LA ZONE -
Résumé : Pascal déconstruit le Zeitgeist actuel. Ca parle évidemment de Terrorisme, de Dieu(x), de Capital, d'Argent, de belles notions civilisationnelles en somme : la bonne grosse connerie : celle des autres, puis la sienne, qui mutent, macèrent, jusqu'à se confondre. C'est pertinent tout ça mais où est la crémation ? Expédiée en toute fin, comme une pute sur un rafiot qui prend l'eau. Ca finit bien un repas, y'a de la formule, mais il manque l'essentiel. Dommage.

ENTRE, AUTRE #SaintCon2017

Le 11/04/2017
par pascal dandois
[illustration] Un jour, l’Autre m’a raillé méchamment, incrédule qu’il fut, quand je lui dis que j’avais cessé de croire en Dieu en même temps qu’au Père Noël. Certainement que l’enfant qu’il avait été, ne pouvais pas admettre cela. C’est pourtant aussi vrai que possible, tant pour moi, papa Noël était inextricablement indissociable de Jésus. Quand j’étais petit j’étais athée, ceci, je crois, pendant assez longtemps, maintenant je ne suis plus athée, et pas croyant pour autant, ni d’avantage agnostique etc., ou plutôt, je suis tout cela, et rien du tout, simultanément, en permanence, et par intermittences continues, continuelles, en en ayant rien à foutre et inversement etc., et je crois qu’aussi, je me fous un peu de ce qu’en pense l’Autre.
« Tu/Moi, Tout le monde est con, sauf moi. Tues-moi, tout le monde est con, sauves-moi ! »

Etrange, comment l’Autre ne peut-il pas se rendre compte que le simple fait de croire en l’Au-delà, implique qu’absolument tout et n’importe quoi est possible (mais c’est vrai que croire à la réalité l’implique tout autant), pourquoi se limiter à ce Dieu Bidon, à ces vierges à hymen à repousse automatique, pourquoi croire à la mer qui s’ouvre, à la République etc., et pas à un « alien-spirit » dont les tentacules invisibles sont en train de vous visiter l’intestin grêle sans que vous le sachiez ? En fait, je vous dis « merci les connards ! » Grâce à vous j’ai tout l’Univers, que dis-je, le Multivers, dans le creux de la main, et on pourra me changer en cadavre que ça n’y changera rien.

Attention ! Je vais m’empresser de muter pour me départir de l’Autre-abruti, et vite, trouver un nom, innommable, à ma nouvelle espèce…Quoi ? On ne peut pas faire une espèce à soi-tout-seul ! ? C’est ce qu’on va voir…

Dans ces histoires de religions, que l’Autre ait tort ou raison n’a absolument rien à y voir, ça n’a pas la moindre importance que le « bon » Dieu soit Allah, Buddha, Moloch etc., ou bien même qu’il existe aussi connement que d’aucuns le croient ? Rien à foutre ! Supposons, imaginons, admettons que c’est les djihadistes qui ont bon (y compris malgré eux), que nous soyons sous la coupe de cette « Entité » tout à fait réelle qui veut pas pour des raisons X, si ça se trouve très importantes, qui veut pas qu’on mange du cassoulet ou du Saint-Emilion etc. Et alors ? Que voulûtes vous que cela me fouta ? Après, bien sûr, on pourra me dire que je ferai moins mon malin, quand, en Enfer, un diable nommé Zitoir taraudera l’anus de mon âme durant l’éternité, avec un tison chauffé à blanc, et puis ? Si l’Au-delà est aussi con que toutes les religions de l’Autre le disent (peut-être encore plus con qu’Ici-bas) et qu’on n’y peut rien, ce qui est fort possible, alors, la meilleure décision n’est-elle pas de n’en avoir rien à foutre ? Je ne vous pose pas la question, pas plus qu’à l’Autre.

« - Salut ! Juste un petit mot pour savoir si par hasard tu ne serais pas crevé, si jamais t’es mouru, je te fais une grosse bise.
- Oui, je suis mort. Et le Paradis, c’est de la merde. Alors, avec Dieu, on essaye de s’évader, pour échapper à l’Autre…le weekend prochain, on se fait un ciné ? »

On dirait que la plupart des Autres se sont tellement fait bourrer le mou, qu’ils sont incapables de rêver plus loin que leur iPhone et leur paquet de clopes, qu’ils sont incapables, ne serait-ce que d’admettre la supposition de l’ hypothèse d’un monde qui ne serait pas géré par l’argent, ou plutôt par « ceux qui le détiennent » pour autant qu’on puisse détenir quelque chose qui n’existe même pas, que, sans fric, ce serait la catastrophe, le chaos, que, pourquoi pas, tout le monde crèverait de faim parce qu’on aurait plus de sous pour aller acheter une pizza au supermarket… alors qu’évidement, c’est l’argent qui fait la misère… est-ce que vous bouffez des billets de banque ?

« Je veux pas être le « chef », j’ai un problème avec l’autorité et si je suis le « Chef », j’ai un problème avec moi. »

N’ayez crainte, l’« anarchie » avec laquelle on veut vous effrayer, celle qu’on vous ressert à chaque fois que vous voulez opposer le doute aux certitudes faciles et éculées, n’existe pas, ou plutôt…l’anarchie, c’est Tout, partout, demain, maintenant et tout le temps depuis toujours et jamais!

« Messieurs les caca-pipi-talistes, comptez pas sur moi pour jouer les « winner », je suis pas un compétiteur, mais un con qui pète à toutes heures ! »

S’il n’est pas totalement cynique, on dirait que l’Autre « capitaliste » est fou (ou complètement con) on dirait que les « capitalistes » s’imaginent, et le croient dur comme fer, que « l’Argent » est sans fin, qu’il est aussi infini que les nombres, que tant qu’on peut compter : 1234…4000 0000004…234567 987654332… le fric, suivra. Ils se prennent peut-être pour des physiciens, peut-être qu’il y en a qui appliquent la mécanique quantique aux fluctuations boursières…mais je ne suis pas sûr que l’on puisse faire bouffer à l’humanité autant de hamburgers et de chips qu’il y a des décimales dans pi. Qu’on ne s’étonne pas ensuite, avec les délires des économistes que l’on est obligé de se farcir, qu’il y en ait qui se laisse prendre par un mysticisme de sale con qui leur est imposé comme seule alternative à ces conneries. Mais n’oublions pas quand même que le « vrai » capitalisme n’est pas autre chose que de « l’anarchie » partout.

« Être ou ne pas être, tel n’est pas le propos. » dirais-je pour finir, d’une façon ou d’une autre (quoique, en fin de compte, je vais plutôt aller m’immoler par le feu).

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 11/04/2017 à 07:26:41
Cette année une tendance se dessine. On se brûle soit, ou la totalité des autres, ou la somme des deux. Cette année, la Saint Con est extrémiste. Sinon malheureusement les quelques calembours et jeux de mots, même si moins nombreux que d'habitude, même si Pascal Dandois le fait a présent exprès, puisqu'il fait exactement l'inverse de ce que les autres lui demandent de faire, rendent cependant ma lecture hermétique au propos. A moins qu'in fine le propos soit une succession d'opinions qui ne s'inscrivent dans aucun courant de pensée, que ça ne vaut pas plus qu'une compilation de brève de comptoir et d'ailleurs il parait qu'être athée c'est juste avoir une opinion et non s'inscrire dans une pensée construite. Cependant bien vu le parallèle entre la finance et l'anarchie réelle, dommage que ça ne soit pas plus creusé que cela.
pascal dandois


    le 11/04/2017 à 12:43:20
La pensée construite ne peut mener qu'à la démence qu'il faut surmonter un peu pour être le pascal dandois.
Clacker


    le 11/04/2017 à 14:52:18
Je ne dois pas le vouloir pour être le Pascal Dandois, mais dois-je ne pas le vouloir suffisamment fort ? Ou dois-je ne pas vouloir ne pas le vouloir pour vraiment l'atteindre ?

Ca ressemble à une méditation zen ce texte de St-Con, et j'ai bien aimé, oui oui oui.
pascal dandois


    le 11/04/2017 à 19:50:57
et je n'ai tiré ce "pauvre" texte d'aucune écoute dans aucun comptoir (comptoir quel mot sale d'ailleurs), malheureusement
Clacker


    le 11/04/2017 à 22:17:23
Je trouve qu'il y a un style particulier, le style Dandois, et qu'il se montre de plus en plus affuté à mesure des publications. C'est comme une forme de nihilisme oriental, mais à l'occidental. Avec tout ce que ça comporte de pop culture nécrosée. Et puis il y a les jeux de mots, les calembours, que je trouve de plus en plus fins. Voilà, j'aime vraiment bien ce texte, et pourtant je ne suce pas plus que ça.

Edit : Mon texte favori, donc. Pour le moment.

Commentaire édité par Clacker le 2017-04-11 22:37:12.
Lapinchien


tw
    le 12/04/2017 à 08:36:48
Toutes ces bonnes idées qui se succèdent, et qui ne sont pas creusées, volontairement sacrifiées, ça à un petit coté drive by à la kalash.
Cuddle


fb
    le 12/04/2017 à 15:37:06
Je ne supporte pas les phrases qui se terminent par un "etc.", ça coupe une lecture fluide et laisse le lecteur dans l'incompréhension. Soit on précise sa pensée soit on l'oublie. Fin bon, je reprends ma lecture même si quelques fautes viennent agresser ma rétine.
Cuddle


fb
    le 12/04/2017 à 15:41:13
Pour ma part je reste de marbre. Desolé de ne pas rejoindre mes compatriotes dans cet engouement soudain.
Lapinchien


tw
    le 12/04/2017 à 16:17:27
ce que je dis est assez commun à tous les textes de Pascal Dandois aussi pour ma part ce n'est pas de l’enthousiasme mais plus l'impression d'un gâchis organisé. Pascal Dandois s'inscrit probablement dans la mouvance brutaliste tant chérie par Lourdes Phalanges.
Lapinchien


tw
    le 12/04/2017 à 16:19:22
d'ailleurs je le vois bien forcer des gars qui demanderaient à ce qu'il leur dédicace ses bouquins à les obliger à les bouffer jusqu'à la dernière page et couverture comprise sous la menace d'une arme.
Lapinchien


tw
    le 12/04/2017 à 16:20:17
dans une démarche artistique brutaliste globale donc.
pascal dandois


    le 12/04/2017 à 18:09:05
je ferai juste remarquer que si "ect" ", existe c'est qu'il y a une raison (là c'est juste histoire de pas écrire une liste qui pourrait quasiment s'avérer sans fin), peut être que je fais un peu trop confiance à un lecteur qui voudrait pas forcement qu'on lui torche tout le boulot, j'estime qu'il a peut-être un cerveau et qu'il peut s'en servir, ceci pourrait aussi servir de réponse à se reproche qu'on me fait tout le temps de pas développer. Je n'ai pas à développer, tout y est, si vous penser qu'il manque quelque chose c'est parce que vous sentez sans vous en rendre compte que vous êtes en train de réfléchir...
pascal dandois


    le 12/04/2017 à 18:56:14
je risque pas de faire bouffer mes livres à qui que ce soit, encore faudrait-il que qui que ce soit (à part la Zone et quelques revues plutôt confidentielles) daigne me publier
Cuddle


fb
    le 12/04/2017 à 19:07:55
Et moi qui pensais que les critiques étaient censées faire avancer mais vu que dandois semble s'en battre les couilles profondément, je préfère sortir.
pascal dandois


    le 12/04/2017 à 19:12:46
d'ailleurs je m'en fous du commerce, et m'aime qui veut, je vais toucher ma merde de pension d'invalidité jusqu'à ce qu'ils en ai marre de me payer ou moi, de remplir leur papier de con, et si jamais une grosse apocalypse numérique raye tout mes textes de la Zone comme du reste du web, alors tant pis
pascal dandois


    le 12/04/2017 à 19:17:11
les critiques sont aussi faites pour être critiquer, et je crains que ta critique vaut pas tripette comme ta pauvre remarque sur les fautes qui je crois te font mal au yeux , ouille!
Cuddle


fb
    le 12/04/2017 à 23:53:13
Pauvre dandois 😢
Clacker


Ne me dites pas que...    le 13/04/2017 à 00:08:12
Est-ce qu'elle vient de..?
Est-ce que c'est un..?

Doux Jésus.
Cuddle


fb
    le 13/04/2017 à 10:58:40
Je me suis laissée emporter par l'émotion. Fouettez moi.
Cuddle


fb
    le 13/04/2017 à 10:58:40
Je me suis laissée emporter par l'émotion. Fouettez moi.
Cuddle


fb
    le 13/04/2017 à 10:58:44
Je me suis laissée emporter par l'émotion. Fouettez moi.
pascal dandois


    le 13/04/2017 à 11:04:40
d'accord! où et quand?
LePouiIleux     le 14/04/2017 à 18:49:34
Le texte est excellent. Dommage que le crémation arrive comme un poil de couille au fond du bol de soupe.
Koask     le 16/04/2017 à 17:08:53
Ah, je m'attendais à un texte plutôt que ce que je vois être une réflexion mais après tout, je vais supposer que c'est le style de l'auteur et m'en tenir là. Ca ne me parle absolument pas puisque pour la Saint-con, je mise plutôt sur des textes qui me feront me gausser, du coup encore une fois je n'aurais pas grand-chose à en dire.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 22/04/2017 à 11:14:15
Pareil que Koax encore mais pire, j'ai trouvé ça gnangan, en plus la radio passait une chanson française intitulé "le grand amour" pendant ma lecture et en plus, y a pas de crémation directe ... au bûcher !

= ajouter un commentaire =