LA ZONE -
Résumé : Dans son billet littéraire N°17, Lieux communs, Mill démonte subtilement le proverbe idiot, "Pour vivre heureux, vivons cachés". Alors c'est très bien écrit comme de coutume. Ceux qui aiment les belles idées distillées dans de belles phrases vont en avoir les yeux qui mouillent. J'avoue avoir désespérément essayé d'ajouter un peu de laideur dans toute cette beauté aveuglante formalisée de ce sublime texte en plaçant une petite blagounette dans l'illustration et le descriptif mais vous avez échappé fort heureusement au jeu de mot hideux : "Pour vivre heureux, vivons cachets." avec en illustration du prozac en train de cramer. A la place, je me suis rabattu sur une photo de Saddam Hussein au moment de sa capture, comme une sorte d'antithèse facétieuse puisque probablement le dictateur aurait probablement préféré avoir une longue vie terré dans son trou, plutôt que de finir pendu. Gros potentiel, aussi, en nullité absolue, de la vanne : "Pour vivre peureux, vivons cachés". Vous me permettrez de faire également l'impasse. Pour vivre heureux, évitons donc les calembours. Ce texte est garanti sans jeu de mots. Il faudrait vite créer un label et une AOC que les éditeurs auraient l'obligation légale d'apposer sur les couvertures des bouquins.

Lieu commun n°17 : Pour vivre heureux, vivons cachés

Le 24/03/2016
par Mill
[illustration] Autour de moi, le vide, le silence rampant et la grêle incessante des chuchotements qui tremblent et qui menacent. Autour de moi, un déluge de verbe aux couleurs flamboyantes dont diverses industries réclament les droits. Ce verbe brille au soleil et crachote, toussote, chevrote lorsque les ténèbres l'encerclent et le plongent en désarroi. Ce verbe est la langue des forts et des vaincus, la langue des premiers de classe, des rois, des princes et des capitaines de navire aux boutons nacrés, aux épaulettes gonflées à l'hélium, à la carrure plastique et à la mâchoire rachetée huit fois son prix aux enchères sur ebay.
    Autour de moi, j'existe à travers les inconsistances et les raclements de tiroir. On me fouille sans me toucher, sans m'approcher, sans adresser la parole à aucune de mes charognes. Je les sème au gré des vents comme autant de collets et d'alarmes. Lorsque l'indélicat se noue dans l'encolure, il s'agite tant et si bien que les arbres autour frissonnent, la neige glisse et tombe, un barouf que moi seul peut ouïr résonne dans la casbah. Les scolopendres fuient les secousses et les araignées se cramponnent à leur toile.
    Je veux partir, me dis-je. Je veux quitter cet îlot, ce jardin que je croyais inviolable, cette forteresse que j'imaginais solide, hermétique, à jamais close pour mon ennemi. Et l'ennemi, c'est l'autre, celui dont le verbe porte visière et flambe le soir au casino. Celui dont les moeurs interlopes ont droit de cité dans les plus rustres magazines à la couverture flambée au rhum ou au grand marnier. Celui dont les photos de vacances alimentent les ragots les plus drôles, les plus strass, les plus judicieux pour les pages de pub qui l'encadrent. Celui dont la braguette enfle en concomitance avec l'épaisseur de son larfeuille, la courbe de croissance de ses actions, de sa semence, de tout ce qu'il croit posséder là où rien ne m'appartient.
    Je veux partir, me dis-je encore. Il est temps d'affréter la chaloupe et d'affronter le large. Ici, rien ne protège et rien ne masque.
    Parce que justement, tout est masque et protection.
    Nous sommes lisses et détergents, antiseptiques et décapants. Nous exsudons des biocides et nous devons nos dermes diaphanes à de clinquantes émulsions. A l'extrémité de nos membres fongicides, nous éliminons les bactéries et rejetons tout organisme. Nous sommes la gouache du photoshop et nous nous effaçons de nous-mêmes.
    Pas d'issue pour l'hirsute, le fauve, le renégat.
    Pour nous autres, un cul-de-sac, un bac de granit et des chaînes autour du cou.
    Nous ne nous cacherons plus. Ou alors en pleine lumière, parce qu'il faut vivre dans la lumière et mourir en plein chaos.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 25/03/2016 à 01:50:09
"Pour vivre heureux, vivons steak haché" Charal
Muscadet


site blog fb
    le 25/03/2016 à 04:25:46
La cellule dormante des jeux de mots cancérigènes a été activée.
Lapinchien


tw
    le 25/03/2016 à 10:24:46
Je suis conscient des ravages des jeux de mots, à quel point il est contre-productif d'en employer dans nos textes à moins qu'il y ait un concept fort qui le justifie. ça se voit tellement que certains ne savent pas quoi écrire et cherchent à se donner de la contenance à l'inanité de leur propos en injectant des calembours dans les trous. Je ne parle pas du tout des textes de Mill qui n'en contiennent jamais.
Lapinchien


tw
    le 25/03/2016 à 10:27:38
mon premier commentaire venait en conclusion de mon descriptif afin de dénoncer le calembour dans la publicité. Les publicitaires sont conscients de l'absurdité de leurs production, les slogans en particulier, mais il savent à quel point ils constituent de redoutables armes mnémotechniques.
Curare-


    le 25/03/2016 à 14:00:59
Lapin mon p'tit cœur
Ménage-toi dans ta vie
 voler la sieste __

= ajouter un commentaire =