule.

OH ?! Quoi ? Quoi tu crains ? Qu'est-ce que tu crains, toi ? Il craint quoi, le client ? Il craint rien, il signe ! Quoi ?! Putain.
Toi ta mère je la baise, moi, toi ta mère tes gosses je les baise je les encule. Toi aussi la machine-outil vivante je t'encule. Des robots, des putains de robots affairés à des putains de chaînes de montages alignées. Putains de vie calibrées, d'employés standards sous emballage à usage unique de merde à la con pute.

*bililip*

Oh, veuillez m'excuser, mon organizer m'indique un rendez-vous imminent, je suis obligé d'écourter notre présentation ! Quel dommage... Juste au moyen où j'allais passer à la partie où je me tranche le bras avec une scie à métaux. Ahah, je plaisante bien sûr. Vous aviez compris. Vous voilà désormais au courant des formidables perspectives de développement offertes par la COGEBOM, et qui plus est en possession du précieux contrat d'achat, haha ! Faites-en bon usage *clin d'oeil - sourire*, et n'hésitez pas à me contacter directement, mes coordonnées figurent sur le dossier, pour toutes questions ou quoi que ce soit ! Vous pouvez me contacter jour et nuit, il n'y a aucun problème, je suis toujours à mon bureau. Je vous ai montré mon fauteuil en cuir ? Non ? Ce sera pour une prochaine fois.

Et n'oubliez pas ce sourire ! N'est-ce pas Dominique ! HAHA ! Dominique ? Dominique, t'es où ?

= commentaires =

MM     le 17/09/2006 à 20:27:25
Dominique A ?
Glaüx-le-Chouette


    le 17/09/2006 à 20:37:14
Eh non, c'était Jean-Pierre Chevènement. Dommage.
M. Yo


    le 18/09/2006 à 03:37:16
Ce texte est en réalité une allégorie sur la vie familiale des otaries. Tres bon.
Ange Verhell


    le 18/09/2006 à 08:54:02
Géant, on sent qu'il y a du vécu...
Lemon A


    le 18/09/2006 à 09:26:15
Pas de quoi fouetter un chat.

Puisqu'on parle musique, ça ressemblerai à un des ces morceaux ajouté pour meubler un album ou une compil'.

Ceci dit l'idée est sympa et le rendu pas mal. Mais bon, voilà quoi : la cacaouhete est vite croquée.

Womble


    le 18/09/2006 à 11:23:02
Va savoir pourquoi le graffiti de bite m'a fait sourire. Au-delà j'ai pas trouvé ça éclatant. Plus creusé avec un vrai bon scénario derrière, on tenait presque une série. Là c'est légérement sous-exploité et ça m'a un peu laissé un goût de pas finis...
nihil


    le 18/09/2006 à 15:50:47
C'est l'équivalent d'un carré de PQ usagé pour un artiste-peintre ce texte.
Winteria


    le 18/09/2006 à 19:23:15
Moi j'apprécie ce genre de textes. Ça se lit vite, bien, des fois même c'est drôle, et ça détend.
Glaüx-le-Chouette


    le 18/09/2006 à 19:27:46
Un peu comme péter.
Winteria


    le 18/09/2006 à 19:41:21
Et le foie de porc, en fait. Non ?
Astarté


    le 18/09/2006 à 19:48:11
Péter dès fois ça sent pas bon.

Ange Verhell


    le 18/09/2006 à 21:16:47
C'est ce que je dis: il y a du vécul
Narak


    le 18/09/2006 à 21:31:34
Merci de te donner autant de mal pour qu'on ne t'oublie pas Astardé.
Astarté


    le 19/09/2006 à 08:28:38
Cette histoire de dirigeant paternaliste commençait bien puis il dijoncte montre sa vraie face de con...mais à cause de quoi ? Je ne sais pas. Si j'avais eu l'impression de lire ses pensées d'accord mais c'est pas le cas, il est même pas bourré ou autre chose...
C'est dommage l'idée est bonne mais ce texte semble baclé.
nihil


    le 19/09/2006 à 13:42:07
Toi, quand on voit l'état de ton enfant, on se dit que tu devrais y réflechir à deux fois avant de juger le travail des autres bâclé.
Astarté


    le 19/09/2006 à 17:15:27
Pourtant la sage femme m'a dit qu'il était tout bien fait mon bébé, pas baclé, tout complet.
Glaüx-le-Chouette


    le 19/09/2006 à 17:50:48
Ben non, y manque la bite.
Winteria


    le 19/09/2006 à 20:15:00
Et le foie de porc ?

Un jour, j'y arriverai !
Lapinchien


tw
    le 23/09/2006 à 08:38:20
C'est la fameuse usine de conditionnement sous vide de Christophe Lambert, c'est çà ? J'ai reconnu Highlander et le fier homme-singe sur la photo mystère...
Le Duc


    le 03/10/2006 à 19:35:23
voici un commentaire constructif :
c nul

= ajouter un commentaire =