LA ZONE -

Cliché et fils

Le 14/09/2010
par Mill
“Je hais les homosexuels, les pédés, les pedzouilles, les tantouzes en manque de chibre et d’orgies contre-nature.
Faux mâles autant que fausses femelles, suceurs dégénérés et branleurs infatigables, leur allure me hérisse et me fouette les prunelles. Les leurs manipulent le double sens, clignant et fixant tour à tour, lorgnant ma braguette et mes muscles, mes attributs intimes - la moindre de mes mèches rebelles, mes yeux noirs de « beau ténébreux », mon fessier d’ « écuyère ». Ils ne lésinent pas sur les mots doux. Je hais les travelos, transsexuels et autres mutants fin de siècle, permanentés de la perruque, copulatoires et incestueux jusque dans leur plus banal babillage - les qui-me-matent-et-me-désapent-en-pensée, androgames et sodomites, pervertis et invertis, ceux qui me frôlent dans la foule, le temps d’une érection, ceux qui changent de trottoir pour me dévisager l’arrière-train, uraniens et pédérastes, pollueurs sexuels et mentalement déviants. J’exècre leur décadence, vestimentaire et culturelle, estampillée « politiquement correcte » sous prétexte de modernité, d’intellectualisme et d’ouverture ; leur socratisme me dégoûte et me répugne, et par-dessus tout m’étiquète arriéré génital, ringard de la trombine, tocard du pieux et de la couette, réactionnaire et impuissant.
    “Ils sont partout, efféminés et fashionnables, talons-aiguilles et soutanes, costume-cravate le jour et cuir clouté la nuit, le fouet entre les dents, colporteurs d’HIV, toxicos du sexe et de la débauche. Sans doute qu’on les a violés dans leur enfance, que leurs parents se les échangeaient entre eux, que leur éducation se résume à une rétrospective pornographique où ils n’ont pas eu le meilleur rôle...
    - Papa. J’suis homo. Je suce, je masturbe, je fais gicler, et puis je re-suce. Parfois, j’écarte les cuisses, j’entrouvre les fesses et j’offre mon anus à toute belle verge intéressée par la question. J’accepte aussi les doigts, les poings, les battes et godemichets. Quand c’est dedans, bien au fond, je bouge, je vibre jusqu’à ce que la douleur devienne plaisir. Et je jouis, enfin, j’exulte et me remémore le bon vieux temps, cette belle époque où maman et toi formiez encore un couple heureux, et où tu venais me voir, au milieu de la nuit, en m’appelant fifille. »

= commentaires =

Yog


    le 18/09/2010 à 15:40:25
Instant de clinique, comme je l'avais dit à un confrère "Tout le monde ne veut pas t'enculer, tu n'es pas si désirable"
Il était parano mais ça va aussi pour ce texte là.
Je conçois mal le but de cette prose, second degré, assertion "les victimes mâles d'inceste par le père deviennent tous homo refoulés" crise de delirium ou bouchage de trou ?
Suspense...
MantaalF4ct0re


    le 18/09/2010 à 16:51:06
Hou la vilaiiine.
Mill


site lien fb
    le 19/09/2010 à 17:55:41
Oh, ben heu c'est juste de la poésie.
Ralgoute.
    le 19/09/2010 à 21:42:29
Le but de cette prose de bonne forme je l'attends toujours. Ou sont les kikoos?
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 19/09/2010 à 21:59:47
La Zone ne cautionne en rien la haine des homosexuels (en particulier, du moins). Si vous êtes saisi d'une haine soudaine des homosexuels en lisant ce texte, consultez votre coiffeur.

Et si vous êtes saisi d'une haine soudaine de Mill en lisant ce texte, bienvenue au club.

Pourquoi y aurait-il un but ?
Hag


    le 21/09/2010 à 22:00:47
Un seul but, le Butagaz.
o0oo
    le 27/09/2010 à 18:32:27
J'ai pas compris le but (je ne suis pas le seul, semble-t-il), mais comme cela à justement été souligné, le but n'importe pas forcément.
Et, dans le cas présent, il faut avouer que c'est bien écrit. Les insultes et considérations méprisante fusent à tout vas et roulent bien, sans accroche dans la lecture.
Après, le cliché "gamin abusés=pédé" est sans doute discutable sur le plan statistique.
koloklotchiki
    le 27/09/2010 à 20:55:24
Les buts c'est pour les putes. Sympa parce que court.
Ralgoute.
    le 28/09/2010 à 00:11:19
But parce qu'on peut croire que l'auteur ne pense pas ce qu'il dit. Le texte dans le ton de la pure provocation semble n'avoir qu'une fin; ameuter les tarlouzes reac et autres Mr.cestinadmissiblemaisquefaitlapolice.
Après on peut invoquer le pur exercice de style innocent et autres spéculations naïves puisque ne venant pas de moi.

= ajouter un commentaire =