LA ZONE -

Lieu commun 00000000: Avoir les yeux en face des trous

Le 25/05/2016
par pascal dandois
[illustration] Ô yeux, adieux

Il ne savait exactement ce qu’il lui prit, peut-être ne supportait-il plus cette réalité qu’il croyait voir. Il se mit à se révulser les yeux, à tourner ses globes oculaires, à faire sortir, pivoter ses pupilles, à les expulser, les envoyer, les renvoyer autre-part, hors, de ce qui lui faisait face de réel, et dont je ne parlerai pas là, la chose étant par trop terrible. Ses yeux en tournant complètement rentrèrent en lui-même, ils firent un demi-tour complet. Il se voyait désormais en dedans de lui, dans son intérieur de soi. Mais ce qu’il y voyait, y découvrit, et que je tairai ici, la chose étant par trop affreuse, n’était pas vraiment mieux. Pas mieux que le réel précédent, qu’il venait d’occulter. Alors, que faire ? Est-ce que, ses yeux, il ne lui restait plus qu’à les laisser, voire même ; les faire, partir, ailleurs et/ou partout nulle-part, les quitter totalement, physiquement, les regarder s’enfuir de lui, pour les observer de ses orbites vides ? Il hésita, car voila qu’il se demandait s’il s’était bien regarder dans une glace avant, car s’il y voyait qu’il n’était pas lui-même, ça changerait tout.

= commentaires =

Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 25/05/2016 à 12:58:20
Ce texte est une sorte d'épisode des contes de la crypte en shoot intraveineuse.
David


    le 25/05/2016 à 17:31:25
"Il se voyait désormais en dedans de lui, dans son intérieur de soi. Mais ce qu’il y voyait, y découvrit, et que je tairai ici, la chose étant par trop affreuse, n’était pas vraiment mieux."

On t'a reconnu Lovecraft !
pascal dandois


    le 26/05/2016 à 13:52:16
Hé! pendant que tu y étais, pourquoi que t'as pas réécrit mon texte entièrement? Il est pas si long que ça.
H.P.
Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 26/05/2016 à 13:58:36
Hopital Psychiatrique, c'était un prénom prédestiné pour Lovecraft
David


    le 26/05/2016 à 18:50:42
Bon, j'ai pensé un moment démarrer sur les initiales de Pascal Dandois pour enchainer sur le trip "initales" qui s'esquissait tantôt, mais non.

Au lieu de ça, je vais démarrer par "au lieu de ça" et parler justement de la réminiscence de lecture de HP que m'abrogea cette lecture-ci : en effet, pas plus tard qu'il y a longtemps, je me disais en lisant HP : merde, c'est dingue comme il ne raconte pas, et il l'écrit en plus, juste au moment où j'aurais bien voulu qu'il narre justement, un peu plus. Et de là à penser à ce sketch des inconnus travestis où l'une dit exactement, après une anecdote : "j'te raconte pas" quand l'autre lui répond, un peu comme moi-même devant les écrits de HP et PD - ah merde, je l'ai faite finalement, comme dit le proverbe "ce que femme veut, dieu le veut" et ça marche pour les vannes bien nazes aussi apparemment, en même temps, je n'ai pas baptisé le monsieur, je suis aussi innocent qu'un flash ball côtoyant le rebond d'un globe oculaire dans une rue où ne se trouverait aucun autre objet décapsuleur -

Et là, l'autre lui répond : "J'aurais bien aimé que tu me racontes !"

comme moi donc.
Lourdes Phalanges


    le 28/05/2016 à 14:31:27
https://www.youtube.com/watch?v=F-5CVZfRT5M

= ajouter un commentaire =