LA ZONE -

Pravda psycho blues

Le 02/08/2007
par Mill
[illustration]     J’m’appelle Giuseppe Bartoli. Paraît qu’y aurait des filles qui trouvent ça joli. J’les ai pas encore rencontrées.
    J’vis seul dans un pauv’ studio puant, derrière la gare routière. L’appart’ d’à côté s’est vidé y a à peu près deux ans, juste avant une descente de flics, belle coïncidence. Plus personne depuis, à part les cafards qu’j’entends grouiller, gratter, griffer nuit et jour. Croyez-moi, on s’y fait. On s’fait à tout.
    La voisine d’en face est une pute. C’est son métier. Le cliché d’la pute, à la fois moche et sexy. La clientèle défile de plus en plus rarement à sa porte - elle vieillit, la truie - mais j’croise encore de parfaits inconnus à des heures où j’préfèrerais traîner seul dans les cages d’escalier. Sont pas méchants, pour sûr. Mais y a pas à chier. Si on veut vivre vieux sa vie de merde dans ce quartier pourri, faut pas oublier d’être prudent.
    Au rez-de-chaussée, y avait un concierge, dans l’temps. On l’a poignardé une nuit d’pleine lune. C’était avant qu’j’m’installe. « Une nuit d’pleine lune », n’importe quoi. C’est la pute qui m’a soufflé ces mots-là. On s’en fout. Cette salope doit dévorer l’horoscope dès qu’elle en a l’occasion. Probable que c’est l’seul truc qu’il lui arrive de lire.
    Remarque, bon. J’dis ça un peu vite. J’lis que les journaux. Pas tout. Rien à foutre des pages de sport, des chroniques d’humeur, de l’horoscope, justement. J’m’en tartine le happeau, d’ces conneries. Mais j’abuse de tout l’reste : politique, économie, faits divers, les trucs longs, les trucs chiants. Ca m’énerve, m’exaspère, me hérisse et j’râle et j’gueule dans mon foutu cloaque. J’deviens Colère et j’existe.
    Le reste du temps, je mène tant bien que mal une existence glauque et grise. Plus insignifiant, tu crèves. Plus dérisoire, tu peux pas. J’suis une ombre parmi les ombres. J’ai pas de vie sociale. Pas de famille, pas d’amis, pas d’anciens camarades, de classe ou du parti, pas d’ancien d’l’armée - j’suis passé au travers - pas d’collègue.
    Faut dire qu’j’ai appris à vivre avec peu de besoins. J’mange pas beaucoup et j’bois pas plus. J’économise l’eau et l’électricité. J’n’ai ni voiture ni téléphone. J’sors presque jamais et j’fréquente que les médiathèques. Avec ce train-train, mon RMI me suffit largement depuis que Monsieur Ferrer, mon proprio m’a gracieusement exempté de loyer, après que mon kodak jetable et moi l’avons surpris entre les cuisses grasses et dépareillées de ma putain d’voisine. Monsieur Ferrer est très généreux. C’est vrai qu’Monsieur Ferrer est très marié.
    Il m’arrive de bosser. Oui, des fois, j’ai un peu la dalle. Et pis y a les journaux, hein, ça coûte des sous, à force. Alors j’fais n’importe quel boulot à la con que j’mets toujours mille ans à trouver. J’fais le pion, le gardien d’nuit ou d’musée, j’fais l’ménage avant l’aube dans de vastes bureaux vides, j’donne des cours de soutien à de sinistres boutonneux, j’repeins la façade d’un immeuble de banlieue, j’fais l’voiturier dans un casino un peu cheap, j’vends des paninis dans une rue commerçante, remplis les boîtes aux lettres de pubs et prospectus, effectue des sondages auprès de blondes étudiantes, assassine un clochard, un soir, en rentrant ivre, ramasse les ordures à l’heure où c’est pas l’heure, travaille à la chaîne pour des machines qui s’fatiguent pas, livre des parodies d’pizza sur une mob qui me hait, déménage des rupins dans de grands camions blancs, me tape l’inventaire annuel de Casto, Brico et Ikéa, j’fais la plonge et j’tiens un bar, un stand ou un standard. Finalement, moi aussi, j’fais la pute. Mais comme j’vous l’ai d’jà dit : on s’fait à tout et j’m’y suis fait.
    Ces grâce à ces extras que j’peux m’payer les dizaines de journaux et magazines que j’décortique à toute heure. J’les lis, les relis, découpe et classe, confronte et croise, constitue des dossiers. Rien ne m’est étranger. J’connais chaque nouvelle, chaque info, chaque événement. Et j’ai une mission : j’dois tuer Nicolas Sarkozy.
    Cette révélation m’est pas venue d’un coup. Au début, j’avais une lecture un peu paresseuse. J’lisais chaque article comme s’il s’agissait d’une réalité indépendante et abstraite. J’voyais pas les fils qui reliaient le tout. D’où un certain penchant pour le premier degré. J’comprenais ni l’ironie ni le sarcasme, que j’distinguais même pas de la distanciation froide chère à certains rédacteurs. Si j’apprenais dans un torchon que l’immigration était un grave problème, j’le croyais. J’pouvais le soutenir mordicus. Et si j’lisais l’inverse par ailleurs, j’me laissais persuader sans effort. Dans le genre girouette, j’me posais là.
    Forcément, j’ai un peu déconné. J’me trompais d’cible. Assez logique, au fond. Qu’est-ce que j’ai pu dessouder comme RMIstes, SMICards, clodos, Arabes, homos, vieillards atteints d’Alzheimer, cancéreux, Juifs, fonctionnaires, avorteurs… Je sais pas trop, j’fais toujours ça dans un état second. J’ai jamais aucun souvenir de l’acte en lui-même, mais j’me reconnais toujours dans la rubrique faits-divers.
    Sensation étrange, d’ailleurs. En définitive, j’suis un serial killer qui s’ignore. J’sais même pas si j’éprouve du plaisir à tuer. En fait, si plaisir il y a, il n’apparaît qu’à la lecture de mes exploits, le lendemain, dans la gazette locale. J’souris toujours un peu connement, comme si j’retrouvais avec tendresse la trace d’un vieil ami oublié. Parfois, j’ai les yeux qui s’mouillent. Parfois, j’regrette. Parfois, pas souvent.
    En général, je me sens orgueilleux, fier de ce jumeau qui vit dans l’ombre. J’l’encourage pas vraiment, mais j’suppose que mon admiration suffit à l’motiver. J’suis mon propre prétexte, si on veut.
    Evidemment, quand j’ai compris qu’j’étais un tueur en série, j’me suis un peu renseigné sur le sujet. Le seul truc qui colle pas des masses à la sacro-sainte définition du phénomène, c’est l’mode opératoire. Apparemment, j’en change tout l’temps : attaques à l’arme blanche relativement variées, passages à tabacs des plus brutaux, pyromanie galopante, simulations d’accidents de tout type. Bref, j’trouve que mon alter ego est un peu négligent sur ce point. En attendant, tout ça ne fait que me conforter dans l’idée que j’suis un être unique et exceptionnel. L’un dans l’autre…
    Au bout de quelques temps, j’ai commencé à percevoir des fragments d’réalité dont j’soupçonnais même pas l’existence. Eplucher les journaux revient à éplucher le réel. Et sous la peau, encore une autre peau. L’expérience montre que ça peut durer très longtemps. Honnêtement, j’sais pas s’y a un noyau. Toujours est-il qu’à chaque nouvelle épluchure, la nature de mes cibles a changé. J’ai commencé par ceux qu’j’appelais à l’époque des « parasites sociaux ». J’me suis repenti pour me rabattre sur leurs principaux détracteurs : les petits commerçants, les petits artisans, les petits patrons, les petits flics, les petits cons et les petits chefs. L’électorat traditionnel du FN, en quelque sorte. J’avais été un tueur d’extrême-droite. J’suis resté un tueur mais j’suis passé à l’autre extrême.
    J’ai eu ma période anti-libérale, ma période star-system, une parenthèse agressivement athée et diverses passades. J’me souviens d’avoir lu j’sais plus dans quoi plusieurs analyses alarmantes concernant la surpopulation mondiale et la hausse de la natalité. Pas la peine de faire un dessin : le temps de digérer l’info - un mois et demi facile - j’ai mis à mort une bonne vingtaine de nourrissons. J’ai pas trop d’remords, vu qu’j’y croyais dur comme fer, mais j’aurais pu m’en passer.
    Aujourd’hui, tout est clair. J’crois qu’j’ai mon noyau. Nous sommes le 21 mai 2007 et, bon, vous savez très bien de quoi les journaux ont parlé ces derniers temps.
    J’ai dressé une liste noire. Le premier nom est celui de Nicolas Sarkozy. J’sais pas si j ‘commencerai par lui, puisque j’sais jamais rien. Mais tôt ou tard, je l’aurai comme les autres. Le plus drôle, c’est que j’me rappellerai pas l’avoir tué. J’l’apprendrai dans les journaux, puis j’passerai à autre chose.
    

= commentaires =

nihil


    le 02/08/2007 à 23:16:15
Très réussi, le personnage a pas arrêté de me glisser entre les doigts du début à la fin, je savais pas quoi attendre de lui, ça change des psychopathes froids et intelligents de leur grand-mère la pute hollywoodienne. Là ça fait plus Guy Georges, comme genre de personnage, plus réaliste donc.
Assez cool. J'aurais aimé une seconde partie plus développée au détriment de la première qui finalement est pas d'une grande utilité.
Hag


    le 03/08/2007 à 00:06:02
C'est sympathique.
L'écriture colle bien au thème choisi tout en restant agréable, on croit bien entendre le type nous raconter sa putain de vie.
Et comme tous les racontages de vie, celui-ci est aussi un peu osef. Disons qu'entre la première partie introductive parfaitement maitrisée, et le débarquement assez brutale de la seconde partie au style un peu différent, on se demande où ce brave homme veux en venir. J'aime vraiment pas faire des commentaires trop long et dont je vois pas la fin, ça me déstabilise et me fais faire des conneries genre parler "imprimante". Je m'arrête donc là, je pense que vous avez compris l'idée, sinon c'est pas grave.
Si vous vous en foutez c'est pas grave non plus.
Myn
    le 04/08/2007 à 20:58:36
I love it!
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 04/08/2007 à 21:50:32
J'ai extremement apprécié la premiere partie. Largement moins la seconde. A la fin j'ai decouvert que l'auteur était Mill.
Mill


site lien fb
    le 06/08/2007 à 21:02:55


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:21:18
Hag


    le 06/08/2007 à 21:21:59
Mill devient laconique.


J'ai peur.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 11/08/2007 à 00:20:30
Si Mill devient la qu'on nique, j'aurai peur.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 11/08/2007 à 00:39:52
En fait, c'est juste la transcription du langage parlé qui pèse au début, je ne sais pas si c'est vraiment nécessaire, mais une fois qu'on passe au-delà c'est fluide. Au-delà, fluide... de quoi qu'j'cause, moi ? Bref, c'est gouailleux, p't'êt. C'est vrai que Mill parvient à faire bien en faisant simple sur un thème surexploité sur la zone.

Je me sens fort proche de ce narrateur. Parfois je retombe sur de vieux commentaires de textes zonards datant de trois, quatre ans, je les trouves drôles, affutés, intelligents et pertinents, et je me rends compte qu'ils sont de moi. Et je suis content d'avoir des nouvelles de moi.
Mill


site lien fb
    le 12/08/2007 à 13:23:43


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:21:30
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 12/08/2007 à 15:15:01
Maintenant que tu le fais remarquer, en effet, je me rends bien compte à quel point ça ne modifie en rien ce texte.

Il y a aussi le "je" de "Le reste du temps, je mène tant bien que mal une existence glauque et grise.", qui montre que le narrateur est existencialiste tendance danoise. Le "Je" de "Je sais pas trop, j’fais toujours ça dans un état second.", où se trahit le doute intérieur du sceptique quant à son propre doute. Et le "de" de "En général, je me sens orgueilleux, fier de ce jumeau qui vit dans l’ombre.", dont l'interprétation sujette à caution sera laissée à l'interprétation du lecteur.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 12/08/2007 à 15:18:44
Tiens, Mill, t'as une idée quant au pourquoi du comment ta fiche auteur est la préférée de googlebot ?
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 12/08/2007 à 16:36:24
"ce qui tend à démontrer que c'est également le texte d'un activiste qui aimerait bien se farcir notre nouveau président"

ah c'est pour te fuir qu'il s'entraine au jogging ?
tu parles de Sarkozy hein ? pas du camembert avec sa nouvelle cloche fraicheur ?
Mill


site lien fb
    le 12/08/2007 à 18:20:02


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:22:7
Mill


site lien fb
    le 12/08/2007 à 22:25:49


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:22:19
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 13/08/2007 à 19:03:15
Googlebot, c'est le petit Philippin qui indexe les pages web dans les caves de chez Google.

Sinon, j'avoue que je n'avais pas pensé qu'il pouvait simplement s'imaginer être ce tueur en série. Maintenant que tu le dis, ben, je n'ai plus grand chose d'autre à en penser. Sauf que tu l'as vraiment affublé d'un nom misérable. Tu commences un texte, tu découvres que ça va parler d'un certain Giuseppe Bartoli, et illico tu te rappelles qu'il faut sortir les poubelles. Mais, en même temps, il faut reconnaître que ça te rend crédible le récit le plus sordide, ça.
Mill


site lien fb
    le 13/08/2007 à 20:34:31


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:22:47
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 13/08/2007 à 20:57:33
Et il suce-avalait ?
Mill


site lien fb
    le 13/08/2007 à 22:24:16


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:22:36
burkanabé
    le 14/08/2007 à 02:09:42
kov et mil, toute une histoire...
Mill


site lien fb
    le 14/08/2007 à 11:15:34


commentaire édité par Mill le 2008-6-7 17:23:18
Msieur Yo
    le 29/09/2007 à 18:59:27
J'l'ai trouve tres bon ce texte, j vois pas trop ou est le pb avec la premiere partie...

Pr info, l hypothese comme quoi tout se passait ds sa tete est celle qui s est imposee direct a mes yeux..
l'ocsa
    le 22/09/2008 à 20:13:27
je suis tombé par hasard sur se texte et a vrai dire je l'ai beaucoup apprécié. La première partie est riche en détails certes inutiles mais qui nous plongent bien dans l'histoire et dans la vie du personnage. La deuxième partie est pas mal mais je trouve qu'il manque quelque chose... Dans tous les cas cela reste un texte bien écrit, le langage oral est un peu déroutant au début mais on s'en accommode rapidement, l'ensemble est fluide et agréable...

= ajouter un commentaire =